BP : prochain achat de Warren Buffett

Rédigé le 18 juin 2010 par | Big caps Imprimer

Warren Buffett, l’investisseur le plus riche du monde, aime dénicher les entreprises qui valent moins que leurs concurrentes : c’est le cas de British Petroleum (BP) qui a vu récemment son cours se diviser par deux.

« Soyez cupide lorsque les autres sont peureux« , nous enseigne le légendaire Sage d’Omaha qui (rappelons-le) est devenu l’un des trois hommes les plus riches de la planète — sa fortune est estimée à 47 milliards de dollars US — uniquement grâce à ses choix d’investissement et une performance annuelle de 28% depuis 40 ans.

Dans ce billet, je vous explique pourquoi Warren Buffett et ses disciples projettent d’acheter très prochainement des actions BP. Il existe une stratégie spécifique permettant de capter le gain maximal tout en limitant la perte possible. Je vous dévoile tout dans les lignes suivantes.

Investiriez-vous dans l’entreprise BP ?

Graphique boursier de la valeur BP

Probablement non si vous regardez de près le graphique boursier de la valeur ci-dessus. En effet, il est difficile de trouver actuellement un analyste positif sur le titre. Tous s’accordent pour dire que le géant britannique du pétrole ne pourra pas régler la facture dans le golfe du Mexique. Le président de BP, Carl-Henric Svanberg, considéré comme trop discret depuis le déclenchement de la marée noire, doit maintenant s’expliquer avec le président Barack Obama. Même s’il est sous le feu des médias en ce moment et vu par le monde entier comme le vilain petit canard, il a tout de même promis que BP ferait le nécessaire pour nettoyer le rivage, assumer les conséquences et tirer les leçons de cette catastrophe. Allez expliquer ceci aux habitants de la Louisiane…

Les chiffres nous disent la vérité Je vous l’ai déjà dit dans un article récent, les investissements boursiers devrait être étudiés de la même façon qu’on le ferait pour une entreprise qu’on aurait l’intention d’acheter. Donc voyons plus en détail pourquoi BP est une superbe opportunité d’investissement :

Question management, pas de doute, Svanberg est un excellent dirigeant. Après avoir transformé le groupe Ericsson en géant mondial du secteur de la téléphonie, le très respecté dirigeant de 58 ans prend les commandes de BP le premier janvier 2010. Sa nomination avait d’ailleurs été bien accueillie par les analystes, au moment où le groupe n’était pas au meilleur de sa forme. En effet, entre 2008 et 2009, il avait perdu 30% de son chiffre d’affaires.

Question bénéfices, BP en fait de très gros… L’entreprise britannique a annoncé fin avril avoir plus que doublé ses bénéfices au premier trimestre, passant ainsi de 2,56 milliards à 6,08 milliards de dollars. L’ironie du sort ? C’est à ce moment précis que l’action BP entamait sa descente aux enfers. En effet, six semaines plus tard, elle ne vaut que la moitié de ce qu’elle valait fin avril, passant de 60$ à la Bourse New York à moins de 30$ le 9 juin dernier.

Question PER, l’entreprise BP est la meilleure opportunité du secteur. Il suffit de regarder le PER (rapport cours/bénéfice) des entreprises du secteurs sur le tableau ci-dessous pour se rendre compte que BP a un PER de 4,94 soit près de trois fois moins que la plus grosse capitalisation boursière du secteur Exxon Mobil (PER de 14,22).

Graphique des PER des entreprises du secteur de BP

BP, société la plus profitable en Angleterre D’après le magazine Forbes, qui a publié dernièrement la liste des 10 sociétés les plus profitables en Grande-Bretagne, BP arriverait en tête avec 16,58 milliards de dollars de profits devant Barclays et ses 15,17 milliards de dollars. Pour Warren Buffett, tous les arguments précités dans cet article sont autant de raisons d’acheter le titre. Alors deux questions me viennent à l’esprit :

– Quand une entreprise dégage plus de 16 milliards de dollars de profits en un an, qu’elle est valorisée moins de cinq fois ses bénéfices et que ceux-ci volent de record en record, peut-on investir dessus ? Ma réponse est oui.

– Qui va payer pour les dégâts de la marée noire ? L’assurance de BP bien sûr. Dans le cas où BP devrait mettre également la main à la poche, avec 16 milliards de profits, la société n’aura pas beaucoup de mal à participer aux frais de nettoyage…

BP est bien moins cher que ses concurrents Il suffit de regarder le graphique ci-dessous pour s’apercevoir que BP a perdu près de -50% depuis le début de l’année 2010. Ses concurrents Chevron, Exxon et Total, quant à eux, perdent respectivement -5,50%, -9,94% et -24,87%. Warren Buffett ne donnant jamais de conseils ni astuces sur sa manière d’investir, gardons à l’esprit qu’il est le premier à investir sur les mastodontes sous-cotés…

« Notre but est de découvrir des compagnies extraordinaires à des prix ordinaires et non des compagnies ordinaires à des prix extraordinaires« , dixit Warren Buffett.

Graphique de l'évolution du cours de BP

Quelle stratégie adopter ? La volatilité du titre BP est très importante. Pour tous ceux qui pensent investir dans la valeur, mieux vaut être prudent. Pour limiter la perte tout en captant le gain maximal, l’idéal serait de faire un Covered Call sur BP.

Si vous voulez un exemple qui détaille la stratégie Covered Call, écrivez-moi à formation@institutdelabourse.fr

Mots clé : - - -

Romain De La Cretaz
Romain De La Cretaz

Laissez un commentaire