Avez-vous déjà marché sur un Lego ? Voici ce qui se passe vraiment sur les indices…

Rédigé le 13 juillet 2018 par | Actions, Indices, sociétés et marchés Imprimer

Cher lecteur

Quel plaisir de vous retrouver aujourd’hui, après un retour sur BFM Business la semaine passée, dans les colonnes de La Bourse au quotidien !

Je crois qu’il était grand temps de reprendre la plume, car même si je dois reconnaître que Guillaume Duhamel et ses fidèles chroniqueurs ne ménagent pas leurs efforts pour vous éviter la débâcle sur les marchés, nous ne serons pas de trop.

Car, je vous le dis tout de go, l’été pourrait être chaud, très chaud même !

Je devine votre mine dubitative. Laissez-moi quelques lignes avant de revenir sur le titre de cet article, qui pourrait vous sembler quelque peu hors sujet de prime abord. J’ai beaucoup hésité sur le choix de mon sujet pour aujourd’hui.

La guerre commerciale ? Trump ? Le Brexit ? La politique monétaire ? Le pétrole ? Le football ? Non, pour mon retour je voulais un scoop, une exclusivité… et je l’ai trouvée !

Je vous repose la question :  avez-vous déjà marché sur un Lego ? Vous savez, ce célébrissime jeu de construction inoffensif qui a occupé des générations. Seulement voilà : il y a toujours une pièce qui échappe au rangement « rigoureux » de votre enfant. Un de ces Lego qui, la nuit tombée ou au petit matin, entre en collision avec votre voûte plantaire, générant une douleur si vive qu’elle pourrait même tirer votre progéniture de son sommeil.

Vous commencez à voir où je veux en venir ? Les institutionnels refilent le papier… et je crois bien que les grosses mains de ce marché ont aujourd’hui les poches pleines de Lego et sont tranquillement en train de faire le ménage. Ils se pourraient donc que les braves investisseurs particuliers sentent rapidement la douleur remonter le long de leurs nerfs boursiers quand ils vont mettre le pied dessus…

Des hausses sans volumes appellent la plus grande vigilance

Mais pour bien me faire comprendre, je vous demande d’appréhender le phénomène d’accumulation et de distribution.

Ces deux phases construisent les cycles de marché :

Jusqu’ici, rien de grave.

Dans un marché haussier, les phases d’accumulation laissent place à une distribution, mais les replis sont faibles car de nouvelles « grosses mains » entrent en phase d’accumulation rapidement après les distributions de leurs confrères, chassant les bonnes affaires.

Du coup, les grosses mains se distribuent les titres entre elles, nous offrant par là même un marché haussier avec des volumes.

La donne n’est toutefois plus la même lorsque le marché monte tout en étant privé de volumes. Cela signifie alors que les « grosses mains » qui ont bien accumulé des titres à bons prix doivent s’en séparer.

Mais lorsque les prix deviennent délirants, avec une abondance de liquidités, des taux zéro ou un recours à la dette excessif, devinez à qui on va revendre ces titres trop chers au plus mauvais moment avant la grande chute ? A vous bien sûr !

Les indices sont maintenus en apesanteur, le temps de faire le ménage…

Or, c’est exactement ce qui se passe en ce moment sur le marché. En gros, le processus est le suivant :

C’est ainsi que se construit une phase de retournement dans laquelle les détenteurs d’actions sont des investisseurs privés et les institutionnels attendent tranquillement la correction pour se racheter.

Cliquez sur le graphique pour l’afficher en grand

La Bourse est un éternel recommencement : tant qu’il y aura des Lego, il y aura des pieds innocents pour marcher dessus. Et tant qu’il y aura des actions trop chères, il y aura des investisseurs particuliers convaincus de les acheter.

Pour conclure, je vous inviterais à continuer d’avoir votre propre lecture, à vous forger votre propre opinion et vos propres certitudes, et in fine à ne faire confiance qu’à vous-même.

Les indices prendront peut-être encore 3 ou 5%, mais cela n’empêchera pas que, quelque part, un institutionnel sera tranquillement en train d’alléger ses positions au détriment d’un acheteur moins averti.

Maintenant, averti, vous l’êtes !

A bientôt !

Jérôme

Attention au piège baissier sur Saint-Gobain : les algos ont pris le contrôle

Mots clé : - -

Jérôme Revillier
Jérôme Revillier

Passionné de finance et autodidacte, Jérôme Revillier dirige aujourd’hui une société de gestion spécialisée sur le marché des changes. Il collabore avec des investisseurs particuliers avertis, des institutionnels ou encore des hedge funds cherchant de la performance absolue.

Vous pouvez croiser Jérôme sur des salons comme Actionaria, le salon du Trading ou le salon de l’Analyse Technique – il parcourt aussi la France, la Suisse et la Belgique pour rencontrer les investisseurs et leur faire partager son approche bien particulière des marchés.

Un commentaire pour “Avez-vous déjà marché sur un Lego ? Voici ce qui se passe vraiment sur les indices…”

  1. Monsieur,
    Comment faire la part entre les algo et les comportements des institutionnels?
    Ce que je crois comprendre, c’est que les algo miment les institutionnels avec un peux de poivre en plus.
    Mon sentiment vous parait t-il plausible?
    Merci et meilleurs sentiments de jm eskenazy

Laissez un commentaire