La Banque Centrale chinoise sort l’artillerie lourde… un peu après la bataille semble-t-il…

Rédigé le 25 août 2015 par | Toutes les analyses Imprimer

Les opérateurs l’attendaient ce weekend mais la décision vient juste de tomber : la POBC (la Banque Centrale chinoise) annonce la réduction de  25Pts de base de son taux directeur à 4,60% (et 1,75% pour le taux de dépôt).

Comme souvent, l’abaissement du taux directeur est couplé avec l’assouplissement du taux de réserves obligatoires des banques de -0,5%.

Est-ce que ces mesures ont été prises sous la pression du krach de la bourse de Shanghai (-8,45% puis -7,6% coup sur coup en 48H) ou Pékin a-t-il attendu que le couteau soit bien au contact du sol pour agir ?

Il est probable que la vélocité baissière de la semaine passée était impossible à endiguer – comme le prouve l’absence de rebond sur l’annonce ce weekend d’une intervention en bourse des fonds souverains « à la japonaise » – et que la POBC n’a pas voulu griller en vain une précieuse cartouche.

Mais les pertes subies par les épargnants/nouveaux actionnaires doivent être considérables, avec une performance annuelle passée de +60% à -15% ce matin.

Tous les investisseurs qui ont mis de l’argent en bourse depuis le 15 décembre dernier en perdent, ceux qui étaient « en levier » sont détruits et c’est toute une génération d’actionnaires (des dizaines de millions… car cela se joue à cette échelle) que l’on ne reverra pas en bourse avant longtemps.

A moins de la rebaptiser « casino ».

Mots clé : - -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Laissez un commentaire