Le Japon, laboratoire de l’absurdité du « capitalisme total »

Rédigé le 27 novembre 2015 par | Toutes les analyses Imprimer

La BoJ (Bank of Japan, la Banque centrale japonaise) commence à comprendre que pour doper l’inflation, il faut une augmentation des salaires (l’antithèse de la stratégie martelée en Europe par Jean-Claude Trichet, l’ancien directeur de la BCE durant 5 ans)… mais cela n’arrivera pas, car les actionnaires exigent – et obtiennent – toujours plus de dividendes, quitte à se lancer – faute de possibilité de gagner plus d’argent – dans une course éperdue à l’évasion fiscale (comme Pfizer/Allergan).

Le Japon apporte une spectaculaire démonstration de l’impasse dans laquelle s’enfonce le capitalisme : les « abenomics » (la hausse des marges, les gains à l’export) ne profitent qu’aux entreprises et aux gros actionnaires institutionnels (et donc à l’Etat), pas aux salariés… d’où un nouvel effondrement de la consommation des ménages nippons (-2,4% en octobre), d’où une nouvelle contraction des prix, de -0,1% le mois dernier.

Et si le chômage recule de -0,1% à 3,1%, ce n’est pas grâce aux créations d’emplois mais aux départs en retraite… ce qui engendre pour les ex-salariés une forte baisse du pouvoir d’achat, et donc de la consommation. La boucle est bouclée.

Mots clé : - -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Laissez un commentaire