Bitcoin, Or, Chine : et si le krach venait du marché des changes ?

Rédigé le 26 octobre 2017 par | A la une, Bitcoin & cryptomonnaies, Taux & Devises, yuan Imprimer

Les marchés semblent attendre un krach. Et si la surprise venait du marché des changes ? Plusieurs fronts sont ouverts et menacent l’équilibre déjà fragile du système. Les cryptomonnaies, le change flottant remis en cause ou encore l’or ou le bitcoin comme nouvel étalon sont autant de thématiques qui pourraient conduire à un krach.

Cette semaine, les marchés attendent des nouvelles de la BCE (cet après-mdi). On pourrait d’ailleurs résumer la situation à « les marchés attendent … » tout court. La semaine passée, le mois passé, demain, après-demain et encore la semaine d’après, les marchés attendent… encore et toujours.

Au passage, ils alignent les « records », occupant les commentateurs qui ne savent plus comment alimenter leur flux de nouvelles. Des records de quelques points, toujours poussifs mais montrant un soutien sans faille des robots acheteurs.

Sans surprise, pas de krach

Le mois d’octobre voir resurgir le « marronnier » préféré des analystes boursiers : le krach d’octobre 1987.

Un krach.

Un krach dont tout le monde sait qu’il surviendra.

Un krach qui est inévitable tant la valorisation actuelle est délirante d’optimisme.

Mais un krach qui, pour être grandiose, a besoin de « surprise ». (Eh oui un krach n’arrive jamais quand tout le monde s’y attend, c’est d’ailleurs le principe même).

Les marchés attendent, font illusion en allant grappiller quelques points chaque jour pour attirer les retardataires et convaincre les derniers réticents. Oui un krach a besoin de communion, de pensée unique et surtout… de pigeons.

Et là il me semble que le pigeonnier est grand ouvert !

Une volatilité au plus bas…

Depuis plusieurs semaines, la volatilité des marchés s’est complètement volatilisée. Ce n’est pas un phénomène nouveau, ces trois dernières années ont vu des records dans ce domaine.

Mais à court terme, la phase est impressionnante et parfaitement illustrée par les records du VIX à la baisse.

Records du VIX à la baisse krach boursier imminent 2017 2018 Pour agrandir le graphique, cliquez dessus

La hausse tient bon malgré tout

Les réformes de Trump attendues depuis 1 an ne sont pas en place mais déjà pricées depuis son élection.

Au Japon, Abe reste au pouvoir et garantit que la planche à billets va encore tourner.

En Europe, l’Espagne se déchire, et même certaines régions de l’Italie se verraient bien faire comme la Catalogne ; en République tchèque on a élu un populiste.

A cela, il ne faut pas oublier la Corée du Nord, la Syrie, ou encore le drame humain qui se joue en Birmanie pourtant dirigée par Aung San Suu Kyi, portée aux nues par nos bien-pensants quand elle était résistante et autorisée aujourd’hui à laisser un génocide se produire sur ses terres.

Mais tout ça n’est qu’un détail… pour le marché

Les banques centrales sont là pour maîtriser les flux et anéantir toute forme de résistance. Eh oui ce sont toujours et encore les argentiers de ce monde qui font la pluie et le beau temps. Pour le moment.

Autant les effets sur l’économie réelle seront un jour mis au pilori par les générations futures, autant leur capacité rhétorique à faire illusion est fascinante. Mais la réalité les rattrapera… peut-être dès jeudi avec le comité monétaire de la BCE. Draghi ayant donné rendez-vous au marché, il n’aura pas le droit à l’erreur.

Devises : bouleversements et krach à prévoir ?

Et si la surprise venait du marché des changes ?

Plusieurs fronts sont ouverts et menacent l’équilibre déjà fragile d’un système vérolé et calibré pour les États-Unis.

1. Les cryptomonnaies

Effet de mode, peut-être mais une chose est sûre : la volonté derrière ce mouvement est claire : la confiance n’y est plus avec les monnaies classiques. Évidemment, nous n’en sommes qu’au début et les dangers sont à tous les étages mais la dynamique et la volonté sont là.

Il y aura des bulles, des ruines et des fortunes avant que les choses se stabilisent. La seule véritable question est : comment les États vont-ils faire pour garder la main sur ce pactole ?

Les cryptomonnaies sont une nouvelle preuve que notre système monétaire est en cours d’implosion.

2. Le change flottant remis en cause ?

Les accords de Bretton Woods ont remis en cause l’étalon-or et ont permis la course à l’endettement et à la spéculation que l’on connaît aujourd’hui.

Pourtant, une économiste d’Harvard vient de publier une étude illustrant que les bienfaits du change flexible sont surestimés par le FMI. Gita Gopinath pointe du doigt les pays pris au piège dans le « murky-middle » (milieu trouble). En effet, de nombreux pays doivent tout de même déprécier leur devise pour lutter contre des appréciations trop fortes et risquent de se faire dépasser par les spéculateurs, donc déséquilibrer leur économie.

En clair, ce « milieu trouble » est composé de pays qui ne sont ni tout à fait en change flexible, ni tout à fait en change fixe… Au milieu du nulle part quoi …

3. L’or ou le bitcoin comme nouvel étalon ?

Hum… Le camp du « bien » et ses changes flottants pourrait se trouver rapidement dépasser par le camp du « mal » des change fixes, Chine en tête : ces pays ont eu la bonne idée de constituer des réserves colossales de monnaies et d’or. La Chine est également très active sur le plan pétrolier après un accord avec l’Arabie saoudite et le lancement d’un contrat libellé en yuan.

Alors… imaginez juste un instant… Si nous devions revenir à l’étalon-or (ou équivalent), que vaudrait votre monnaie ou même un dollar ? Sans doute à peine quelques bitcoins…

Alors ne vous laissez pas endormir par vos graphiques boursiers …

Protégez-vous. Maintenant.

ALERTE AU KRACH !

Préparez-vous à réaliser l’opération la plus PROFITABLE de votre existence

Le compte à rebours a commencé : la pire crise financière de l’Histoire pourrait être déclenchée le 8 décembre 2017 !

Pour ne pas manquer cette opportunité, inscrivez-vous ici

JE M'INSCRIS

 

Mots clé : - - - - -

Jérôme Reviller
Jérôme Reviller

Passionné de finance et autodidacte, Jérôme Revillier dirige aujourd’hui une société de gestion spécialisée sur le marché des changes. Il collabore avec des investisseurs particuliers avertis, des institutionnels ou encore des hedge funds cherchant de la performance absolue.

Vous pouvez croiser Jérôme sur des salons comme Actionaria, le salon du Trading ou le salon de l’Analyse Technique – il parcourt aussi la France, la Suisse et la Belgique pour rencontrer les investisseurs et leur faire partager son approche bien particulière des marchés.

3 commentaires pour “Bitcoin, Or, Chine : et si le krach venait du marché des changes ?”

  1. Comment prendre au sérieux un article employant le terme « bien-pensant ». Une coquille vide qui discrédite vos « analyses ».
    Vous avez peut-être le don de prévoir l’avenir des Prix Nobel de la Paix mais, bizarrement, vous n’en faites état qu’après.
    S’il y a des biens pensants et que c’est mal alors vous êtes un mal pensant. Du coup, vous memes discréditez vos propos.
    À force de formules toutes faîtes, vous ne comprenez même plus ce que vous écrivez.

  2. Cher lecteur
    Si « mal penser » est avoir un avis autre, réfléchir, questionner et allez au delà des discours tout fait servis par la doxa, alors nous sommes ravis de nous positionner du côté des « mal pensants » car de toute évidence la presse main stream bien pensante et lénifiante ne pense en réalité pas.

  3. Bonjour,

    Pas mal de phrases franchement à coté de la plaque :
    – « Eh oui un krach n’arrive jamais quand tout le monde s’y attend, c’est d’ailleurs le principe même »
    Cela dépend du « tout le monde »… Si « tout le monde » est le commun des mortels, c’est sûr, mais beaucoup de choses sont dans ce cas… Par exemple la crise de 2008, ça faisait plus de 2 ans qu’elle était attendue. La prochaine ? ça fait plusieurs années aussi qu’elle est attendue, Agora n’est pas le dernier a en parler – elle a aussi parlé de plein d’autres qui ne se sont jamais produite d’ailleurs, comme la faillite de la France… Non, ce qu’il manque c’est… la date exacte ! Donc, les spéculateurs grignotent toujours plus, comme un fruit délicieux, ne sachant pas quand commence vraiment le trognon… mais près à vite recracher !
    – Tout la paragraphe « La hausse tient bon malgré tout » est ridicule, les exemples sont franchement mal choisis ! Que les réformes de Trump ne soient pas en place n’est pas de nature à provoquer une crise mondiale, c’est plutôt ses interventions qui le sont. Qu’Abe reste au pouvoir de même, c’est plutôt un changement qui serait inquiétant. L’Espagne qui se déchire ? Faut pas pousser, ce n’est pas la guerre civile mais une guerre de déclarations et d’élections. Un populiste en République tchèque ? Bof… Et avant la France avait arrêté l’hémorragie, ça saigne juste encore un peu. Le pompon, c’est la Birmanie : « pourtant dirigée par Aung San Suu Kyi, portée aux nues par nos bien-pensants quand elle était résistante et autorisée aujourd’hui à laisser un génocide se produire sur ses terres. » Ah ouais ? Et que devrait-elle faire ? Envoyer l’armée… contre l’armée ? Vous ne savez même pas de quoi vous parlez ! Elle n’a AUCUN pouvoir dans la zone en question. (Le comité Nobel comme bande de « bien-pensants »…)
    – « Si nous devions revenir à l’étalon-or (ou équivalent), que vaudrait votre monnaie ou même un dollar ? Sans doute à peine quelques bitcoins… »
    Là j’ai vraiment éclaté de rire ! 1 dollar vaut actuellement à peu près… 0,00017 Bitcoins : vraiment drôle ! Il faudrait quand même vous relire… Et juste après… vous envoyez vers l’alerte au krach : ça donne juste envie de cliquer… pour faire l’inverse !

Laissez un commentaire