Le Bitcoin fera l’objet d’un « dérivé » sur le CME dès le 18 décembre, d’autres « commodities » immatérielles pourraient être cotées

Rédigé le 1 décembre 2017 par | Bitcoin & cryptomonnaies, Taux & Devises, Toutes les analyses Imprimer

cote cours bitcoin trade bourse usd marché finance cryptos Le Bitcoin fera l'objet d'un dérivé sur le CME dès le 18 décembre 2017, d'autres commodities immatérielles pourraient être cotéesLe CME (Chicago Mercantile Exchange) va lancer une plateforme de trading sur un dérivé de Bitcoin dès le 18 décembre. Le NYSE pourrait aussi suivre cet exemple.

Il s’agit d’une grande première historique puisque le BTC est en fait qualifié de commodity (et non pas de « devise » ou de « crypto-devise »).Mais il s’agit d’une « commo » d’un genre tout à fait nouveau (c’est le CME qui l’affirme)? En effet, il ne s’agit pas réellement d’un actif ou d’une commodity (un sous-jacent ayant une existence et une valeur intrinsèque réelle), mais d’un support immatériel représentant une valeur d’usage (celui que ses détenteurs ou potentiels acquéreurs veulent bien lui reconnaître).

Le Bitcoin : du rien adossé à rien

Autrement dit, c’est le premier « dérivé » à être coté qui repose sur objectivement RIEN et n’est relié à rien. Mais puisqu’il y a un « marché » à prendre, ce serait trop bête de laisser filer des flux de commissions de transactions vers l’Asie ou le Japon !

Après tout, les banques centrales passent bien leur temps à extraire de l’argent fictif de « l’air ambiant » depuis la mi-septembre 2008. Et il se trouve que cette masse monétaire qui n’est que du vent est pourtant côtée sur le FOREX.

Tout se cote

Pourquoi ne pas coter également les courants marins (ils représentent une réserve d’énergie considérable). Ou El Nino (le taux d’évaporation des océans affecte la météo de la terre entière). On pourrait alors parier sur les calamités naturelles à venir, donner naissance à une sorte de « VIX climatique ». Et pour faire résolument « moderne », le décliner sous forme d’unités « blockchain ».

Mots clé : - - - - - -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

5 commentaires pour “Le Bitcoin fera l’objet d’un « dérivé » sur le CME dès le 18 décembre, d’autres « commodities » immatérielles pourraient être cotées”

  1. Tu es vraiment étonnant philippe, tu sais que si ca se trouve quelqu’un fera fortune en s’inspirant de tes idées en conclusion !
    Tu as mieux compris la subtilité de la blockchain que beaucoup a certains égards, meme si certains points plus faciles d’accès semblent t’échapper.
    Je reve d’une discussion enregistrée avec toi sur ce theme pour ma chaine youtube.
    En tout cas merci pour tout ce que tu m’as enseigné, je ne désespère pas de te convertir au bitcoin, je te dois bien ca.
    Cordialement

  2. Le Bitcoin : du rien, adosse a rien. Ni plus, ni moins que la monnaie papier, qui n’a d’autre valeur que celle qu’on veut bien lui accorder de par la confiance qu’on lui procure. Sinon, comme du temps de Weimar entre autres, elle ne vaut pas sa surface en papier toilette. Au moins le Bitcoin presente t-il l’avantage de ne pas etre multipliable a l’infini selon le bon plaisir de quelque banque centrale. Alors pourquoi en faire tout un fromage?

  3. « Autrement dit, c’est le premier « dérivé » à être coté qui repose sur objectivement RIEN et n’est relié à rien. »

    ton torchon il repose sur rien si ce n’est ta famosa expertise des crypto-monnaies

  4. La monnaie papier a beau n’être adossé sur rien, elle a cours légal forcé, ce qui n’est pas le cas des crypto-monnaies. La différence est d’importance : on peut acheter, par exemple, un appartement à Paris en euros, mais pas en bitcoins. Vous me direz qu’il suffit de transformer ses bitcoins en euros. Mais ce ne sera possible que s’il se trouve sans cesse de nouveaux entrants sur le marché de la spéculation des crypto-monnaies, prêts à acheter des crypto-monnaies avec leurs euros. La population mondiale étant limitée, ce processus aura une fin, un comme dans les pyramides de Ponzi. Il faudra donc que les détenteurs de crypto-monnaies quittent le navire à temps. Au détriment des derniers entrants. Bien sûr, si la planète entière adopte le bitcoin (y compris les vendeurs d’appartements à Paris !), le processus n’aura pas de fin et le bitcoin se substituera aux banques centrales et aux devises qu’elles émettent. Mais, comme le bitcoin est émis en quantité limitée, on assistera inéluctablement à une inflation … à plusieurs chiffres, comme sous la République de Weimar ! Je vous laisse imaginer les conséquences politiques…

  5. La monnaie papier a beau n’être adossée sur rien, elle a cours légal forcé, ce qui n’est pas le cas des crypto-monnaies. La différence est d’importance : on peut acheter, par exemple, un appartement à Paris en euros, mais pas en bitcoins. Vous me direz qu’il suffit de transformer ses bitcoins en euros. Mais ce ne sera possible que s’il se trouve sans cesse de nouveaux entrants sur le marché de la spéculation des crypto-monnaies, prêts à acheter des crypto-monnaies avec leurs euros. La population mondiale étant limitée, ce processus aura une fin, un comme dans les pyramides de Ponzi. Il faudra donc que les détenteurs de crypto-monnaies quittent le navire à temps. Au détriment des derniers entrants. Bien sûr, si la planète entière adopte le bitcoin (y compris les vendeurs d’appartements à Paris !), le processus n’aura pas de fin et le bitcoin se substituera aux banques centrales et aux devises qu’elles émettent. Mais, comme le bitcoin est émis en quantité limitée, on assistera inéluctablement à une inflation … à plusieurs chiffres, comme sous la République de Weimar ! Je vous laisse imaginer les conséquences politiques…

    Plus d’infos sur : http://labourseauquotidien.fr/bitcoin-derive-cme/#comment-9222
    Copyright © Publications Agora

Laissez un commentaire