Le CAC40 joue à se faire peur. 4 unités de temps passées au crible

Rédigé le 16 juin 2017 par | Analyses indices, Cac 40 Imprimer

Le soleil est au beau fixe sur les marchés. Et si les quants , fonds spéculatifs et autres grandes banques d’investissement qui dirigent la planète finance ont profité d’un grand bol d’air distillé ces dernières années par les banques centrales, l’alerte de la semaine dernière (surtout sur les indices U.S) peut laisser à penser que Janet Yellen vient de sonner la fin de la récré.

Oh ! Rien de méchant pour le moment. Mais les marchés ont sans doute été un peu pris au dépourvu par la dernière communication de la FED. En gros, un gros mot, un très vilain mot a été prononcé : réduction de la taille du bilan de la Fed.

Il faut dire que la Fed pèse lourd. Quatre mille cinq cent milliards de dollars. 4 500 000 000 000 000 Mds$. Ça fait pas mal de zéros sur la balance, hein !

La Fed au régime ? Oui, mais on garde le bol de punch et les cacahuètes

Si une réduction du Bilan de la FED était dans les cartons, le marché pensait jusque-là que l’on ne ferait qu’en parler, et que les discutions sérieuses ne commenceraient pas avant début 2018.

Raté ! Janet Yellen a ouvert la porte ouverte au début d’un programme de dégonflement qui pourrait commencer dès Septembre prochain.

Ceci dit, la Fed a décidé de commencer son régime gentiment. Il ne faut pas non plus se brusquer : elle propose de baisser le montant des rachats de 6 Mds$ dans un premier temps, pour arriver graduellement à les baisser de 20 Mds$ par mois. (Philippe Béchade a fait un rapide calcul, et pour lui, c’est tout simplement Mission Impossible).

Côté MBS, la réduction des réinvestissements devrait éponger 4 Mds$ par mois pour commencer… puis 30 Mds$ par la suite.

Mais comparez ces « réductions » au bilan de la Fed qui se monte à… 4 500 milliards de dollars !

On se rend vite compte que cette annonce de réduction de la taille de son bilan n’est qu’une goutte d’eau dans un océan de liquidités. Autant dire qu’elle prendra une ou deux cacahuètes de moins à chaque saladier. La Fed a juste testé la réaction des marchés.

Bref, toujours est-il que les marchés ont accusé le coup et que nous passons d’un environnement ou la seule préoccupation était de gérer la hausse à un environnement où chaque baisse doit à présent soulever chez le trader une seule question : consolidation ou début de retournement ? Et c’est là qu’il ne faut pas se tromper.

La petite attaque baissière que le CAC vient de subir est évidemment trop récente pour pouvoir en tirer un conclusion à moyen ou long terme.

Mais pour ce point hebdomadaire, je vous propose de revenir sur les dernières séances en prenant un peu de recul.

MENSUEL : tendance toujours haussière

En vue Long terme (mensuelle), il faut commencer par rappeler que le CAC a débordé son oblique baissière (rouge) au printemps dernier. C’est un signal positif (voir analyse d’avril) car cela enlève le « chapeau baissier » qui maintenait le CAC40 sous pression.

CAC long terme

Mais attention à ne pas confondre analyse et trading. Ce n’est pas parce qu’une analyse montre une tendance (par exemple haussière) qu’il faut acheter ! Je sais que la nuance n’est pas évidente, mais attendez quelques lignes, je vais vous en donner un exemple flagrant.

Pour l’heure, retenez simplement l’une des conclusions de l’analyse que j’avais faite avant les élections présidentielles : « en cas de signal haussier, (Ndlr : la cassure des résistances) attendre un pull-back sur la zone de résistance actuelle. Ensuite, vous pourrez jouer une impulsion sur les 5 570/5 600 points (segment bleu horizontal, premier objectif « O1 »).

Et regardez où nous sommes : en plein pull back sur les anciennes zones de résistances, désormais devenues support.

Conclusion pour l’investisseur (long terme donc) : tant que l’oblique n’est pas enfoncée, aucune raison de s’inquiéter. Le marché temporise pour respirer avant de repartir de l’avant. Il faudra bien entendu un nouveau signal technique pour valider un rebond, mais pour l’instant, la dynamique haussière n’est pas remise en cause. 

Hebdomadaire : Tendance haussière, pull back effectué

En affinant la lecture des graphes, la vue hebdomadaire montre que l’alerte baissière de la semaine dernière reste une simple alerte. La dynamique restera ultra haussière tant qu’elle sera contenue dans le canal haussier (segments orange).

CAC40 swing trading

Vous voyez cependant la tentative de cassure du support du canal (la mèche basse) ? Sauf que ce matin, l’indice a réintégré le canal vite fait – sans doute pour cause de journée des 4 sorcières…

Alors voilà l’exemple type d’une erreur à ne pas commettre : ce n’est pas parce que c’est haussier qu’il faut acheter.

Cet exemple sort tout droit d’un point hebdomadaire qui date de mai dernier – juste après le « Macron Gap ».

La résistance historique mensuelle venait d’être cassée à la hausse, nous nous situions au niveau « A ».

J’ai alors reçu pas mal de remarques de lecteurs dont je résume la teneur à « Alors ? On a un signal haussier maintenant non ? On pourquoi n’achetez-vous pas ? »

Ma réponse a été claire : NON, on n’achète pas maintenant. SURTOUT PAS MAINTENANT ! (Rappelez-vous : nous sommes là sur une vue hebdomadaire et l’optique est donc du moyen terme ; pas du trading à l’heure !). Idéalement on attendra un pull back dans la zone de « A2 » pour se replacer.

Bref, un mois et demi plus tard, « A2 » vient d’être effleuré. Ça date d’hier. Il est trop tôt pour analyser le mouvement sur une échelle hebdomadaire, mais à ce stade nous pouvons d’ores et déjà tirer une ligne de conduite qui est simple : non seulement la dynamique haussière est toujours active, mais pour un swing trader, le pull back a été fait ! En cas de signal haussier, le swing trader pourra même se renforcer avec un stop serré.

Ce niveau d’entrée dispose d’un profil de risque / rendement optimal et je ne peux que vous encourager à passer 5 mn relire ce billet sur le money management.

C’est vrai que le niveau « A2 » doit être légèrement ajusté pour tenir compte de l’évolution du CAC entre temps : je le remonte à la zone des 5200 pts. Pas par magie, mais c’est ce que nous dit la vue journalière !

JOURNALIER : Support à 5200 points à défendre

En journalier, la zone des 5200 pts (rectangle vert horizontal) est LE niveau à défendre à tout prix par les haussiers et à court terme. Et c’est bien ce qui est en train de se passer (pastille jaune).

CAC support 5200 points

Tant que les 5200 tiennent, pas de souci pour les haussiers ; même à court terme. (Si vous voulez plus de détails sur la façon dont cette zone de support est construite, vous pouvez relire le point CAC de la semaine dernière).

INTRADAY : Comment prendre position

Et pour terminer ce long point hebdomadaire, je vous propose une vue intraday car elle est claire, simplissime et donne la vue « tactique » pour gérer le pull back.

En vue 3 heures, nous avons un support extrêmement clair et pertinent : le segment oblique vert. C’est lui qui guide la dynamique haussière (pastilles jaunes) actuelle.

CAC40 intraday

De l’autre côté du miroir, la résistance à battre, c’est le segment oblique rouge. Comme il est oblique, son niveau varie au fur et à mesure que les bougies apparaissent mais pour simplifier, disons que pour reprendre son élan le CAC devra passer la zone des 5280 / 5300 pts

Au milieu, c’est no man’s land – surtout que, je vous le rappelle, nous sommes en ce Vendredi confronté à la journée des 4 sorcières, soit un gros roulement d’échéances sur les marchés dérivés et la possibilité d’avoir une instabilité au cours de la journée.

A présent, vous connaissez mes « déclencheurs » aussi bien à long terme qu’à court terme. Ainsi que mon biais qui, vous l’avez compris, reste positif à la lecture des graphes.

Bon week end,

Gilles,

Mots clé : - - -

Gilles Leclerc
Gilles Leclerc
Trader

Gilles a tout d’abord commencé dans la grande finance. Avec un MBA de la prestigieuse université américaine de Hartford, il a ensuite intégré la direction Financière IBM Europe et ensuite d’IBM Corporation (headquarters mondial). Puis, peu à peu, la passion boursière le gagnant, il s’est tourné vers les activités de trading.

Cela fait maintenant 20 ans que Gilles trade sur les marchés et il se consacre exclusivement à cette activité depuis une dizaine d’années.

Dès 2008, il fut l’un des premiers à pressentir les modifications profondes qu’allaient occasionner l’utilisation intensive des algorithmes sur les marchés financiers ; il a su s’adapter en mettant en place de nouvelles stratégies de trading répondant à ce nouvel environnement. Il créa donc son propre système de trading tout à fait spécifique et basé sur des concepts innovants.

De façon à prouver la validité de son approche, il reste l’un des rares traders/analystes à poster régulièrement ses prises de position en « Live » sur un site d’Analyse Technique de renommée ( Univers Bourse ) où il partage l’intégralité sa méthodologie.

Il intervient désormais dans La Bourse au Quotidien afin de partager son expérience et de proposer ses analyses et sa méthode au plus grand nombre.

3 commentaires pour “Le CAC40 joue à se faire peur. 4 unités de temps passées au crible”

  1. Merci M. Leclerc de cette méthodologie implacable d’analyse des mouvements d’humeur des bourses.

    Je crois que vous avez peut-être une erreur dans le chiffrage numérique de la taille du bilan de la Fed « des Quatre mille cinq cent milliards de dollars. 4 500 000 000 000 000 Mds$. »
    Bien cordialement.

  2. Bonjour Gilles,
    Merci pour l’analyse. Juste une question, n’est-ce pas antinomique d’anticiper une hausse du cac et une baisse des bancaires (CA notamment) (quand on connait leur poids dans cet indice), ainsi qu’une baisse du footsie et du nasdaq ?
    Merci d’avance

  3. Très bonne analyse. Je note cependant que vous utilisez cette fois-ci comme indicateur le SMI sur la vue journalière pour en surveiller un retournement indiquant une fin de mouvement baissier et pas la MACD comme cela vous arrive parfois, hors on constate que l’axe de propagation de la MACD en UTD qui soutenait les cours depuis août 2015 a été cassé à la baisse…cela n’est-il pas lourd de conséquence pour le CAC ? et n’impliquerait-il donc pas plutôt que le retour dans le canal après la tentative de sortie de cette semaine était en fait une feinte qui sera suivie prochainement pas une vraie cassure qui nous renverrait sensiblement plus bas ?
    De plus pour corroborer cette hypothèse on a une divergence baissière potentielle sur le SMI UTM.
    Enfin cela collerait également avec votre analyse précédente anticipant une forte baisse sur les valeurs bancaires.
    Merci d’avance pour votre éclairage

Laissez un commentaire