Des bulles, il y en a partout… et elles gagnent même l’immobilier au Canada !

Rédigé le 15 mai 2017 par | Statistiques et données macro Imprimer

Des bulles, il y en a partout… et elles gagnent même l’immobilier au Canada !

Les bulles surgissent partout et touchent tous les actifs financiarisés. Wall Street (ou plutôt le Nasdaq) battent chaque jour des records depuis le 24 avril dernier. Mais alors qu’une hausse de +30% des technos sur 12 mois (en réalité tout ne repose que sur les GAFA) semble imbattable, il existe pourtant un secteur qui soutient la comparaison : il s’agit de l’immobilier à Toronto où la  flambée des prix devient parabolique dans certains quartiers huppés.

Alors certes, +30%, c’est le cas extrême mais la hausse moyenne atteint quand même +20% dans la métropole, ce qui devance (de loin) la dérive des prix à Vancouver (+13% en 1 an), Ottawa, ou Calgary (+6 à +12%).

Malgré tout, Vancouver garde quasiment 2 longueurs d’avance en terme de cherté de l’immobilier puisque le prix moyen d’une maison est de (tenez-vous bien) de 1.200.000$ ! Seul les quartiers chics de San Francisco et Sunnyvale soutiennent la comparaison sur la cote ouest nord-américaine. A Toronto, une maison ne coûte « que »  760.000$ pour Toronto et 460.000$ pour Calgary (une « ville chinoise », tout comme Vancouver)

La rumeur court que l’Amérique de Trump fait peur aux Américains eux-mêmes et que la douceur de vivre, la sécurité des grandes métropoles canadiennes attirent des investisseurs US qui se ménagent une solution de repli.

Les autres acheteurs sont les Chinois, toujours en recherche d’actifs plus sûrs que le Yuan: comme certains d’entre eux ont converti une partie de leur fortune en Bitcoin et que ce dernier vient de doubler de valeur en 6 mois (il atteint le prix ridicule de 1.850$), une hausse de 20% de l’immobilier au Canada ne leur fait ni chaud ni froid !

Mots clé : - - - -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

3 commentaires pour “Des bulles, il y en a partout… et elles gagnent même l’immobilier au Canada !”

  1. Pourquoi ne pas remarquer que le prix jugé excessif des prix des maisons à Vancouver est tout juste comparable avec leurs homologues des quartier chics de la banlieue ouest de Paris: le fameux triangle d’or La Défense, SGL, Versailles ? C’est d’ailleurs parfaitement normal car la cause est la même: les taux immobiliers au plus bas historique de l’humanité ! Comment imaginer que 2 parents CSP++ doit reverser entièrement leurs salaires pendant 15 ans pour une maison certes familiale mais sans standing ? L’écart de prix avec la Province est de l’ordre de 6.
    Heureusement, en France, on peut encore louer à des prix humains. J’ignore le cas au Canada.

  2. A la rédaction: pourquoi avoir supprimé mon commentaire d’hier ? Vous ne croyez pas qu’une maison familiale comparable à celles d’Amérique du Nord ne coûte pas aussi 1,2 M$ en banlieue ouest ? Vérifiez-donc sur seloger. Et les salaires sont 2 fois plus faibles en facial !

  3. Stéphane Ceaux-Duteil compare la bulle du Bitcoin à la Compagnie des mers du sud en 1720 dont la valeur avait décuplé jusqu’à 1000 unités avant de kracher à 50 unités (à vérifier). Il prédit que le Bitcoin va manger -50% avant Noël. Cela dit, il ne prend pas de risque vu la volatilité.

Laissez un commentaire