L’émotion est très mauvaise conseillère sur les marchés

Rédigé le 12 mai 2010 par | Apprendre la Bourse Imprimer

Par Vanessa Popineau, pour La Rédaction

La période bornée entre les 6 mai et 10 mai derniers restera, à n’en pas douter, dans les annales boursières. Rumeurs, traders, erreurs… tous les ingrédients étaient de sortis et les mouvements constatés se sont montrés dignes des meilleurs manèges à sensations. Avec des dénivelés extrêmes, les amateurs d’adrénaline — ou de sueur froide — ont certainement dû être servis.

De notre côté à la rédaction, face au plongeon abyssal des marchés, nous étions sur tous les fronts. Nous avons positionné des stops et soldé des positions sur l’ensemble de nos services. Comme l’indiquait à juste titre Jean Chabru, notre spécialiste des petites valeurs :

« Mini krach à répétition, krach final ? Après avoir plongé de 2,20% jeudi, la CAC40 perd 2,66% ce matin soit près de 10% sur la semaine. L’heure n’est plus aux grandes théories mais à la sauvegarde de nos positions. Pour cela, je vous indique sur cette alerte tous les stop loss touchés et ceux à appliquer sur toutes nos positions restantes. » [NDLR : pour savoir comment investir sur les petites valeurs, continuez votre lecture]

Et il en a fallu du sang froid et de la maîtrise de soi pour ne pas se laisser emporter par la panique. Philippe Béchade, qui anticipait depuis quelque temps déjà le scénario, avais astucieusement mis en place une stratégie de couverture à la baisse pour ses auditeurs du Téléphone Rouge*. Le 5 mai dernier, il invitait donc ceux qui avaient suivi ses recommandations à prendre « des bénéfices sur 50% de la position sur ces deux ETF bear. » Très intuitif il précisait tout de même « gardons une couverture dans l’hypothèse probable d’une poursuite de la correction moyen terme. » Il a eu raison et certains de ses auditeurs n’ont pas manqué de féliciter notre chroniqueur :

« Bravo à Philippe Béchade pour toutes ses prévisions qui se sont révélées justes. »

« Félicitation à Philippe Béchade que je lis religieusement chaque jour. »

« Bonjour à tous et merci de votre excellent boulot. »

De la même manière, lors du puissant rebond de lundi nous ne nous somme pas laissé griser par l’euphorie ambiante. En effet, Jérôme Revillier notre analyste d’Agora Forex optait pour la prudence et analysait à la mi-journée la situation avec recul :

« Concernant notre stratégie, nous sommes dans une position confortable mais devons rester prudents comme tous les intervenants du jour qui sont en dehors du marché, qui sont cash. En effet, les volumes traités sont dus principalement aux rachats des positions à découvert et donc une bonne partie des investisseurs ont perdu des plumes dans la bataille. D’autres sont en position depuis ce matin et espèrent la poursuite de la hausse. Ainsi, nous allons sans doute assister à un ‘tarissement de la source d’offre’ à très court terme. Je préfère pour le moment rester de nouveau à l’écart car le rebond technique est d’ores et déjà assez  impressionnant sur l’euro et la livre, pour ne citer qu’elles. J’attends donc de trouver quelques repères graphiques à l’ouverture de la session US. »

Comme vous le savez, en Bourse, l’émotion est très mauvaise conseillère. Comme l’écrivait Jérôme dans un précédent billet « la peur mais aussi l’euphorie sont autant d’émotions qui poussent les novices à faire les mauvais choix. » Nos analystes le savent et les actions qu’ils ont mises en place ces deux dernières semaines le prouvent.

PS : Découvrez chaque jour la stratégie de Philippe Béchade au 0899 88 20 36*.

*1,35 euro par appel + 0,34 euro / minute.

Depuis la Belgique : composez le 09 02 33110, chaque appel vous sera facturé 0,75 euro / minute.

Depuis la Suisse : composez le 0901 801 889, chaque appel vous sera facturé 2 CHF / minute.

Mots clé : - -

2 commentaires pour “L’émotion est très mauvaise conseillère sur les marchés”

  1. le stop fatal 🙂 avouons tout de même que cette histoire de stop est paradoxale…la plupart des analystes préconisent des stops à 2 % ! mais est-ce logique ?! je pense que non, et je partage mon avis :-)….un stop oui ! mais ! le but est quand même d’éviter de se voir activé et si on trade sur une période peu volatile avec des gaps et séances qui font moins de 2 %, on finit par penser que c’est une valeur raisonnable. Mais en fait, le trader pour réaliser le « beau trade » attend le bon moment et la volatilité qui décolle ! c’est bien lundi que certains ont fait une belle journée ?! dans ce cas, il est plus pertinent de mesurer la volatilité sur une période conséquente, de mesurer l’ampleur des gaps et d’ajouter une marge de sécurité, ainsi on peut rester en position, tout en ayant quantifier son risque, et participer à la belle journée. Le prix à payer c’est une position beaucoup plus petite et donc un profit moindre mais en valeur relative on est gagnant….tout est dans la cupidité, gagner beaucoup en prenant peu de risque n’est pas logique. C’est une question de money-management. Un exemple, un turbo put cac 40 : prendre une barrière désactivante à 3800 ou 4100 points n’apporte pas la même sérénité….à 3800 une journée comme lundi est très stressante, à 4100 c’est plus relax….parce que les indicateurs sont quand même baissiers ! moralité ne pas se laisser attirer par le taux de profit affiché (qui est du passé…) et faites vos devoirs 🙂 (c’est la maxime de Paul Dontigny, un contrarien québecois. à suivre sur les affaires.com).

  2. Oh lala excusez mes fautes d’accord 🙂

Laissez un commentaire