CAC 40 : 8% de baisse à jouer, couvrez-vous

Rédigé le 21 juin 2011 par | Autres indices Imprimer

Bon, eh bien nous y voilà cher trader !

Les 3 860 points n’ont pas tenu… les 3 800 n’ont pas tenu… Après un retard dû à un « problème technique » (… je ne sais pas si vous avez noté que les problèmes techniques d’Euronext arrivent toujours en période très délicate), le CAC 40 a donc ouvert à 3 759 points hier.

Diable. Nous sommes bel et bien sortis du canal ascendant en place depuis la mi-mai 2010. Par contre, l’indice a reconstruit un beau canal baissier de court-terme depuis son plus-haut des 4 137 points le 1er mai.

Graphique: CAC 40Pour agrandir le graphique, cliquez dessus

Comme je vous le disais la dernière fois, je pensais que Môssieur le Marché aurait trouvé un stratagème pour nous tirer tout cela vers un rebond, et éviter de casser le canal. Raté. Il semble que, pour une fois, les intervenants réalisent dans quel pétrin nous avons mis le pied.

Les 3 700 points sont donc à portée de clic. Evidemment, inutile de vous positionner aujourd’hui si vous visez ce niveau. Le risk/reward est trop faible.

Par contre, si nous cassons les 3 700 points (les 3 696 pour être précise), vous pourrez vous positionner à la baisse. Vous avez un nouveau point bas sur les 3 600 points à viser, et après, c’est le grand saut sur les 3 340/3 400 points. Cela vous fait 8% de baisse à jouer. Si vous utilisez des leviers, vous pourriez engranger bien plus – attention à bien ajuster vos stops sur chaque niveau de support enfoncé.

Vendredi, Mathieu pensait que les niveaux sur lesquels nous sommes allaient déclencher un rebond. Sébastien est aujourd’hui de cet avis. J’ai une approche moins technique qu’eux ; honnêtement, je ne peux pas m’empêcher de regarder les fondamentaux, et je ne vois pas comment nous pourrions rebondir. « Les indicateurs mathématiques, les graphiques plaident pour un rebond » m’expliquent Mathieu et Sébastien. N’empêche… j’ai du mal avec ce scénario. Cela fait débat au bureau. Nous avons coutume de dire que « quand tout le monde pense la même chose, plus personne ne pense. » Les cerveaux s’activent donc.

… et nous avons peut-être trouvé la solution : puisque la plupart d’entre vous êtes investis sur les marchés, il faut vous couvrir. Une couverture, c’est un actif que vous prenez « contre » vos positions actuelles ; qui vous fera gagner de l’argent si votre scénario initial ne se déroule pas comme prévu.

Par exemple, une couverture classique serait : si vous êtes investi sur le CAC 40, alors vous allez acheter un ETF Bear CAC 40 pour une part de votre capital (avec plus ou moins d’effet de levier) afin de « couvrir » votre position. L’idéal est de se couvrir en utilisant un levier : vous mettez 1 000 euros, mais vous êtes couvert pour 20 000 euros. De cette manière, si le CAC 40 grimpe, votre portefeuille de base en profite (votre couverture baisse, mais sur une base de 1 000 euros, ne dégrade pas trop votre portefeuille). A l’inverse, si le CAC 40 chute, votre portefeuille chutera, mais la perte sera largement compensée par le gain de votre couverture.

Il y a des tonnes de manières de se couvrir ; et comme ce n’est malheureusement pas une stratégie évidente, nous préparons un dossier Spécial « Couvrez-vous avant la fin du QE2 » qui vous donnera des stratégies simples et efficaces pour vous préparer au scénario du pire sur le CAC 40. Restez à l’écoute, je vous en reparlerai dès qu’il sera prêt.

Mots clé : -

Nathalie Boneil
Nathalie Boneil
Directrice de la rédaction aux Publications Agora

Nathalie Boneil est Directrice de la rédaction aux Publications Agora. Elle a travaillé dans l’univers de la Bourse plus de 4 ans – mais c’est depuis toute petite que son grand-père lui parle des marchés et de l’investissement. Aujourd’hui, elle travaille avec nos rédacteurs et analystes sur les marchés actions pour qu’ils vous proposent les meilleurs services, les meilleures idées d’investissements, de manière la plus simple et la plus profitable qui soit pour vous.

Son rôle est tout simple : rendre les idées, les méthodes, les stratégies de nos analystes professionnels facilement compréhensibles et directement applicables pour vous. Elle met l’analyse technique à votre portée, vous montre les opportunités, les pièges à éviter, et vous explique les moyens de vous positionner sans vous noyer dans un jargon d’experts.

Laissez un commentaire