CAC40 : à vos marques, prêts ? Partez !

Rédigé le 13 juillet 2018 par | Analyses indices, Cac 40, Indices, sociétés et marchés Imprimer

C’est du travail bien fait ! Vraiment du grand art ! Rendons à César ce qui lui appartient et reconnaissons que les empereurs qui dirigent le marché (les tops banques d’investissement et leurs algos) ont parfaitement préparé le terrain pour aborder les publications trimestrielles.

Le véritable coup d’envoi de cette saison des résultats sera donné tout à l’heure, avec en première ligne les cadors américains du secteur bancaire JPMorgan Chase, Wells Fargo et Citigroup, entre autres…

Pourquoi du grand art ? Parce qu’ils sont arrivés à amener le CAC exactement sur un point stratégique qui devrait leur permettre de lancer une attaque haussière à très peu de frais et pour peu que les résultats semestriels soient bien reçus.

OK, certains d’entre vous trouveront peut-être cette introduction un peu trop « appuyée » et c’est vrai qu’en y regardant de plus près, le CAC n’a pris que 0,4% depuis vendredi dernier. Une petite hausse, mais une hausse quand même dans un contexte assez tumultueux, avec l’escalade des tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine, la baisse de la prévision de croissance de la Commission européenne pour l’UE, la menace de plus en plus sérieuse d’un « hard Brexit »ou encore l’effondrement du ZEW (l’indicateur du sentiment des investisseurs allemands).

On ose à peine penser à ce qui aurait pu advenir en cas de bonne nouvelle d’ordre fondamental…

Bon, j’en reviens à nos moutons et plus exactement au point stratégique sur lequel le CAC a été emmené.

graph cac40 Pour agrandir le graphique, cliquez dessus

Convergences dans la zone des 5 450 points

Celui-ci se trouve à la confluence de la résistance du canal baissier bleu, niveau par lequel passe très exactement la moyenne mobile 150 périodes (« MM150 » en bleu pointillé) et qui correspond à 50% de retracement (Fibonacci) de la vague de baisse amorcée fin mai.

En gros, tout le monde se regroupe dans la zone des 5 450 points (pastille orange), mais pourquoi écrire que le CAC a été « amené » (au forceps) sur ce niveau ?

Regardez une fois de plus ce qui apparaît à la lecture de l’On Balance Volume (« OBV », l’indicateur qui mesure les flux sur les marchés). Les volumes sont « neutres » (latéralisation dans le « range vert » sur OBV) alors que les algorithmes ont dans le même temps réussi à propulser le CAC dans un canal haussier (le vert).

Pas de flux d’acheteur donc, mais un peu de travail dans le carnet d’ordres, ce qui déstabilise les prix et permet d’appuyer juste au moment où il faut, avec très peu de contrats, et de continuer à faire décaler les prix à moindre coût dans le sens de la stratégie initialement prévue. Au bout du compte, le CAC arrive pile dans une zone ultra-sensible sur laquelle il ne faudra sans doute que quelques contrats pour relancer le mouvement si nécessaire.

Bref, pas besoin d’indicateur technique pour comprendre que pour débuter la saison des publications, l’objectif sera de passer les niveaux précédemment mentionnés. Et si cela fonctionne, il est probable qu’une bonne partie des stops des vendeurs soient touchés.

Auquel cas, les ordres de rachat se transforment en ordre d’achat… et une fois de plus ce seront les vendeurs qui vont venir alimenter la hausse.

Vous l’aurez compris, pas de trading pour moi en attendant les publications… et biais positif si l’on passe le seuil des 5 450 points.

Les algorithmes ne prennent pas de vacances

Une dernière chose pour conclure. Il y a quelques jours, un lecteur m’a fait la réflexion qu’il fallait faire attention à l’analyse des flux et des volumes en période estivale, considérant que les « gérants » sont en congés et que, de ce fait, les volumes diminuent mécaniquement.

Cette remarque aurait été parfaitement justifiée du temps où les gérants avaient encore leur mot à dire, mais elle ne l’est plus depuis que les algos contrôlent le marché et passent plus de 70% des ordres.

Pour s’en persuader (si ce n’est déjà fait), observez par exemple les volumes du CAC en vue journalière. Il n’y a pour ainsi dire aucune différence entre avant les vacances et pendant. C’est normal : les algos ne prennent pas de vacances. Jamais. Ils ne peuvent qu’être perturbés par une panne électrique généralisée…

Bon week-end à tous et allez les Bleus !

Gilles

Avez-vous déjà marché sur un Lego ? Voici ce qui se passe vraiment sur les indices…

Gilles Leclerc
Gilles Leclerc
Trader

Gilles a tout d’abord commencé dans la grande finance. Avec un MBA de la prestigieuse université américaine de Hartford, il a ensuite intégré la direction Financière IBM Europe et ensuite d’IBM Corporation (headquarters mondial). Puis, peu à peu, la passion boursière le gagnant, il s’est tourné vers les activités de trading.

Cela fait maintenant 20 ans que Gilles trade sur les marchés et il se consacre exclusivement à cette activité depuis une dizaine d’années.

Dès 2008, il fut l’un des premiers à pressentir les modifications profondes qu’allaient occasionner l’utilisation intensive des algorithmes sur les marchés financiers ; il a su s’adapter en mettant en place de nouvelles stratégies de trading répondant à ce nouvel environnement. Il créa donc son propre système de trading tout à fait spécifique et basé sur des concepts innovants.

De façon à prouver la validité de son approche, il reste l’un des rares traders/analystes à poster régulièrement ses prises de position en « Live » sur un site d’Analyse Technique de renommée ( Univers Bourse ) où il partage l’intégralité sa méthodologie.

Il intervient désormais dans La Bourse au Quotidien afin de partager son expérience et de proposer ses analyses et sa méthode au plus grand nombre.

Mots clé : - - -

Laissez un commentaire