CAC40 : une stratégie en deux temps pour ne pas se faire avoir

Rédigé le 23 février 2018 par | A la une, Analyses indices, Cac 40 Imprimer

Comme chaque vendredi, poursuivons notre série d’analyses dédiées CAC40 pour vous aider à gérer vos positions et y voir clair.

La semaine dernière, alors que le CAC continuait son rebond entamé depuis les 5 100 pts, mes indicateurs m’indiquaient un risque de coup de frein sur les 5 300 pts.

C’est ce qui s’est passé : le CAC a oscillé autour de ce niveau pendant le reste de la semaine, jusqu’à ce matin où il ouvre encore sur cette zone pivot.

Mais ne relâchez pas votre vigilance pour autant : je pense que la latéralisation que nous connaissons depuis une semaine est un faux calme et dont il faut se méfier comme de la peste.

Puisqu’il n’y a plus de dynamique ni de tendance à court terme sous 5 300 pts, le CAC ne nous donne pas d’information sur ses intentions. Il faut donc affuter ses couteaux et envisager toutes les possibilités afin d’avoir une ligne de conduite claire, définie à l’avance, et ne pas être pris au dépourvu. Et ce, quoiqu’il arrive. Ca s’appelle un plan de trade. Et ça évite d’être pris de cours et de réagir dans l’urgence (ou pire, émotionnellement) quand le marché se remet à bouger.

Donc pour résumer, ma stratégie à court terme sera :

Gardez vos positions haussières, sans renforcer, même si les 5 300 pts sont passés.

Première raison : la zone pivot des 5 300 pts correspond à une résistance (rectangle violet). Si le CAC la dépasse, il aura pour objectif la clôture du gap (boite rouge) à 5 370 pts, donc un potentiel ultra réduit – même pour un trader court terme.

Donc il ne faut pas renforcer à la hausse, surtout après la reprise violente en « V bottom » sur les 5 100 points, qui a eu pour effet de saturer les indicateurs techniques de court terme.

Deuxième raison : On en parle finalement très peu (ce qui me laisse à penser que les choses ne s’annoncent peut-être « pas bien ») : le week-end prochain les Italiens vont voter (législatives) pour élire leur gouvernement. Le résultat des élections est susceptible de porter un coup aux indices européens. Je vais donc ne surtout rien anticiper.

Ensuite, si le CAC dépasse le gap et continue son avancée, vous aurez toujours vos positions haussières pour en profiter

2 – Soyez prêt à couvrir rapidement votre portefeuille si ce signal technique se valide.

Le graphique qui va suivre est un peu chargé, et les commentaires sans doute un peu techniques, mais vous allez voir que les signaux qu’il donne sont d’importance et que… c’est finalement très simple ! Il suffit d’écouter ce que dit le marché et de suivre ses signaux.

Allez, je vais vous aider, mais regardez d’abord ce graphique. Prenez le temps d’essayer de le comprendre, de le faire parler, de voir les mouvements.

Cliquez sur le graphique pour l’agrandir

Pour faire simple :

Par moments, les vagues d’impulsion de l’indicateur de tendance MACD forment des triangles dits de compressions (une approche personnelle, que je vous explique ici).

C’est l’idée d’accumulation d’énergie. Quand cette énergie est relâchée (c’est-à-dire quand la MACD casse soit le support, soit la résistance) cela occasionne de fortes accélérations des prix.

Je suis obligé de pousser un peu plus loin, car il y a un moment très risqué : c’est si la MACD vient se retourne à la baisse après le pull back sur son ancien support devenu résistance (pastille orange sur la MACD) : nous risquons alors d’avoir une forte tendance baissière sur l’indice !

Si vous avez une plateforme permettant de suivre l’évolution de la MACD et de son pull back, ce signal est facile à suivre.

Au moindre signal baissier de la MACD, je ne prendrai pas de risque et je couvrirai à nouveau mon portefeuille.

Il va falloir faire avec et gérer un gros niveau d’incertitude à venir avec l’Italie. Après les élections, on refera le point en fonction de ce qui s’est passé.

Mots clé :

Gilles Leclerc
Gilles Leclerc
Trader

Gilles a tout d’abord commencé dans la grande finance. Avec un MBA de la prestigieuse université américaine de Hartford, il a ensuite intégré la direction Financière IBM Europe et ensuite d’IBM Corporation (headquarters mondial). Puis, peu à peu, la passion boursière le gagnant, il s’est tourné vers les activités de trading.

Cela fait maintenant 20 ans que Gilles trade sur les marchés et il se consacre exclusivement à cette activité depuis une dizaine d’années.

Dès 2008, il fut l’un des premiers à pressentir les modifications profondes qu’allaient occasionner l’utilisation intensive des algorithmes sur les marchés financiers ; il a su s’adapter en mettant en place de nouvelles stratégies de trading répondant à ce nouvel environnement. Il créa donc son propre système de trading tout à fait spécifique et basé sur des concepts innovants.

De façon à prouver la validité de son approche, il reste l’un des rares traders/analystes à poster régulièrement ses prises de position en « Live » sur un site d’Analyse Technique de renommée ( Univers Bourse ) où il partage l’intégralité sa méthodologie.

Il intervient désormais dans La Bourse au Quotidien afin de partager son expérience et de proposer ses analyses et sa méthode au plus grand nombre.

Un commentaire pour “CAC40 : une stratégie en deux temps pour ne pas se faire avoir”

  1. Hélas, l’élection de Donald Trump a ruiné la réputation de tous les commentateurs officiels de la Place. Il suffit de lire les forums de traders amateurs. En cas d’élection, les 2 scénarios sont:
    1) Si le peuple vote bien, UP avec gap weekly
    2) Si le peuple vote mal, DOWN en pré-ouverture pour défoncer les bears, et reprise en V directe pour lâcher les bulls.
    Le fuel provient toujours des banques centrales.

Laissez un commentaire