CAC/Eurostoxx50 : qui aura raison ?

Rédigé le 19 juillet 2017 par | Algos, Analyses indices, Cac 40, Europe Imprimer

Aujourd’hui, de la même manière que nous avons fait un point de long terme sur les indices américains vendredi, nous allons prendre du recul et regarder ce que donnent les configurations du CAC40 et de l’EuroStoxx50.

Vous allez, voir, il y a un « hic ». L’un dit « potentiel haussier », l’autre dit « attention, risque de baisse ».

Evidemment, les deux indices étant intimement liés, l’un des deux aura tort… A moins que ce ne soient les deux et que les indices dérivent latéralement – ce qui devient de plus en plus est probable étant donné les signaux techniques qui émergent. Mais il est encore trop tôt pour s’en assurer, et il va falloir attendre la fin du mois pour que les données mensuelles apparaissent complètes.

Le graphe du CAC40 nous dit « potentiel de hausse »

La grande oblique (rouge) baissière a été cassée fin avril (pastille jaune) : le CAC a alors délivré un signal positif.

Si le vendredi vous suivez mes analyses hebdomadaires du CAC, vous savez que suite à cette cassure et à l’explosion de l’indice (l’effet « Macron »), nous attendions un pull-back sur cette ancienne ligne de résistance devenue support. Ce pull-back est en cours.

Pour analyser plus finement la formation des prix (et donc le comportement et la psychologie des opérateurs de marché) ; regardons le détail de ces bougies, tel qu’il apparaît dans le petit encart glissé en haut et à droite de ce graphe.

CAC en données trimestrielles Pour agrandir le graphique, cliquez dessus

En « 1 » la bougie du premier trimestre. Elle est haussière et se clôture vers 5 130 points.

La bougie « 2 » montre un doji d’hésitation qui s’est formé au deuxième trimestre. Grosse volatilité (regardez les mèches haute et basse). Mais ce qui est important, c’est que le corps de la bougie : il montre le niveau d’équilibre, donc de consensus et s’est fixé vers… 5 130 points.

La bougie « 3 » vient de commencer (bougie trimestrielle, je rappelle) mais pour le moment, on observe la formation d’un petit doji d’hésitation avec (très important) une mèche basse qui prend appui dans la même zone que les points d’équilibre donnés par les deux bougies précédentes : 5 130 points.

Cette mèche basse a pour le moment permis au CAC40 de prendre appui pour un début de rebond.

Le petit encart montre donc bien la mécanique actuelle : la zone des 5 130/5 100 points doit impérativement être préservée par les bulls. Si jamais l’indice passe en dessous et casse son support oblique (double segment rouge), alors nous serions en présence d’un superbe break out fail. Un signal très négatif pour le CAC.

Un break out fail est-il possible ?

Nous n’y sommes évidemment pas, mais imaginons le cas de figure et voyons ce que vous devez surveiller pour le repérer.

En passant en vue mensuelle, les enseignements sont identiques : le CAC doit impérativement rebondir sur l’ancienne résistance oblique historique « ROH » devenue support (SOH »).

CAC en données mensuelles Pour agrandir le graphique, cliquez dessus

La décomposition des niveaux de support/résistance montre également un support horizontal « S » autour de 5 130 points. Coïncidence ? Certainement pas.

Techniquement, une divergence baissière potentielle se met en place sur l’indicateur de tendance MACD – et c’est l’outil que je suivrai pour valider le risque de break out fail.

Donc, vous l’avez compris : il faut un rebond MAINTENANT ou… ça risque de chauffer.

Le deuxième graphe concerne l’EuroStoxx 50 qui nous signale un risque de baisse avancé de son côté.

Le graphe de l’EuroStoxx50 nous dit « risque de baisse »

La situation est très différente sur le Stoxx50. Si le CAC a réussi à s’affranchir de sa résistance oblique, ce n’est pas le cas de l’indice européen qui est en train de consolider SOUS sa résistance oblique (segment rouge). La consolidation a débuté exactement au moment où l’indice est venu tester cette dite résistance (pastille orange).

CAC en données mensuelles Pour agrandir le graphique, cliquez dessus

Vous voyez, là, c’est très simple : si l’EuroStoxx n’arrive pas à s’affranchir de cette résistance, alors le CAC n’a aucune chance de continuer sa progression.

Alors, si l’un dit « oui » (le CAC) et que l’autre dit « non » (l’EuroStoxx50) que faire ?

Eh bien cela colle tout à fait avec l’analyse long terme de début d’année « En 2017, le CAC risque d’être difficile à trader ». L’un des points de cette analyse était : « l’une des clés de 2017 sera probablement de choix des unités de temps d’intervention« .

Comme j’espère vous l’avoir montré aujourd’hui : ça va se jouer d’ici peu, mais pour l’instant la situation est indécise.

Donc, la solution – la seule solution ! – est de se laisser guider par la dynamique du CAC à court et moyen termes, sur des UT inférieures (hebdomadaires et journaliers), comme nous le travaillons chaque vendredi. Or les signaux donnés par ces UT plus rapides sont toujours au vert sur le CAC40.

Pour le moment, le CAC a rebondi pile-poil sur les 5 130 points mais doit rapidement s’extraire de la résistance des 5 250 pour reprendre son momentum haussier. Je vous donne donc RDV vendredi prochain pour développer et suivre cette dynamique.

BANQUES, vos vrais risques

Pourquoi vos garanties bancaires n’existent pas

Recevez GRATUITEMENT le livre de Simone Wapler et découvrez les 6 mesures d’urgence que vous devez prendre MAINTENANT pour protéger votre argent

Cliquez ci-dessous pour lancer la vidéo (n’oubliez pas d’allumer le son de votre ordinateur)

INTERVIEW - Simone Wapler et Philippe Béchade

 

Mots clé : - - -

Gilles Leclerc
Gilles Leclerc
Trader

Gilles a tout d’abord commencé dans la grande finance. Avec un MBA de la prestigieuse université américaine de Hartford, il a ensuite intégré la direction Financière IBM Europe et ensuite d’IBM Corporation (headquarters mondial). Puis, peu à peu, la passion boursière le gagnant, il s’est tourné vers les activités de trading.

Cela fait maintenant 20 ans que Gilles trade sur les marchés et il se consacre exclusivement à cette activité depuis une dizaine d’années.

Dès 2008, il fut l’un des premiers à pressentir les modifications profondes qu’allaient occasionner l’utilisation intensive des algorithmes sur les marchés financiers ; il a su s’adapter en mettant en place de nouvelles stratégies de trading répondant à ce nouvel environnement. Il créa donc son propre système de trading tout à fait spécifique et basé sur des concepts innovants.

De façon à prouver la validité de son approche, il reste l’un des rares traders/analystes à poster régulièrement ses prises de position en « Live » sur un site d’Analyse Technique de renommée ( Univers Bourse ) où il partage l’intégralité sa méthodologie.

Il intervient désormais dans La Bourse au Quotidien afin de partager son expérience et de proposer ses analyses et sa méthode au plus grand nombre.

Laissez un commentaire