La BNP bute sur les 60 euros… avant repli ?

Rédigé le 12 avril 2010 par | Big caps Imprimer

Alors que le CAC40 est revenu tester ses plus hauts de janvier et le S&P500 les 1 200 points, le secteur bancaire a particulièrement attiré mon attention ces derniers jours… par sa faiblesse.

En effet, le secteur ne parvient pas à faire de nouveaux plus hauts  et à dépasser ceux de janvier. Pour illustrer l’importance des niveaux de résistance que nous testons actuellement, regardons la plus forte valeur du secteur : BNP Paribas.

Une progression de 200% et après ?

S’il est une valeur qui a fait mieux que résister à la crise ces dernières années, c’est bien cette valeur. Entre mars 2009 et janvier 2010, elle s’est appréciée de quelque 200%, passant de 19 à 60 euros !

Pourtant, comme nous le voyons sur le graphique journalier ci-dessous, le titre a buté nettement à nouveau sous les 60 euros fin mars, et fait moins bien que le marché ces derniers jours. Cette faiblesse est donc d’autant plus préoccupante qu’elle apparaît sur l’un des titres qui a compté parmi les plus forts durant toute la phase de progression des marchés.

Graphique de BNP

La BNP se heurte au plafond des 60 euros

Comme le secteur bancaire européen en général, BNP Paribas a donné des premiers signes d’essoufflement dès la fin de l’été 2009, bien avant les indices actions. Nous avons eu des divergences baissières sur le RSI journalier sur les plus hauts qui suivirent à la fin de l’année 2009. De quoi nous rendre de plus en plus sceptique sur la hausse de la valeur comme des marchés.

La correction s’est ensuite concrétisée début janvier, en particulier sur les bancaires. La BNP est l’une de celles qui en a, toute proportion gardée, le moins souffert. Elle est juste revenue s’appuyer sur le support horizontal des 45 euros, proche du retracement de 23,6% de toute la phase de progression de mars 2009 à janvier dernier.

Durant le rebond qui a suivi depuis février dernier, c’est aussi l’une de celle qui a le plus fortement rebondi. Le fait que BNP ne réussisse pas à dépasser ses plus hauts de janvier à 60,40 euros est un signal d’alerte important que nous donne le marché pour les prochaines semaines.

La faiblesse se confirme

Cette faiblesse est confirmée par les indicateurs mathématiques, et en particulier par le RSI à 14 jours sur mon graphique ci-dessus, qui reste sous une oblique baissière depuis août 2009, contre laquelle il a échoué une nouvelle fois fin mars.

Tant que les 60,40 euros sont résistance, une nouvelle phase de correction est donc probable sur la valeur en direction des 45 euros dans une vague C comme illustrée sur notre graphique.

Rien de très grave sur le titre pour le moment à moyen terme. Après une telle progression ces derniers mois, une correction de ce type en trois temps, A, B, et C serait tout ce qu’il y a de plus normal.

A plus long terme, la zone de support des 45 euros sera déterminante. Elle devrait donner lieu à un regain d’intérêt des acheteurs. Seule une nette cassure de ce support entraînerait une correction plus violente.

Tenez-vous prêt donc, et bon trade !

Mots clé : - -

Sebastien Duhamel
Sebastien Duhamel

Laissez un commentaire