Inscrivez-vous gratuitement à La Bourse au quotidien


Les bancaires en folie… mais le bal est bientôt terminé.

Rédigé le 12 décembre 2016 par | Cac 40, Indices, sociétés et marchés Imprimer

Depuis début octobre, on observe un écart de performance croissant entre le secteur bancaire et le CAC 40.

Contre toute attente, c’est l’élection de Trump et le répit (momentané ?) accordé aux banques systémiques (Deutsche Bank et les banques italiennes) qui ont déclenché l’envolée des banques.

Depuis début octobre (base 100 – barre verticale verte), cet écart s’est régulièrement creusé jusqu’à représenter un différentiel d’environ 10 points entre les deux compartiments. Le CAC a progressé de 7% ; le secteur bancaire d’environ 17%… en six semaines seulement. C’est énorme.

CAC

Alors la question est : cette hausse des banques peut-elle durer? Jusqu’où ? Quels seront les premiers signes de fatigue qui se manifesteront – et donc quand s’alléger ? Devrions-nous avoir affaire à un pull back ou à une vraie consolidation ?

Oui, en fait, cela fait beaucoup de questions auxquelles je vais essayer de répondre.

Évidemment, si j’ai choisi de vous en parler aujourd’hui, c’est parce que je pense que le secteur bancaire a fini d’abattre ses cartes. La hausse peut encore se poursuivre quelques jours, mais si vous regardez bien le graphe qui va suivre, vous verrez que les choses risquent de se corser assez rapidement : le secteur bancaire (CAC Financials – FRFIN ) va avoir du mal à déborder les 900 pts.

CAC FIN

En effet, autour des 900 points, nous avons un gros faisceau de résistances qui se regroupent et forment une zone de résistance majeure de long terme.

Conclusion : la probabilité que l’indice FRFIN soit bloqué sur les 900 points est donc extrêmement forte, vous m’aurez compris. En plus, l’indicateur d’inertie (Stochastic Momentum Index – SMI) est maintenant en zone de surchauffe…

Un signal baissier du SMI sera très probablement LE signal d’arrêt des festivités et le moment où il faudra se préparer à une consolidation sur les bancaires et sur le CAC40. Et sur les bancaires, notre ami Jim Rickards a une valeur bien particulière en tête qui pourrait perdre 95% de sa valeur.

Gilles Leclerc
Gilles Leclerc
Trader

Gilles a tout d’abord commencé dans la grande finance. Avec un MBA de la prestigieuse université américaine de Hartford, il a ensuite intégré la direction Financière IBM Europe et ensuite d’IBM Corporation (headquarters mondial). Puis, peu à peu, la passion boursière le gagnant, il s’est tourné vers les activités de trading.

Cela fait maintenant 20 ans que Gilles trade sur les marchés et il se consacre exclusivement à cette activité depuis une dizaine d’années.

Dès 2008, il fut l’un des premiers à pressentir les modifications profondes qu’allaient occasionner l’utilisation intensive des algorithmes sur les marchés financiers ; il a su s’adapter en mettant en place de nouvelles stratégies de trading répondant à ce nouvel environnement. Il créa donc son propre système de trading tout à fait spécifique et basé sur des concepts innovants.

De façon à prouver la validité de son approche, il reste l’un des rares traders/analystes à poster régulièrement ses prises de position en « Live » sur un site d’Analyse Technique de renommée ( Univers Bourse ) où il partage l’intégralité sa méthodologie.

Il intervient désormais dans La Bourse au Quotidien afin de partager son expérience et de proposer ses analyses et sa méthode au plus grand nombre.

Laissez un commentaire