La bulle obligataire prête à crever ?

Rédigé le 20 décembre 2017 par | A la une, Taux & Devises Imprimer

Nous ne savons pas si les marchés effectuent une soudaine prise de conscience de l’ampleur de la bulle obligataire ou s’ils réagissent simplement à l’impact mécanique de la Tax Reform sur les déficits US. En effet, la planche à billets risque d’accélérer en 2018 et les créanciers pourraient se montrer plus réticents à prêter au Trésor US. Mais ce qui pouvait passer pour une banale correction technique après de « bons chiffres » publiés la veille aux Etats Unis – le rehaussement des prévisions de l’INSEE avec une croissance à +1,9% en 2017 – se transforme en une véritable correction. Et cela remet déjà en cause certains supports et rend les opérateurs très nerveux.

La bulle obligataire fait des dégâts

Le rendement des Bunds prend plus de 10 points depuis le début de la semaine. Les T-Bonds US se retendent de +13 points. Le « 30 ans » s’attaque aux 2,9%. Et malgré cette rémunération plus généreuse, le dollar perd plus de 1% face à l’euro en 48 heures.

Et assez mécaniquement, on observe ainsi un recul symétrique des indices boursiers en 48 heures.

Les bonnes nouvelles font souffler un vent glacial sur les marchés de taux…

Mots clé : - -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Un commentaire pour “La bulle obligataire prête à crever ?”

  1. Après 1 an de léthargie, revoilà les taux ! On a encore un peu de marge avant de retourner au dernier top du TNX à 26,21 (http://stockcharts.com/public/1269446/tenpp/10). Mais à 25, il est en haut du couloir descendant. Gilles Leclerc voit-il une possibilité de sortie haussière explosive avec ses indicateurs ?

Laissez un commentaire