Le CAC de retour vers ses plus-bas annuels

Rédigé le 11 novembre 2011 par | Autres indices Imprimer

__________________________________________________________________________________________________

Tous les jours, et dès 16h00 au 0899 88 20 36* Philippe Béchade analyse pour vous les marchés, les rumeurs qui animent les salles de trading, et vous propose SA stratégie pour profiter ou contrer les mouvements boursiers
__________________________________________________________________________________________________

On a bataillé dur mercredi pour sauver le palier de soutien des 3 050 points sur le CAC 40. Les opérateurs ont été partagés entre l’effroi provoqué par la tension historique des taux longs italiens (le 10 ans est passé de 6,7% à 7,5% en moins de 2 heures en milieu de matinée, et le 2 ans s’envolait au-delà des 8%) et l’espoir que la BCE intervienne pour calmer le jeu.

Ceci supposerait une intervention massive, à une toute autre échelle que celle orchestrée pour venir en aide à l’Irlande, à l’Espagne ou au Portugal des deux dernières années.

Peut-on imaginer un seul instant que la BCE va voler au secours de la dette italienne ?
Le pays représente un encours de 2 000 milliards d’euros. La BCE a toujours refusé d’agir de la sorte car une monétisation assumée comme telle (impossible de faire autrement cette fois-ci) ne contreviendrait pas ses statuts. Car ne peut ni ne doit se transformer en « Fed bis ».

Est-ce que la présence de Mario Draghi à la tête de la BCE signifie quelque chose de particulier ?

_______________________________Pour vous aider dans vos trades________________________________

Misez sur l’avenir du monde !

Médecine, biotechnologies, pharmacie… ces domaines ont des potentiels extraordinaires pour les investisseurs… même pour les particuliers !

Découvrez les 5 événements technologiques qui ont toutes les chances de bouleverser le monde dans les 10 prochaines années. Et surtout, les moyens pour vous d’en profiter en tant qu’investisseur.

____________________________________________________________________________________________________

Il est certainement le mieux placé pour tout connaître de la problématique de la dette italienne… comme Hank Paulson, ex-patron de Goldman Sachs (lui-aussi) l’était par rapport à la crise des subprime.

La BCE a déjà consenti de sérieuses entorses à ses principes. Mais cette fois-ci, sauver l’Italie nécessiterait un feu vert de l’Allemagne, laquelle a jusqu’à présent accepté ce genre d’interventions ponctuelles (achat d’obligations) uniquement lorsqu’il s’agissait d’éviter le pire. Ce qui fut fait. Je vous cite à ce sujet un extrait de l’article de Charles Sannat :

« Jusqu’à présent les Allemands refusent totalement cette solution [Ndlr : celle de la planche à billets]. Si la situation s’aggrave, ils devront accepter le recours à la planche à billets, ou… sortir de l’euro. La sortie de l’Allemagne de l’euro est le scénario le moins envisagé et pourtant à notre sens c’est celui qui a le plus de chance de se produire. Ce serait sans doute la meilleure solution pour mettre fin au psychodrame européen. »

Il faut appeler les choses par leur nom. C’est bien un vent de panique qui a soufflé sur les places boursières mercredi matin avec des écarts de -3% sur l’Eurostoxx 50 et -4,5% à Milan.

Le danger d’une chute de l’EURUSD
La chute de -2% de l’euro (sous les 1,3550$) reflète également le climat de nervosité extrême qui s’est instauré sur le marché des changes. Désormais, les actifs libellés en euro suscitent un degré de défiance digne des plus sévères périodes de crise traversées depuis fin 2009.

Comme vous avez pu le lire dans notre précédente analyse consacrée à la parité euro/dollar, la cassure du palier des 1,3650 et à plus forte des 1,36$ induisait un risque très fort de voir le CAC 40 dévisser en direction des 3 000 puis vers le gap des 2 973 points.

Nous voici parvenus à l’heure de vérité. L’enfoncement des 3 030 points (éphémère plancher du 2 novembre) validerait le scénario de « la grande symétrie » qui se dessine depuis mi-mars 2009.

Le CAC 40 risque de retrouver ses plus-bas, sur les 2 500 points
Il suffit de regarder le graphique en donnée hebdomadaire pour observer la formation d’un vaste double-sommet long terme encadré par deux petites antécimes formées dans la fameuse zone des 3 350/3 400 points (50% de retracement du krach de l’été 2011 entre 4 160 et 2 700 points).

Graphique CAC 40
Pour agrandir le graphique, cliquez dessus

La seule véritable dissymétrie réside dans le point bas de juillet 2009 (2 974 points… soit le niveau du gap resté béant depuis le 4 octobre) puisque le plancher 2011 a été inscrit à 2 700 points (10% d’écart).

Les deux double sommets de janvier/avril 2010 puis février/mai 2011 ont été inscrits à respectivement 3 088 et 3 165 points, soit un écart inférieur à 3%. Sur l’Eurostoxx50, le « M » est absolument parfait.

La « grande symétrie » n’a jamais été aussi proche d’une confirmation. Mais en clôturant à 3 075 points le 9 novembre dernier, au contact de la MM50, le CAC 40 s’est ménagé une petite marge de sécurité de 20 points. Ce n’est pas grand-chose mais cela peut faire toute la différence si l’euro préserve tant bien que mal 1,36$.

Si la pression baissière ne se relâche pas sur l’euro (cassure des 1,3550$), les 3 050 points ne tiendront pas bien longtemps et le CAC 40 s’en ira rapidement combler le gap des 2 973 points.

Sous les 2 950 points, le scénario induit par la « grande symétrie » serait alors implacable : nous irions droit sur les 2 770/2 750 points… Et bien pire si une vague 3 baissière moyen terme s’enclenchait : dans ce cas, nous irions, comme Mathieu le disait, en direction des 2 500 points cette fois-ci.

*1,35 euro par appel + 0,34 euro / minute.
Depuis la Belgique : composez le 09 02 33110, chaque appel vous sera facturé 0,75 euro / minute.

Depuis la Suisse : composez le 0901 801 889, chaque appel vous sera facturé 2 CHF / minute.

Mots clé : - - - -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

4 commentaires pour “Le CAC de retour vers ses plus-bas annuels”

  1. Bonjour,

    Contrairement à ce que vous annoncez jour apres jour, le CAC ne baisse pas et se maintient jour apres jour au-dessus des 3050… il monte encore aujourd’hui…

    C’est facile de faire des analyses qui s’imposent à tous dans le contexte macro-économique actuel.. c’est plus difficile, n’est-ce pas, de prévoir ce que fera le CAC demain… la seule chose qui m’interesse, en pratique….

    A+

  2. je suis chaque jour les dollar index et euro index, force est de constater que depuis début 2010, ces deux devises font tout pour baisser par rapport aux autres, une sorte de bataille pour la compétitivité monétaire…c’est peut-être cela qui peut retenir des investisseurs, notamment émergents, de placer leurs billes sur ces deux zones monétaires, assurés de perdre à coup sûr ?!

  3. pour faire suite à mon propos précédent, on peut s’interroger sur la rentabilité exacte des investisseurs, par exemple européens, quant aux bons du trésor US à 10 ans achetés par exemple en 2001 ? 🙂

  4. d’accord aévec soho

Laissez un commentaire