Avez-vous trop d’actions en portefeuille ?

Rédigé le 16 septembre 2014 par | Apprendre la Bourse, Toutes les analyses Imprimer

Par Chris Mayer

Si vous êtes comme la plupart des gens, vous détenez probablement trop d’actions.

Comment définir ce « trop » ?

Je commencerai par citer le célèbre gestionnaire de hedge fund Joel Greenblatt :

« Après avoir acheté 6 ou 8 titres dans divers secteurs, le fait d’ajouter encore plus de titres à votre portefeuille dans le but de diminuer les risques apporte peu de bénéfice ».

La plupart des gens possèdent beaucoup d’actions, croyant ainsi diminuer les risques. Mais ce n’est pas le cas. Il suffit de six titres pour être entièrement diversifié. Toutefois, le risque n’est qu’une partie de l’éternelle équation. Qu’en est-il de la récompense ?

En fait, il n’existe pas de nombre magique qui garantirait les meilleurs résultats. Mais j’ai toujours soutenu qu’il vaut mieux se concentrer sur ses meilleures idées. Peut-être 6 ou 8 titres est-ce trop juste. Plus de 30 titres est probablement trop. Je dois me poser la question de la valeur des 31e et 32e meilleures idées. (C’est pour cela que je classe régulièrement mon portefeuille et me débarrasse simplement des derniers du classement dans le but de maintenir un portefeuille serré et concentré sur mes titres préférés.)

C’est logique. Un portefeuille plus serré de vos titres préférés devrait mieux performer qu’une longue liste de 30 ou 50 titres que vous aimez. En outre, depuis 2 ans que j’étudie les investisseurs exceptionnels, je suis frappé par le fait que la plupart d’entre eux gèrent des portefeuilles concentrés.

Steve Leonard chez Pacifica Capital Investments est l’un d’entre eux. Son portefeuille ne compte qu’une dizaine de titres actuellement. Il en possède fréquemment moins de 10. Et ses résultats sont exceptionnels.

Il a commencé à gérer de l’argent professionnellement en 1998. Depuis, il a obtenu des rendements de 11,8% annualisés, contre seulement 5,2% pour le S&P 500. Au fil des ans, cela signifie que vous auriez gagné près de 500% grâce à Steve, contre 124% pour le marché. Si vous aviez investi 1 million de dollars avec Steve en 1998, vous auriez eu près de 6 millions de dollars fin 2013, contre moins de 1,7 million de dollars avec le S&P.

Qui est Steve ?
Vous savez combien j’aime bavarder avec d’autres investisseurs. J’adore parler d’idées et d’expériences. L’histoire de Steve est étonnante et vaut la peine d’être racontée ici.

Steve a commencé sa carrière en investissant dans de l’immobilier commercial à Los Angeles au début des années 1980. A cette époque, les prix étaient très bas du fait de la récession. Lorsque le marché a repris, Pacifica cessa d’acheter. Plus tard, l’entreprise vendit de ce qu’elle possédait à mesure que les prix augmentaient.

Même chose à Denver – un marché qui s’était effondré à la suite de la crise du crédit immobilier. « Il n’y avait rien à redire sur Denver, bien au contraire », dit-il. « On avait juste trop construit et les prix avantageux reflétaient le manque complet de confiance de la part des investisseurs. » A un moment, Pacifica posséda le plus grand portefeuille immobilier commercial privé au Colorado. Il rapportait en moyenne plus de 35% par an. En cohérence avec la philosophie de Pacifica, Steve vendit tout en 1998 lorsque les prix du marché commencèrent à remonter.

Vous voyez le topo. Acheter lorsque les prix sont bon marché. Vendre lorsqu’ils ne le sont plus. C’est là une recette qui a fait ses preuves mais difficile à suivre.

Steve décida alors de se concentrer sur le marché boursier, où il avait généré des rendements bien supérieurs aux principaux indices avec son propre argent. « Déjà à l’université, j’avais investi un peu en Bourse », avoue Steve. « Cela m’a toujours fasciné. » Lever des fonds pour investir dans le marché boursier ne fut pas aussi facile qu’il ne le pensait. Sans doute parce que les gens se demandaient si les succès dans l’immobilier se traduiraient également dans le marché boursier.

Au début, les sceptiques avancèrent un argument à toute épreuve. Lorsque Pacifica a commencé à investir dans les actions en 1998, le marché était solide. La performance de Steve a d’abord été à la traîne du marché alors que Pacifica enregistrait des soldes de trésorerie de plus en plus importants et que les prix des actions atteignaient des niveaux que Steve savaient être intenables. Si elle tarda à démarrer, sa stratégie paya.

Immobilier/actions, similitudes et différences
Comme le dit Steve, investir dans le marché et investir dans l’immobilier n’est pas très différent. Les principes sont les mêmes. Vous devez comprendre ce que vous possédez. Vous devez connaître la valeur de ce que vous possédez, ce qui protégera votre valeur et comment elle évoluera.

« Il y a une seule grosse différence », explique Steve. « Dans l’immobilier, nous étions aux manettes. Nos contrôlions notre destin plus que lorsqu’on investit dans les entreprises publiques. Nous prenions la décision de déployer du capital. Nous décidions d’installer un nouveau toit sur un entrepôt, de louer un immeuble ou de payer nos investisseurs. »

Naturellement, avec une entreprise cotée, vous ne pouvez pas décider comment investir le capital de l’entreprise. C’est le rôle de la direction. C’est pourquoi elle est si importante. « Lorsque vous investissez dans une entreprise cotée, la direction doit vous plaire », conseille Steve. « Si ce n’est pas le cas, ne l’achetez pas. »

Il existe une autre différence. Les rendements dans l’immobilier commercial dépendent beaucoup du cycle économique. « Dans l’immobilier, il est très difficile d’avoir une marque et d’engranger des rendements très différents de la performance de l’ensemble du marché. Mais si vous êtes American Express ou Coca-Cola, vos rendements ne sont pas aussi affectés par les cycles. Vous pouvez donc ainsi posséder l’entreprise pendant longtemps, ce que nous trouvons préférable. »

En résumé, la méthode de Steve est simple – mais difficile à mettre en oeuvre. Concentrez-vous sur un petit nombre d’entreprises. Connaissez les entreprises à fond. Et achetez-les en dessous de la valeur intrinsèque. Vendez lorsque les prix sont élevés.

Mots clé : -

Laissez un commentaire