Bon alors : où va le CAC40 ?

Rédigé le 25 janvier 2010 par | Autres indices Imprimer

Cher trader

Cela faisait longtemps que nous ne vous avions pas parlé du CAC40. La fin de l’année dernière, nous avions peu d’avis sur la question.

Nous n’en avons pas forcément plus aujourd’hui, mais il nous semble que l’indice a franchi un niveau décisif en repassant vendredi sous les 3 857 points.

Depuis la mi-septembre, ce niveau a fait plusieurs fois office de résistante. Jusqu’à arriver à le dépasser à la mi-décembre.

Mais l’indice a depuis, buté sur les 4 100 points, est revenu sur ce niveau et l’a enfoncé donc la fin de semaine dernière.

Ce que cela veut dire ? Hé hé… si nous le savions de manière sûre… Mais regardez le graphique. Il y a certaines choses qui sautent aux yeux.

Graphique du CAC40

Il n’y a rien pour soutenir les cours de l’indice jusqu’aux 3 732. A court terme, nous risquons de faire un bref et rapide plongeon de 100 points donc.

– L’ennui, c’est qu’en plus des 3 857 points, nous avons aussi enfoncé la ligne de soutien du canal haussier qui était en place depuis le 9 mars 2009. Le CAC40 est donc sorti, ponctuellement encore pour l’instant, mais cela peut être un fort signal, de sa tendance haussière de moyen terme.

La suite ? Eh bien… les 3 732 pourraient permettre aux cours de rebondir. Sauf que dans ce cas, les 3 857 viendront alors caper la hausse, et l’indice aura alors définitivement quitté son canal haussier.

Or, que fait un indice quand il ne monte pas ?

Bien. Je vois que vous suivez…

Sur ce, je vous laisse avec Sébastien Duhamel, qui se sent l’âme professorale aujourd’hui et a décidé de vous initier aux mystères du nombre d’or et à Fibonacci pour, dès la semaine prochaine, vous faire faire quelques travaux pratiques en application de la théorie d’Elliott.

Bons trades !

Nathalie Boneil

Mots clé : - -

Nathalie Boneil
Nathalie Boneil
Directrice de la rédaction aux Publications Agora

Nathalie Boneil est Directrice de la rédaction aux Publications Agora. Elle a travaillé dans l’univers de la Bourse plus de 4 ans – mais c’est depuis toute petite que son grand-père lui parle des marchés et de l’investissement. Aujourd’hui, elle travaille avec nos rédacteurs et analystes sur les marchés actions pour qu’ils vous proposent les meilleurs services, les meilleures idées d’investissements, de manière la plus simple et la plus profitable qui soit pour vous.

Son rôle est tout simple : rendre les idées, les méthodes, les stratégies de nos analystes professionnels facilement compréhensibles et directement applicables pour vous. Elle met l’analyse technique à votre portée, vous montre les opportunités, les pièges à éviter, et vous explique les moyens de vous positionner sans vous noyer dans un jargon d’experts.

Un commentaire pour “Bon alors : où va le CAC40 ?”

  1. Bonjour Nathalie Boneil,

    Félicitations pour ces précisions mathématiques, mais il convient de d’indiquer que, contrairement à ce que vous affirmez, il est possible de parler de «Dieu» sans nécessairement le faire en rapport d’une religion – il devient alors la plus haute idée que chacun est capable de s’en faire -, tout comme il est tout aussi possible de parler d’ésotérisme sans pour autant sombre dans le mysticisme religieux.

    L’ésotérisme dans le sens de sa racine grecque signifie ce qui est à l’intérieur, c’est-à-dire le sens intérieur, par opposition au sens apparent. Rien n’est plus ésotérique que les lois de la Nature qui se définissent par des abstractions comme les nombres et leurs rapports, comme l’avait si bien exprimé Pythagore, et comme nous le concrétisons d’une façon si pratique par : le tout numérique.

    Le nombre d’or est donc bien le sens Cachant d’une proportion harmonieuse et que la nature utilise si souvent dans tant de domaines dont la finance fait partie. Il est un enseignement ésotérique dans le sens tant littéral que dans le sens occulte du terme, ce qui est caché…

    L’ésotérisme n’est pas un délire mystique, mais la naturelle contrepartie de l’exotérisme, alors n’ayons pas l’ésotérisme coupable.

    Bien cordialement à vous.

    C. Le Moal

Laissez un commentaire