Inscrivez-vous gratuitement à La Bourse au quotidien


BCE : Une non-réponse n’implique pas forcément un non-problème

Rédigé le 2 juin 2016 par | Indices, sociétés et marchés, Toutes les analyses Imprimer

Mario Draghi vient de nous distiller une petite merveille de non réponse à la question très précise – et fermée – concernant le risque de voir les taux zéro ou négatifs engendrer des bulles d’actifs et une instabilité des marchés.

Le patron de la BCE a donc non-répondu d’une part « que les taux bas constituaient le reflet d’une conjoncture atone et d’une croissance encore trop lente ».

Et il a non-répondu d’autre part que « la BCE a un mandat qui lui impose de maintenir la stabilité monétaire et l’inflation à proximité, mais en dessous de 2% » (un objectif que le BCE n’entend pas revoir, contrairement aux réflexions que mène la Bank of Japan et contrairement à ce que pense l’Autrichien Ewald Novotny (membre du Conseil de la BCE) dont nous avons analysé les propos ici).

En ce qui concerne le risque de formation de bulles… Mario Draghi – c’est fascinant – ne prononce même pas le mot « risque » et zappe totalement le sujet « bulle ». Il aurait aussi bien pu évoquer la montée des eaux de la Seine à Paris : pour lire la suite cela aurait eu un vague intérêt informatif et aurait meublé agréablement la minute qu’il a consacrée à ne pas répondre à la question posée.

Peut-on inférer qu’il s’agisse d’un non-problème ou s’inquiéter de ce que le mot « bulle » fasse disjoncter le cerveau de Super Mario ?

Mots clé : - - - -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Laissez un commentaire