Inscrivez-vous gratuitement à La Bourse au quotidien


Awox : on aimerait y croire… mais il est encore trop tôt

Rédigé le 19 avril 2016 par | IPO, OPA, opérations financières, Mid et Small Caps, Toutes les analyses Imprimer

Nous commençons à avoir du recul sur le dossier AWOX (FR0011800218), qui a fait ses premiers pas en Bourse il y a deux ans.

Si vous me lisez depuis quelque temps, vous savez que je n’aime pas particulièrement participer aux IPO. Comme je l’ai déjà dit, notamment dans cet article, la mariée est souvent beaucoup trop belle et trop maquillée… et la déception arrive très vite. Pour cette raison, je préfère laisser passer quelques trimestres de résultats afin d’analyser les chiffres et me rendre compte, avec les données publiées (avant l’IPO, on ne publie que ce que l’on veut), de la réelle santé de la société.

Donc même si, généralement, je me tiens à l’écart des IPO et que vous ne me verrez pas vous recommander d’y participer, je suis les dossiers de près. C’est ce que j’ai fait en surveillant le dossier AWOX (FR0011800218), un pure player des objets et de la maison connectés, très bien positionné dans l’éclairage connecté, les systèmes audio et le home cinéma.

Introduit en Bourse il y a deux ans tout pile, le parcours boursier de la société est juste… catastrophique. Introduit à 21,75€ sur une levée de fonds de 24,7 M€, le titre a perdu 84% et la capitalisation boursière de la société n’est plus que de 12 M€.

160419_AWOX

Pourtant, vous en conviendrez, l’activité de la société est très prometteuse : le marché des objets connectés explose, dossier a priori très prometteur : de 2 300 Mds$ en 2014, le marché devrait passer à 14 600 Mds$ en 2020. Fois 6, oui. Donc dans ce genre de marché… en général, tous les acteurs du secteur en profitent.

J’ai donc décidé de rencontrer Alain Molinié, le PDG et cofondateur d’Awox, afin de comprendre ce qu’il se passe. Je n’ai pas épargné le patron durant l’heure passée ensemble vendredi dernier, et j’ai vraiment cherché à comprendre pourquoi les pertes s’accumulaient autant.

AWOX passé au crible

Pour l’instant, le groupe réalise un chiffre d’affaires de 11,2 Mns€, en hausse de 49% par rapport à 2014. Mais AWOX est encore largement déficitaire.

L’an dernier, la perte opérationnelle s’est alourdie à 5,9 M€ contre 1,9 M€ en 2014. Mais cela n’inquiète pas le patron : « Eric, il faut comprendre que nous avons beaucoup investi en Recherche et Développement, tout en intensifiant notre politique commerciale et nos efforts marketings. 2016 verra une nette réduction de nos pertes, je vous le signe ! », me sermonne-t-il, « …et nous visons toujours les 30 M€ en 2018 [de chiffre d’affaires, ndlr]. Nous avons 6 M€ de trésorerie nette, ce qui nous donne de quoi voir venir ».

Je comprends donc que le patron vise une croissance tant organique qu’externe… ce qui, à mon sens, rendra d’autant plus difficile un retour à la rentabilité. Mais bon, Awox n’est qu’au début de son développement, et les débuts sont toujours difficiles, un grand pari.

En termes boursier, Awox est évidemment un pari boursier risqué. Le PDG ne prévoit pas d’augmentation de capital, conscient d’avoir assez de cash pour se développer.

Le titre n’est pas très cher avec une VE/CA de 0,5 au cours actuel. La récente arrivée d’Yves Maitre, Directeur exécutif des objets connectés, et le partenariat d’Orange en tant qu’administrateur, sont évidemment des éléments positifs. Mais encore une fois, tant que la société ne redressera pas sa rentabilité, les investisseurs resteront à l’écart du titre. D’autant qu’elle déçoit depuis deux ans, et qu’il va falloir faire « plus que mieux » pour reconquérir le marché.

Awox reste donc un pari spéculatif et volatile : les volumes sont faibles (4 000 titres par jour), occasionnant des décalages importants… et un risque de rester scotché si vous voulez sortir rapidement. Bref… je n’irai pas encore.

Mots clé : - -

Eric Lewin
Eric Lewin
Rédacteur en Chef de La lettre PEA et Mes valeurs de Croissance

Journaliste pour BFM Business et dans d’autres médias… conseiller pour un fonds Small Caps chez CFD Asset Management… responsable de la salle de marché chez EuroLand Finance… consultant pour dirigeants d’entreprise…

Le parcours professionnel d’Eric Lewin est tout simplement remarquable – et représente un atout considérable pour vos investissements : un carnet d’adresses rempli, l’expérience de la réalité des publications de résultats, de la manière dont les « insiders » et les institutionnels fonctionnent…

Cette expérience multi-facettes lui permet de lire entre les lignes des marchés – et de révéler aux lecteurs de La lettre PEA des conseils de tout premier ordre pour se constituer un PEA alliant solidité… et économies d’impôts !

En savoir plus sur La Lettre PEA et Mes Valeurs de Croissance.

Laissez un commentaire