Une belle petite foncière basée à la Réunion : CBO TERRITORIA

Rédigé le 18 octobre 2012 par | Mid et Small Caps Imprimer

Comme promis, j’ai donc rencontré le patron de CBO TERRITORIA (FR0010193979), une foncière basée sur l’île de la Réunion qui possède 3 000 hectares. Un peu d’exotisme donc et de ciel bleu en cette semaine morose à Paris ! Pourtant, la foncière a senti le vent du boulet passer récemment lors des discussions sur les niches fiscales de l’investissement outre-mer ; mais vous allez voir que la société a quand même de belles perspectives de croissance.

CBO TERRITORIA, c’est donc 3 000 hectares constitués de terrains agricoles (1 800 hectares) et d’espaces naturels (environ 1 000 hectares) non constructibles (+200ha de terrains constructibles). Du non constructible pour une foncière ? Oui. Et pour le meilleur à mon sens : « Nous avons deux métiers. Primo, la promotion immobilière classique. Secundo, une activité foncière recouvrant la gestion foncière ou encore le développement pour comptes propres d’opérations immobilières à vocation patrimoniale » m’explique son président Eric Wuillai. Là, j’aime bien : vous savez sans doute que les forêts, et l’investissement forestier, restent aujourd’hui un des meilleurs moyens de lutter contre l’inflation, que c’est un actif tangible et qui en plus échappe en grande partie à l’ISF (n’étant pas expert de ce placement, je reprends les mots de ma collègue Simone Wapler qui a édité un dossier justement sur l’investissement forestier et que vous pouvez découvrir ici).

Mais, vous vous en doutez, c’est surtout la promotion immobilière qui est la plus importante en terme d’activité. Au premier semestre, elle génère ainsi 37,7 millions d’euros sur un chiffre d’affaires global de 46,4 millions d’euros et dégage un taux de marge supérieure à 15% pour la promotion… Alors oui, évidemment, les dirigeants ont retenu leur souffle avec toute la problématique des niches fiscales en outre-mer… qui, finalement, ne seront pas touchées. « Nous avons poussé un ‘ouf’ de soulagement car une telle mesure aurait bien sûr pesé sur l’immobilier sur l’île » m’indique le dirigeant, assez décontracté finalement !

Le résultat net du groupe s’est élevé à 4,7 millions d’euros sur les six premiers mois de l’année, en progression de 11% et le développement va se poursuivre : « Nous sommes assez optimistes sur la seconde partie de l’année et, pour 2013, nous réaliserons le plus grand centre commercial du département avec une livraison prévue fin 2014 » ajoute le patron.

Le carnet de commandes est plein avec dans les prochains mois, la livraison de 3 400 mètres carrés de commerces à Saint-Pierre ou encore la livraison d’un programme de quarante logements. La promotion va connaître un développement important avec notamment l’accélération attendue des ventes sur le lotissement artisanal du Portail suite au lancement de l’opération du Centre commercial Leclerc. « La Réunion a besoin de 9 000 logements nouveaux par an car sa population va augmenter de 25% d’ici 2030 et l’offre est insuffisante en locaux professionnels adaptés. » Une augmentation de la population de 25% en 15 ans ? Voilà qui me ressemble à de bonnes perspectives de croissance pour la société.

Bien sauf qu’il faut aller plus loin dans l’analyse. Lorsqu’on regarde une société de ce type, on ne regarde pas seulement la rentabilité : on regarde l’actif net réévalué qui permet de mieux appréhender la vraie valorisation de la société. Cet ANR, pour employer un acronyme un peu plus savant, est actuellement de 4,40 euros par action contre un dernier cours coté de 2,94 euros, ce qui représente une forte décote, de l’ordre de 32%. Il y a donc de ce côté un potentiel de revalorisation ne serait-ce que sur cet élément.

D’un point de vue boursier maintenant.

La société a été créée en décembre 2004 afin que Bourbon (FR0004548873), le spécialiste et équipementier en services pétroliers,  puisse apporter ses actifs fonciers. Bourbon est d’ailleurs très présent sur l’île. Le holding Jaccar, appartenant à Jacques de Chateauvieux, le président de Bourbon, détient donc 20% de CBO TERRITORIA ainsi que 80% de Sapmer, une autre société cotée spécialisée dans la pêche.

Première société introduite sur Alternext sans levée de fonds en mai 2005, CBO TERRITORIA a décidé de se transférer sur l’Eurolist C en décembre 2011. « C’était beaucoup plus cohérent avec le statut de la société » indique Jérôme Burgad, le directeur général adjoint en charge des finances, présent également lors de ce rendez-vous. Avec une capitalisation boursière de 94 millions d’euros, le titre prend 15% depuis le 1er janvier, ce qui est une bonne performance pour une small cap.

Pour faire un bilan de mon entrevue, je dirai que cette foncière a de sérieux atouts, et un joli potentiel de croissance. Ce qui m’ennuie, vous l’aurez compris, c’est qu’elle dépend quand même beaucoup des législations fiscales… et en ces temps de disettes, il est difficile de parier que les niches actuelles perdureront dans les années qui viennent. Mais, sur les bases actuelles, le potentiel de croissance est bel et bien là.

_____________________Pour vous aider dans vos investissements______________________

Pour avoir plus d’analyses, de rumeurs, d’interview, de décryptage et surtout des vraies recommandations sur les mid et small caps, découvrez la nouvelle lettre confidentielle d’Eric Lewin !

Eric Lewin
Eric Lewin
Rédacteur en Chef de La lettre PEA et Mes valeurs de Croissance

Journaliste pour BFM Business et dans d’autres médias… conseiller pour un fonds Small Caps chez CFD Asset Management… responsable de la salle de marché chez EuroLand Finance… consultant pour dirigeants d’entreprise…

Le parcours professionnel d’Eric Lewin est tout simplement remarquable – et représente un atout considérable pour vos investissements : un carnet d’adresses rempli, l’expérience de la réalité des publications de résultats, de la manière dont les « insiders » et les institutionnels fonctionnent…

Cette expérience multi-facettes lui permet de lire entre les lignes des marchés – et de révéler aux lecteurs de La lettre PEA des conseils de tout premier ordre pour se constituer un PEA alliant solidité… et économies d’impôts !

En savoir plus sur La Lettre PEA et Mes Valeurs de Croissance.

2 commentaires pour “Une belle petite foncière basée à la Réunion : CBO TERRITORIA”

  1. 1800+1800=3000…???

  2. oups, vous avez raison : il s’agit de 1000 ha d’espaces naturels non constructibles+ 200 ha de terrains constructibles
    Coquille rectifiée dans le texte
    merci de votre vigilance
    La rédaction

Laissez un commentaire