Brexit : Londres va réduire l’impôt sur les sociétés

Rédigé le 17 mars 2016 par | Analyses indices, Indices, sociétés et marchés, Toutes les analyses Imprimer

Brexit ou pas brexit ? Londres nous envoie déjà un gentil message qui nous met dans l’ambiance, nous autres continentaux : l’impôt sur les sociétés outre-Manche va être progressivement réduit de 20 à 17% d’ici 2020. Ce qui réduira le différentiel avec l’Irlande (qui a précocement adopté l’euro) à 5 points.

Quand on des coéquipiers du genre de celui-là, on n’a même plus besoin d’un adversaire !

L’eurozone crève déjà à petit feu des conséquences de l’optimisation fiscale (un terme soft pour désigner une évasion fiscale sans vergogne qui prive les états de 500 Mds€ de recettes d’impôts chaque année) permise par le Luxembourg, les Pays-Bas et l’Irlande (en combinant les différentes conventions fiscales locales, les multinationales parviennent à faire tomber leur imposition à un niveau proche de zéro). Londres annonce qu’elle participe à lui porter le coup de grâce en proposant un taux inférieur de 10% à la moyenne européenne.

Sachant que Londres, c’est de surcroît une porte grande ouverte sur les principaux paradis fiscaux que sont les Bermudes, Singapour, les île Caïman (pardonnez-nous de ne pas citer in extenso une cinquantaine d’autres que les avocats de la City connaissent bien et pratiquent assidûment), nous voyons clairement que la Grande Bretagne se comporte déjà comme si elle s’était « brexité » de l’UE et s’appliquait à accélérer sa désintégration.

Quand on des coéquipiers de ce genre au sein de l’Union, on n’a même plus besoin d’adversaires sur les autres continents !

Mots clé : - -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Laissez un commentaire