Les banques centrales n’écrasent pas que la volatilité : la rentabilité des banques y passe également

Le troisième trimestre pourrait être pire avec un décrochage de -15% principalement en raison de la baisse de la volatilité, consciencieusement écrasée par les banques centrales.