Du bon et du moins bon en Europe…

Rédigé le 4 septembre 2017 par | Europe, Statistiques et données macro Imprimer

SentixCommençons par le bon avec la hausse de l’indice Sentix du moral des chefs d’entreprise en Europe (échantillon proche de 1 000). Le baromètre grimpe vers 28,2 contre 27,7 début août et surtout 27,4 anticipé.

En Allemagne, le Sentix progresse de +0,8 à 34 (là encore, c’est mieux que prévu vu le scandale du diesel qui affecte le secteur auto).

Du moins bon en revanche avec une hausse du chômage en Espagne (de 3,36 vers 3,38M) et la stagnation des salaires des cadres en France, à +1,7% par an, alors que les profits des entreprises et les dividendes distribués battent des records historiques : les actionnaires et les dirigeants (forte hausse des revenus) captent pratiquement 100% de la richesse additionnelle, les salariés… zéro.

C’est comme çà et la Loi Travail ne prévoit strictement rien pour y remédier.

Un mois d’août radieux dans le secteur manufacturier en Europe

Mots clé : - - - -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Un commentaire pour “Du bon et du moins bon en Europe…”

  1. les profits des entreprises et les dividendes distribués battent des records historiques : les actionnaires captent pratiquement 100% de la richesse additionnelle, les salariés… zéro

    Vous trouvez pas celà un peu baisés, seriez vous maintenant influencés par M. Mélanchon.

    Les profits des entreprises et les dividendes distribués sont certes en hausses, mais toujouors en dessous du niveau de 2008. Depuis 2008 et la baisse des profits des entreprises françaises, les salariés n’ont pas pâti de la perte de richesse, les actonnaires si.

Laissez un commentaire