CAC40 : le marché prend l’ascenseur

Rédigé le 24 mai 2016 par | Algos, Analyses indices, Cac 40, Indices, sociétés et marchés, Toutes les analyses Imprimer

Le CAC40 (+2.4% à 4 425 points) vient de franchir la barre haut la main des +125 points de hausse en ligne droite, le cadre d’une trajectoire incroyablement rectiligne où pas un seul pullback n’a dépassé 5 points d’indice depuis 9h10 ce matin.

Le marché prend l’ascenseur : une séance qui ne connaît que des plus que des hauts, et jamais plus de bas.

Cela représente 6 heures 30 de hausse sans aucun retracement supérieur à -0,1% : c’est aussi loin que je me souvienne, du jamais vu.

Puisque aucune espèce d’actualité ne justifie ce rallye (que personne ne cherche d’ailleurs à expliquer de façon rationnelle), il n’est plus nécessaire de démontrer pas la capacité manipulatoire – avérée de longue date – des algos adossés à la force de frappe procurée aux sherpas par les Banques centrales…

Mais il se passe sous nos yeux quelque chose de bien plus troublant et osons le dire, angoissant : il n’y a strictement plus personne en face.

Les algos ont pour coutume de défoncer toute forme de résistance…

… mais aujourd’hui, il n’y a tout simplement plus de résistance.

Les algos ne font pas les prix, naturellement : ce sont les prix qui sont prédéterminés par la Banque centrale, et l’algo ne fait qu’amener l’ascenseur à l’étage programmé.

La force de levage nécessaire (la quantité de cash à mobiliser) dépend du nombre de passagers dans l’ascenseur : le profil linéaire du graphique de ce mardi 24 mai démontre qu’il n’y a plus qu’à laisser faire le contrepoids dans la mesure ou n’y a plus personne dans la cabine.

Le CAC40 dessine un chandelier vert d’une longueur sans précédent depuis le 22 octobre 2015 : les gains pourraient doubler à +4% d’ici la clôture sans aucune espèce de raison… et cela ne susciterait même pas un commentaire. Les opérateurs sont littéralement hébétés, les gérants qui ne font rien depuis 15 jours savourent l’aubaine, ils bénéficient d’une sorte de rente de situation !

Le seul obstacle technique réside dans le fait que l’Euro Stoxx 50 ne s’est pas encore extrait du corridor 2 920/3 000… Mais qui pourrait encore s’y opposer ?

Il n’y a plus qu’un seul enchérisseur dans la salle et le commissaire priseur est également son banquier.

Le seul risque, c’est qu’on finisse par manquer de 0 pour afficher la hausse des prix !

Mots clé : - - - - - -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Laissez un commentaire