CAC : un pavé dans la marre made in Italie

Rédigé le 28 septembre 2018 par | Analyses indices, Cac 40, Indices, sociétés et marchés Imprimer

La grande nouvelle du jour, c’est évidemment la décision du gouvernement italien de porter le déficit public à 2,4% en 2019. Trois fois plus que les 0,8% que ciblait l’ancien gouvernement !

De quoi a priori déplaire aux investisseurs, sachant que la dette italienne est déjà de 2 300 Mds€, soit 131% du PIB du pays.

Le risque ici est du côté des marchés obligataires, lesquels devraient se tendre, surtout le BTP italien bien entendu. Or, si les marchés obligataires se retrouvent sous pression, les marchés d’actions en pâtiront eux aussi et il ne faut pas s’attendre à ce que l’effet reste circonscrit à l’Italie.

Il est dans l’immédiat difficile de pronostiquer quoi que ce soit, sachant que la BCE pourrait finir par intervenir. Moyennant quoi, je vous propose ce vendredi matin une analyse rapide.

L’objectif ne change pas en pareilles circonstances, c’est-à-dire lorsqu’un gros pavé tombe dans la marre : on se prépare à une secousse potentielle, sans se mettre de biais dans la tête, mais en essayant de cibler les niveaux qui délimitent les tranchées des bulls et des bears.

Et ensuite, quand la fumée se dissipe sur le champ de bataille, on peut reprendre l’offensive. Toutefois, pour ce qui me concerne, je ne vais pas prendre d’initiative dans l’immédiat avant d’en savoir plus.

Reste que si l’on se cantonne à l’analyse technique, le pronostic de la semaine dernière s’est vérifié, avec une poursuite de la dynamique haussière sur le CAC40.

Les 5 550 points, un cap difficile à franchir

Graphe cours de Bourse indice CAC 40

Cliquez sur le graphique pour l’afficher en grand

Le niveau de résistance à court terme se situe désormais dans la zone des 5 550 points (« R1 », le segment rouge pointillé).

Cette résistance graphique correspond non seulement aux reports d’amplitude (les doubles flèches verticales bleues claires), mais aussi aux « tops » de juin et août dernier (les petites flèches rouges) qui ont renvoyé le CAC en impulsion baissière.

Cette zone des 5 550 points est donc difficile à franchir. Personnellement, en cas de réaction baissière sur ce niveau, je reprendrai une couverture sur les positions CAC à l’aide du tracker BX4. Quitte à relâcher si elle est finalement passée.

Et si je devais me risquer à un pronostic, je pense que le CAC devrait temporiser sur la zone des 5 500 points (le petit segment jaune), dans l’attente de la réaction de l’ouverture des marchés américains.

Toujours est-il que si le CAC arrivait à passer la résistance « R1 », le prochain objectif se situerait sur « R2 », c’est-à-dire la zone des 5 650 points (le rectangle rouge horizontal). Quant au support, il s’agirait de la zone des 5 450 points ( « S1 », le segment vert pointillé). En conjonction avec un pull back sur l’ancienne résistance devenue support (les doubles segments rouges + la pastille bleue), il s’agirait d’une bonne ligne de démarcation pour que les bulls défendent leurs positions.

Attention néanmoins parce que sur les niveaux actuels, nous tapons dans le « dur ». Le très (très) dur même. Pourquoi ?

Graphe cours de Bourse de l'indice CAC 40

Cliquez sur le graphique pour l’afficher en grand

Tout simplement parce que depuis un an (septembre 2017), le CAC a systématiquement échoué lors de ses tentatives de passage de la zone de résistance marquée par le rectangle horizontal violet.

Maintenant, c’est au marché de décider, et de votre côté je vous ai révélé les niveaux que je vais suivre.

Pour le moment, je ne bouge pas, je repasse « neutre » et nous verrons bien si les investisseurs arrivent à trouver une bonne raison pour poursuivre la hausse enclenchée depuis le rebond des 5 250 points (la pastille vert fluo sur le premier graphique).

Bon week-end !

Gilles

La fin des hésitations sur le CAC40 ?

Gilles Leclerc
Gilles Leclerc
Trader

Gilles a tout d’abord commencé dans la grande finance. Avec un MBA de la prestigieuse université américaine de Hartford, il a ensuite intégré la direction Financière IBM Europe et ensuite d’IBM Corporation (headquarters mondial). Puis, peu à peu, la passion boursière le gagnant, il s’est tourné vers les activités de trading.

Cela fait maintenant 20 ans que Gilles trade sur les marchés et il se consacre exclusivement à cette activité depuis une dizaine d’années.

Dès 2008, il fut l’un des premiers à pressentir les modifications profondes qu’allaient occasionner l’utilisation intensive des algorithmes sur les marchés financiers ; il a su s’adapter en mettant en place de nouvelles stratégies de trading répondant à ce nouvel environnement. Il créa donc son propre système de trading tout à fait spécifique et basé sur des concepts innovants.

De façon à prouver la validité de son approche, il reste l’un des rares traders/analystes à poster régulièrement ses prises de position en « Live » sur un site d’Analyse Technique de renommée ( Univers Bourse ) où il partage l’intégralité sa méthodologie.

Il intervient désormais dans La Bourse au Quotidien afin de partager son expérience et de proposer ses analyses et sa méthode au plus grand nombre.

Mots clé : - -

Laissez un commentaire