Les banques italiennes à nouveau dans l’œil du cyclone | La Bourse au Quotidien


Les banques italiennes à nouveau dans l’œil du cyclone

Rédigé le 29 mai 2018 par | Taux & Devises Imprimer

L'Italie coule dans la zone euroLes craintes quant à la solidité du secteur bancaire italien, sur fond d’accumulation vertigineuse de créances douteuses, avaient entraîné de nombreuses et régulières secousses boursières en 2016 et l’an passé, avant que l’Etat ne mette en place un vaste plan de renflouement de 40Mds€. Mais le revoilà qui traverse une passe (très) difficile.

Pour la première fois depuis le 6 février 2017, le Footsie Italia All-Share Banks, l’indice des banques italiennes, a ainsi cédé plus de 4% en une seule séance hier. Celle-ci était déjà à marquer d’une pierre noire, mais le « gadin » est encore plus spectaculaire ce mardi. Banco BPM, fruit de la fusion de Banco Popolare et de Banca Popolare di Milano, s’effondre en particulier de plus de 8% vers 15h, tandis qu’Unicredit, Intesa Sanpaolo et Mediobanca lâchent respectivement 5,18, 4,13 et 4,02%.

Aucune banque italienne cotée n’échappe aux dégagements massifs alors que l’incertitude politique a atteint son paroxysme avec l’éviction retentissante de Giuseppe Conte, ex-futur président du Conseil qui avait eu l’outrecuidance de proposer l’eurosceptique Paolo Savona au poste de ministre de l’Economie, remplacé par le très « bruxellois » Carlo Cottarelli.

BNP Paribas et Crédit Agricole derniers du CAC40

La « séquence obligataire » est catastrophique, avec un « mini-krach » sur les dettes souveraines italiennes et une hausse du spread de taux avec l’Allemagne d’une ampleur sans précédent depuis décembre 2013.

Les autres banques européennes ne sont pas en reste comme en témoignent les déboires de Crédit Agricole (-3,65%) et de BNP Paribas (-4,01%), actuellement en queue de peloton du CAC40. A Francfort, la déjà fragile Deutsche Bank cède quant à elle 3% et à Londres Barclay’s s’allège de 2,26%.

L’euro est de son côté passé sous 1,16$ à 1,1575, touchant un plus bas depuis novembre. Il pourrait encore céder du terrain, et le secteur bancaire avec lui, étant donné l’absence totale de visibilité de l’autre côté des Alpes.

Je vous suggère fortement de vous tenir à l’écart…

En Italie, le pire scénario obligataire en 24 heures depuis la crise grecque de 2010

Mots clé : - - - -

Guillaume Duhamel
Guillaume Duhamel

Guillaume Duhamel suit l’actualité boursière au quotidien depuis plus de 5 ans. Historien diplômé de l’Université de Paris IV-Sorbonne et journaliste de formation, passé également par le sport et le développement durable, il voue un intérêt particulier aux small et midcaps, ainsi qu’aux secteurs de l’énergie et de l’aéronautique

Laissez un commentaire