Indices : trop de risque et pas assez de potentiel. Restez à l’écart !

Rédigé le 2 novembre 2015 par | Analyses indices, Autres indices, Cac 40, Toutes les analyses, US Imprimer

Sur les marchés, les choses vont vite – très vite et peut-être. Rappelez-vous : au tout début du mois dernier, les indices étaient emportés par une vague de baisse qui frisait la panique. Cela peut sembler déjà lointain et certains l’ont probablement déjà oublié tant le revirement a été brutal. Mais reprenez les graphes : le CAC, par exemple, sombrait à 4 300 pts, tandis que l’Eurostoxx50 décrochait sur la zone des 3 000 pts.

Or, c’était précisément sur ces niveaux, début octobre, que nous tirions la sonnette d’alarme. A ce moment-là les indices européens ET américains étaient sur des supports majeurs et les signaux techniques de décrochages se multipliaient.

Nous avions alors immédiatement opté pour la mise en place d’une stratégie de « snipper » (prises de positions rapides et ciblées) sur le CAC. Cette dernière pariait sur une série de rebonds, dont  la dernière cible se situait au niveau des 4 850 pts. Jusque-là tout s’est bien passé : nous avons atteints ces objectifs, comme prévu.

Cependant, malgré toute cette volatilité et ces incertitudes, le CAC40 a fini par aligner une série de records historiques : meilleur mois d’octobre, plus grand nombre de points gagnés en un mois, etc.

Une bonne nouvelle, me diriez-vous ? Pas nécessairement

Un plan de trade pour ne pas tomber dans la dangereuse euphorie « made in BCE »

Les deux pires ennemis du trader sont, à mon sens, la peur et l’avidité. Ces émotions doivent impérativement être éliminées. Elles brouillent l’esprit, engendrent des prises de positions exécutées à l’encontre de tout logique. Le travail quotidien de tout trader devrait toujours ressembler à peu de choses près à ceci : cibler les niveaux, sélectionner un signal technique pour prendre (ou pas) position, déterminer un objectif, positionner un stop etc… Bref : un trader ne peut rien faire sans un vrai plan de trade.

Donc, ce que je vous propose aujourd’hui, c’est un rapide tour d’horizon des marchés avec quelques graphes à l’appui Comprenons où les indices se situent, afin de pouvoir déterminer quels sont les prochains niveaux d’intervention potentiels et quelle stratégie nous allons adopter

Procéder à une semblable analyse permettra de calmer l’élan d’euphorie qui s’est peut-être déjà emparé de vous suite à la dernière et récente injection d’endorphines de la BCE

Commençons par l’Eurostoxx50,  le poids lourd de la zone Euro.

L’Eurostoxx progresse vite, trop vite

le cours de l'eurostoxx au 2 novembre 2015

Sur cet indice, on anticipait un rebond sur le support des 3 000 pts en début de mois (segment vert horizontal / la flèche verte pour le rebond).

Or, les prix ont déjà atteint – bien trop rapidement à mon gout – la résistance supérieure, celle des 3 400 pts (indiquée par segment violet horizontal, la pastille et flèche rouge).

Donc même avec un biais haussier, le bon sens dicterait de ne PAS passer à l’achat juste SOUS une résistance. Rappelez-vous : on peut le faire si (et seulement si) cette résistance est cassée à la hausse, pour profiter du mouvement d’impulsion que cette cassure libère.

Or sur l’Eurostoxx, même après une éventuelle cassure des 3 400 pts, la prochaine résistance majeure (zone charnière) serait ce grand segment oblique rouge, qui coiffe tout de même les prix depuis l’an 2000, et qui se situe actuellement à moins de 4% des prix.

Donc personnellement, sur cette échelle de temps, je ne joue pas : le potentiel est bien trop faible.

Achat à 3 000 pts (flèche verte), par contre, oui car il y a du potentiel et la possibilité de placer un stop serré.

Mais à 3 400 pts : non merci. S’il faut placer un stop à 7% pour espérer gagner 4%… vous êtes sûr de perdre tout votre argent avec cette stratégie ! C’est une question de money management que bien souvent, vous oubliez (raison pour laquelle je vous explique quel money management avoir dans ces videos).

Maintenant passons rapidement aux autres indices puisque la configuration est la même.

Le Dow Jones près de ses plus-hauts historiques

Sur le DJIA, vous voyez la résistance majeure (zone charnière) et les plus-hauts historiques vers les 18 000 pts. A 17 660 points, cela donne un potentiel de 2,5% avant que les plus-hauts ne soient rejoints (segment violet horizontal) et que, là encore, la situation se complique à nouveau…

Laissez tomber !

le cours du Dow Jones au 2 novembre 2015

Le CAC : trop de risque pas assez de gains potentiels

Avant de passer au CAC, récapitulons un peu.

L’Eurostoxx 50 a un potentiel de hausse de  4% (en cas de cassure de la résistance des 3 400 pts). Le Dow Jones, pour sa part n’a qu’un peu moins de 3% de hausse potentielle.

En gardant cela à l’esprit et en sachant que tous ces indices sont interdépendants les uns des autres, qu’observe-t-on sur le CAC ?

Vous voyez : sur les trois indices que l’on a analysés, les prix sont à présent à 4% ou moins du contact avec une résistance majeure.

le cours du cac au 2 novembre 2015 en vue journalière

Ah ! j’allais oublier : en vue de plus long terme (hebdomadaire), l’oblique rouge nous donne un objectif sur le CAC40 à 5200 points maximum. Soit… moins de 5% des niveaux actuels.

le cours du cac au 2 novembre 2015 en vue hebdomadaire

Tout semble donc coïncider : les potentiels 4 / 5% maximum de potentiel en vue hebdomadaire ne représente aucun attrait au regard du risque encouru – même si les résistances que nous avons passées en revue seraient cassées.

Donc je continuerai à vous proposer des plans de trades sur des Unités de temps bien plus rapides pour essayer de capter rapidement des mouvements de court, voire très court terme. On rentre, on sort : la stratégie du snipper continue…

D’ici là bons trades,

Gilles

Mots clé : - -

Gilles Leclerc
Gilles Leclerc
Trader

Gilles a tout d’abord commencé dans la grande finance. Avec un MBA de la prestigieuse université américaine de Hartford, il a ensuite intégré la direction Financière IBM Europe et ensuite d’IBM Corporation (headquarters mondial). Puis, peu à peu, la passion boursière le gagnant, il s’est tourné vers les activités de trading.

Cela fait maintenant 20 ans que Gilles trade sur les marchés et il se consacre exclusivement à cette activité depuis une dizaine d’années.

Dès 2008, il fut l’un des premiers à pressentir les modifications profondes qu’allaient occasionner l’utilisation intensive des algorithmes sur les marchés financiers ; il a su s’adapter en mettant en place de nouvelles stratégies de trading répondant à ce nouvel environnement. Il créa donc son propre système de trading tout à fait spécifique et basé sur des concepts innovants.

De façon à prouver la validité de son approche, il reste l’un des rares traders/analystes à poster régulièrement ses prises de position en « Live » sur un site d’Analyse Technique de renommée ( Univers Bourse ) où il partage l’intégralité sa méthodologie.

Il intervient désormais dans La Bourse au Quotidien afin de partager son expérience et de proposer ses analyses et sa méthode au plus grand nombre.

Laissez un commentaire