CAC40, euro, pétrole : hausses et paresse intellectuelle

Rédigé le 30 avril 2018 par | EUR/USD, Matières Premières, Pétrole, Taux & Devises, Toutes les analyses Imprimer

Avril s’achève ce lundi 30 avec des températures dignes d’un mois de janvier. Pourtant, ceux qui sont partis à la montagne il y a 15 jours ont pu skier en bermuda.

La météo sur le CAC40 est au beau fixe

Alors que les températures enregistraient un formidable plongeon, le CAC40, lui, a enchaîné 9 séances de hausse sur 10. Le beau fixe règne en Bourse sans partage depuis le 28 mars dernier. Avril fut un mois boursier de rêve. En effet, nous avons assisté à 5 semaines de hausse d’affilée, dont 80% de séances positives. Le tout émaillé de 4 petites consolidations. L’indice parisien a gagné 400 points en ligne droite, à une centaine de points de son record du 23 janvier (5 567 points).

Le dossier « Syrie » n’émeut pas les investisseurs

Dans l’intervalle, les Etats-Unis, le Royaume-Uni et la France ont uni leurs forces pour bombarder de soi-disant installations suspectes de Damas (sur la foi de fausses allégations de bombardement aux munitions chimiques le 7 avril dans la Ghouta). Donald Trump a bien failli s’en aller défier Vladimir Poutine sous la pressions des néo-conservateurs de la Maison-Blanche et du Pentagone. Mais tout s’est terminé par un simulacre de démonstration de force de la Navy. Cette dernière n’a fait que soulever beaucoup de poussière. Les investisseurs sont repassés à l’achat dès le lendemain de cette ridicule affaire.

La principale surprise de cette période post-tensions au Proche-Orient, c’est la rechute de l’EURUSD sur les 1,2060, permettant la reprise des places européennes amorcée fin mars (Gilles vous en dit plus dans son analyse du jour sur l’eurodollar).

Mario Draghi a réconforté les acheteurs de billets verts

Les acheteurs de billets verts ont été confortés jeudi dernier par Mario Draghi qui a, une nouvelle fois, excellé dans l’art de parler sans jamais rien dire qui déplaise au marché. Ce que les commentateurs ont résumé par la tenue un discours « accommodant » destiné à nous faire patienter dans la bonne humeur jusqu’à la prochaine annonce importante.

Une petite phrase m’a cependant intrigué : Mario Draghi a mentionné l’importance de la dette en Europe, sans que personne, parmi les journalistes présents à Francfort, ne l’ait amené sur le terrain des déficits.

Une telle parenthèse signifie qu’il n’est pas pressé d’alourdir leur refinancement, d’autant que la remontée de l’inflation vers la cible des 2% reste très lente. La BCE poursuivra ses rachats d’actifs au rythme actuel de 30 Mds€ par mois jusqu’à septembre « et plus si nécessaire ». Nos OAT en ont profité pour se détendre de 6 points de base en 48 heures.

OAT Pour agrandir le graphique, cliquez dessus

L’écart se creuse entre le Bund et le T-bond

Et l’un des faits marquants de la dernière semaine du mois d’avril, c’est le creusement du spread entre Bunds et T-Bonds à 240 points, et qui explique la hausse du dollar face à l’euro. Les rendements grimpent, le billet vert en profite. Enfin du classique, les mécanismes du marché tels qu’enseignés aux étudiants de première année de science-éco…

… Mais quelque chose ne fonctionne pas comme dans les manuels. Quand le dollar monte, le cours du pétrole est censé se contracter… mais c’est tout l’inverse qui se produit depuis le 11 avril.

Pétrole : un comportement bizarre

Et cela nous ramène à cette période de vives tensions au Proche-Orient (du 8 au 15 avril) qui ont, logiquement, ravivé la hausse de l’or noir. Les tensions sont retombées depuis 15 jours. Mais pas pour le cours du WTI qui se maintient au-delà des 68$, et le Brent au-dessus de 74$. Les acheteurs savent manifestement quelque chose que les gérants de portefeuilles (actions ou taux fixes) ne s’acharnent pas à découvrir.

C’est curieux de la part de professionnels dont l’inflation pourrait faire basculer le destin.

Ah mais c’est vrai, j’oublie ça tout le temps. Ce sont les banques centrales qui administrent la valeur des actifs… Alors, à force, cela favorise une certaine paresse intellectuelle.

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

3 commentaires pour “CAC40, euro, pétrole : hausses et paresse intellectuelle”

  1. Bonjour,

    Vous affirmez dans votre article que les attaques chimiques du 7 avril 2018 sur la Ghouta ne sont que » de fausses allégations de bombardements aux munitions chimiques ».
    Pourriez-vous citer vos sources car il est choquant sur un article daté d’ aujourd’hui de lire de telles déclarations venant somme toute d’un média !

    Merci d’avance de votre réponse argumentée.

  2. Monsieur,

    Je suis étonné qu’après plusieurs articles de ma part vous invitant à douter de la version « officielle », et alors que s’accumulent les témoignages -réunis sur place et non depuis une officine londonienne- d’une mise en scène des « casque blancs » (prétendument bénévoles et « neutres » mais financés par les frères musulmans et vivant aux côtés -voir au milieu- des salafistes radicaux sans jamais se faire égorger pour soupçon d’espionnage au profit de « l’occident »), vous n’ayez pas eu la curiosité de faire vous-même une recherche contradictoire sur Internet.

    Ceci vous aurait permis de découvrir que des grandes chaines de télé allemandes (et pas des blogs « complotistes ») ont enquêté et parviennent à la même conclusion : le bombardement aux armes chimiques sur Douma n’a pas existé le 7 avril (il y a eu précédemment, avec des vrais morts par empoisonnement, personne ne le nie, mais la responsabilité de Damas n’a jamais pu être démontrée, les « rebelles » disposant eux aussi de stocks d’armes chimiques) mais a servi de prétexte à une frappe conjointe qui fut davantage l’occasion de tester (sans grand succès) nos nouveaux missiles de croisière en « condition réelle »… et de complaire à Donald Trump.

    Bien entendu, tous nos médias « mainstream » jouent le jeu de la version officielle, sinon, ils seront blacklistés par l’Elysée (ils ont été fermement prévenus par Jupiter lors de ses voeux à la presse) et le ministère de la Défense… mais heureusement, il y a la presse helvétique, allemande, belge, puis zero hedge (je ne parle pas des organismes de propagande russes ou chinois à la crédibilité douteuse qui hurlent naturellement à la manipulation et au « false flag »), et plein de médias alternatifs qui démontent pièce par pièce la mise en scène macabre des casques blancs.

    Mais je n’ai aucun doute que cette reconstitution soit inspirée de faits réels survenus quelques jours ou quelques semaines auparavant, mais ignorés de nos médias et de nos dirigeants car ça ne cadrait pas avec leur agenda.

    Il est évidemment très inconfortable de réaliser que nos dirigeants nous mentent et prennent désormais la précaution de prévenir que quiconque démentirait la version officielle serait un complotiste : nos démocraties se mettent à imiter l’URSS du temps de la Guerre Froide … et ça empire depuis 15 ans (souhaitez vous que je revienne également sur le « fake » des armes de destruction massive de Saddam Hussein ?).

    Ne vous fiez pas aux médias « mainstream », il n’en existe plus un seul en France qui soit « indépendant »… plus un seul.

    Je sais, c’est assez effrayant, nous voudrions tous qu’il en soit autrement…

    Très cordialement,

    Ph Béchade

  3. Bonsoir,

    Je vous remercie tout d’abord d’avoir pris le temps de me répondre de façon argumentée meme si je trouve la référence de vos sources peu précises en dehors de ZeroHedge.
    Je suis avant tout un citoyen qui comme vous cherche à évaluer dans la mesure du possible des sources surtout quand il s’agit de sujets aussi choquants. N’étant pas en Syrie, je suis comme la majorité des gens dépendant d’internet pour me faire un point de vue avec toute l’humilité et la prudence que cela sous- entend de nos jours.
    Je respecte votre point de vue sur les évènements meme si je ne le partage pas mais je ne suis pas là pour affirmer que j’ai raison et vous tord, bien entendu. Je veux simplement vous citer mes sources. Je suppose que vous les connaissez voire ne les considérez pas comme fiables ou mainstream, et là est probablement notre problème ; il faut bien à un moment, après des « recherches » arreter un point de vue voire un sentiment sur ce que notre analyse et notre rationalité nous portent à retenir comme probable et sérieux.
    1ère source : l’évaluation nationale faites par les services français sur Douma: http://www.opex360.com/2018/04/14/attaque-chimique-france-publie-faisceau-de-preuves-mettant-cause-responsabilite-de-damas/
    2ème source:
    L’analyse du collectif Bellingcat géré par un citoyen anglais Eliot Higgins reconnut pour son sérieux, s’appuie sur le suivi de 450 chaines youtube en temps réel sur la Syrie et une expertise développée en autodidacte sur la qualification des armes explosives utilisées soit en Ukraine et surtout en Syrie .-:https://www.bellingcat.com/
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Eliot_Higgins
    -http://www.lemonde.fr/syrie/article/2018/04/12/de-nombreuses-inconnues-entourent-encore-l-attaque-chimique-de-la-ghouta_5284416_1618247.html

    Selon toutes ces sources en synthèse, l’attaque chimique au chlore est certaine le 7 avril sur la Ghouta Est ( bien qu’il y ait une incertitude à identifier un deuxième neurotoxique ) et surtout, il est très improbable de l’avoir » organisé » dans un objectif de communication au regard des réactions constatées en temps réel sur l’ensemble des médias Syriens suivis. Après le » qui et le pourquoi » est un autre sujet .évidemment.

    Encore merci de votre point de vue et amicale réponse

    Cordialement

    VicetVirtu

Laissez un commentaire