CAC : pas de nouvelle, bonnes nouvelles !

Rédigé le 14 septembre 2018 par | Analyses indices, Cac 40, Indices, sociétés et marchés Imprimer

Le CAC évolue actuellement sans tendance, mais avec une forte volatilité. Celle-ci s’explique par des incertitudes chroniques concernant le commerce mondial, mais aussi à propos du budget de l’Italie (susceptible de déstabiliser l’euro et les marchés obligataires). Sans parler de la tragicomédie des négociations relatives au Brexit

Toutes ces données se sont accumulées dans un marché au sein duquel l’abstention prédomine, ce qui laisse le champ totalement libre aux « grosses mains » et à leurs algorithmes de trading pour « balayer » le marché selon leurs convenances et objectifs du moment. Un peu comme un chalutier qui ratisserait les fonds marins en saison de pêche.

Graphe CAC40

Cliquez sur le graphique pour l’afficher en grand

Pour rappel, j’évoquais dans mon point CAC d’il y a 15 jours (pastille rouge) la fin de la torpeur estivale et pointait l’existence de signaux techniques (qui militaient) pour une reprise des hostilités à court terme. Techniquement, le signal était alors calibré sur un retournement du Stochastique momentum index (« SMI ») (la pastille orange, qui est maintenant suivie d’une flèche de même couleur).

Graphiquement, je vous faisais par ailleurs part d’un changement probable de cadrage graphique (comme cela arrive fréquemment en milieu d’année), avec une segmentation algorithmique qui s’étage désormais tous les 100 points (les segments horizontaux pointillés « R1 », « P » et « S1 »).

Il se trouve qu’à partir du signal du « SMI », notre indice s’est replié de grosso modo 4% pour aller chercher le niveau « S1 » à 5 250 points (le segment vert pointillé).

On voit bien ici la corrélation entre niveaux graphiques et signaux techniques.

La semaine dernière, un nouveau signal, haussier celui-ci, était perceptible sur ce niveau des 5 250 points.

Gardons-nous toutefois d’anticiper quoi que ce soit… et surveillons impérativement le comportement de la MACD (sur son support d’impulsion), laquelle a elle aussi délivré rapidement un signal positif (la pastille fluo et les doubles flèches vertes). Moyennant quoi, le CAC est reparti sur son prochain palier/objectif, c’est-à-dire les 5 350 points et la zone dans laquelle nous nous retrouvons ce matin.

Un marché creux et des échanges réduits

Toutes ces explications préalables me semblaient nécessaires pour bien comprendre et « valider » les conditions de marché actuelles. Et si vous me permettez une image, le fait de toujours reboucler avec les dernières prévisions est comparable à traverser un gué et à sauter de pierre en pierre : on s’assure que l’on avance sur un terrain solide et que la cadence des sauts est correcte.

Tant que c’est le cas, on ne change rien… Jusqu’au jour où les conditions changent. C’est alors qu’il faut prendre du recul pour réexaminer la situation voire changer de stratégie.

Nous n’en sommes cependant pas encore là, c’est pourquoi nous continuons sur le même rythme, avec un biais haussier conservé tant que la MACD pointe à la hausse.

A priori, le prochain obstacle se situe au niveau de l’axe (en rouge pointillé sur le MACD) qui a systématiquement bloqué les impulsions depuis mai dernier.

Pas question pour autant de se laisser endormir car le marché est toujours « creux » et sans participation des « gestions ». En d’autres termes, il n’y a pas vraiment de consensus, encore moins de prises de participations et le flux des échanges est toujours « neutre » (voyez l’« On Balance Volume »).

Cet attentisme au niveau des flux devrait en outre perdurer d’ici de nouveaux développements concernant les négociations commerciales ou l’Italie, les nouvelles fondamentales que je viens d’évoquer et que nous ne pouvons (toujours pas) prévoir….

Pour l’heure, cette absence de conviction des opérateurs rend le marché fragile et susceptible de décaler fortement. C’est pourquoi mon attitude sera au bout du compte de suivre le mouvement « technique » tel qu’exposé dans ce point hebdomadaire, mais sans renforcer, ni prendre de risques inconsidérés.

Chi va piano va sano… Et bon week-end !

Gilles

Engie : si ça doit rebondir, c’est maintenant !

Mots clé : - - -

Gilles Leclerc
Gilles Leclerc
Trader

Gilles a tout d’abord commencé dans la grande finance. Avec un MBA de la prestigieuse université américaine de Hartford, il a ensuite intégré la direction Financière IBM Europe et ensuite d’IBM Corporation (headquarters mondial). Puis, peu à peu, la passion boursière le gagnant, il s’est tourné vers les activités de trading.

Cela fait maintenant 20 ans que Gilles trade sur les marchés et il se consacre exclusivement à cette activité depuis une dizaine d’années.

Dès 2008, il fut l’un des premiers à pressentir les modifications profondes qu’allaient occasionner l’utilisation intensive des algorithmes sur les marchés financiers ; il a su s’adapter en mettant en place de nouvelles stratégies de trading répondant à ce nouvel environnement. Il créa donc son propre système de trading tout à fait spécifique et basé sur des concepts innovants.

De façon à prouver la validité de son approche, il reste l’un des rares traders/analystes à poster régulièrement ses prises de position en « Live » sur un site d’Analyse Technique de renommée ( Univers Bourse ) où il partage l’intégralité sa méthodologie.

Il intervient désormais dans La Bourse au Quotidien afin de partager son expérience et de proposer ses analyses et sa méthode au plus grand nombre.

Laissez un commentaire