CAC 40 : la cinquième vague nous mène sur les 3 840 pts

Rédigé le 1 juillet 2008 par | Autres indices Imprimer

A l’approche des grandes vacances, mieux valait, justement, ne pas en faire trop… de vagues. Sauf que là, la cinquième déferlante risque bien de nous ramener sur les 3 850 pts. Puisque nous parlons de vagues, voyons aujourd’hui cette théorie controversée mais que pourtant j’affectionne particulièrement : celle des « Vagues d’Elliott ».

Principe de base Cette méthodologie, qui s’appuie en grande partie sur la fameuse théorie de Dow, part d’un principe simple et évident : les marchés évoluent selon des tendances (haussières ou baissières) au sein desquelles viennent s’insérer des phases de consolidation (plus ou moins longues, et plus ou moins importantes) qui vont s’inscrire graphiquement selon le schéma de base suivant : la tendance en 5 vagues et la consolidation en 3. Autour de ce principe de base, viennent s’inscrire des règles précises régissant la longueur desdites vagues, et les configurations que peuvent prendre les courbes graphiques, toujours plus complexes dans les phases correctives.

◊ Focus sur les « overlaps » Je vous en ai déjà parlé, et vous l’entendrez régulièrement de ma part. Il s’agit pour moi d’une des figures les plus fortes et efficaces de l’analyse graphique, directement issue de la théorie elliottiste. Si vous nous rejoignez aujourd’hui, je fais un bref rappel : un overlap, c’est un niveau horizontal qui jouait, dans une tendance haussière, le rôle de résistance et qui sert maintenant de support (et l’inverse en tendance baissière).

Une image valant plein de beaux discours, voici un exemple plus que frappant de la puissance d’un tel niveau. J’ai délibérément choisi cet overlap au sein de toute la grande phase de baisse de septembre 2000 à mars 2003 :

Comme vous pouvez le constater avec moi sur ce zoom, deux niveaux majeurs ont joué le rôle d’overlaps importants lors de cette phase baissière : – mars 2001 : autour des 4 750 pts

Le 22 mars 2001 (pour être précis), l’indice parisien a atteint un plus bas sur les 4 804 pts. Puis il a rebondi suffisamment haut pour que l’analyste puisse considérer la première jambe de la baisse initiée en septembre 2000 comme terminée.

Puis, logiquement, à la suite de ce rebond, une nouvelle vague de dépréciation a vu le jour. C’est ce même niveau des 4 750 pts qui a contenu les pressions acheteuses sur l’indice. L’overlap s’est confirmé : il est passé de support à résistance. La baisse a ensuite pris fin six mois après, le 21 septembre 2001 exactement, sur les 3 463 pts ;

– septembre 2001 : autour des 3 440 pts Le 4 janvier 2002 (précis je suis, précis je resterai !), nouvelle phase négative sur le CAC40, initiée sur les 4 750 pts (à 4 720 toujours précisément). Elle s’achève le 10 octobre 2002 sur les 2 612 pts. Et voici venir le deuxième effet Kiss Cool : quel niveau est venu par la suite arrêter le rebond ? Evidemment, l’overlap des 3 440 pts.

Je tiens à attirer votre attention dans ce paragraphe sur les mouvements très importants engendrés par un tel phénomène (si, si : je pèse mes mots). Il s’agit de niveaux-clés qui offrent une lecture de long terme permettant de jouer des stratégies (hausse et baisse) sur des durées conséquentes avec un degré de précision très pointu !

Décompte elliottiste : un bel exemple sur le CAC40 ! Je vous en parlais dans mon Billet du 10 juin dernier : il manquait une vague 5 dans la chute actuelle de l’indice phare de la place parisienne. Seule une immense mauvaise foi vous ferait dire aujourd’hui que je m’étais trompé, puisque nous avons encore perdu près de 400 pts en deux semaines.

En effet, et vous pouvez le constater avec moi sur le graphique ci-dessous, c’est selon un schéma elliottiste très propre qu’évolue le CAC40, et ce depuis bien longtemps (notamment depuis le sommet de septembre 2000) :

Sur ce graphique, on remarquera deux étapes :

– la phase de hausse de mars 2003 à juin 2007 Celle-ci a pris place, comme vous le voyez très clairement, en 5 vagues (notées de I à V), respectant sans équivoque les deux règles elliottistes majeures : la vague 3 n’est jamais la plus courte, et la vague 4 n’enfonce jamais la vague 1 (principe de l’overlap, pardi !). Par ailleurs, sur ce schéma est venu se greffer un large canal ascendant, qui n’aura échappé à personne ;

– la phase de baisse de juin 2007 à aujourd’hui Pour l’elliottiste que je suis, quel bel os à ronger ! Le décompte est non seulement propre, mais surtout efficace puisqu’il m’a en effet permis de vous donner il y a trois semaines un scénario qui s’est avéré exact. Je tablais sur le manque d’une vague 5 au sein de la chute actuelle. J’avais, pour ce faire, beaucoup misé sur mon « effet overlap » (que j’ai placé sur les 5 200 pts) et qui, après avoir marqué la fin de ma vague 1, est venu bloquer le rebond de ma vague 4.

Que vous reste-t-il à faire ? A l’heure même où je vous écris, le CAC40 est déjà repassé sous son dernier point bas du 17 mars dernier. Maintenant, je vous le dis très clairement : visez les 3 850 pts (à plus ou moins 10 pts près).

Ce niveau correspond en effet à la combinaison de nombreux facteurs techniques importants, à savoir : – le retracement classique et majeur de Fibonacci de 61,8% de toute la hausse précédente (celle précitée de mars 2003 à juin 2007) ; – la projection traditionnelle de 100% de la dernière jambe de baisse (du 11 octobre 2007 au 17 mars 2008) reportée au récent sommet du 19 mai dernier ; – l’overlap (si, si, je vous promets !) de fin avril 2004.

Stratégie à adopter pour jouer le CAC40 De toute cette démonstration ressort une idée de stratégie évidente : continuez à jouer la baisse en visant le niveau des 3 850 pts (+/-10) avant de vous racheter sur un rebond conséquent plus que probable.

Ensuite, reste à savoir si cette baisse en cinq temps fait partie d’une grande vague A de consolidation : dans ce cas, le rebond à suivre serait notre vague B, et nous devrions attendre une grande vague C qui nous mènerait tout droit… aux oubliettes.

D’ici là, il sera alors temps de revoir tout ça, et vous savez que vous pourrez compter sur moi pour ne pas manquer de vous donner la position à adopter et les bons trades à faire. Par ailleurs, seul un net passage au-dessus des 4 800 pts remettrait en cause mon hypothèse baissière immédiate.

Mots clé : - - - -

Laissez un commentaire