Marché actions australien : bientôt la consolidation ?

Rédigé le 18 août 2010 par | Matières Premières Imprimer

Malgré la crise, l’Australie conserve sa bonne santé : les finances nationales sont saines et l’économie poursuit sa croissance. Conséquence logique, le principal taux directeur (à 4,5%) est élevé en comparaison à ceux du Vieux Continent, du Japon et des Etats-Unis. Par ailleurs, la devise nationale continue de se renforcer. Le dollar australien (AUD) s’échange en effet à moins de 9% de son plus haut historique contre le dollar US.

Sur le Forex, la paire AUD/USD cote actuellement 0,90$ tandis que le record historique — marqué en juillet 2008 en pleine bulle des matières premières — se situe à 0,985$. La paire EUR/AUD, quant à elle, a inscrit son plus bas historique en mai dernier, à 1,393$ (AUD) ; le dollar australien s’échange donc actuellement à 3% de son meilleur niveau contre la monnaie unique.

A première vue, l’économie australienne va bien. Pourtant, son marché actions est aussi atone que celui de ses homologues occidentaux. C’est ce que je vous propose de voir au moyen d’une étude basée sur le S&P/ASX All Ordinaries Index — l’indice boursier le plus large du pays.

Composition du S&P/ASX All Ordinaries Index

Le S&P/ASX All Ordinaries Index est composé de 496 capitalisations boursières. Les plus connues sont les géants miniers BHP Billiton et Rio Tinto. Les dix premières capitalisations boursières — référencées dans la liste ci-dessous — ont un poids conséquent dans l’indice. En effet, leur cumul représente pas moins de 45,5% des 1 260 milliards de dollars (AUD) du S&P/ASX All Ordinaries Index.

Les 10 plus importantes capitalisations boursières de l'indice S&P/ASX All Ordinaries

Cette succincte présentation faite, intéressons-nous à présent à sa configuration graphique, celle-ci étant très similaire à celle développée par les indices européens.

Nouvelle vague baissière en vue sur le S&P/ASX All Ordinaries Index

Consécutivement au déclenchement de la crise des subprime, l’indice australien a lui aussi subi une importante dépréciation. Il a ainsi chuté de 54% entre son plus haut historique marqué en novembre 2007 et son plus bas de mars 2009.

La reprise qui s’est ensuite développée a permis à l’indice de retracer 50% du mouvement baissier, mais voilà près d’un an que l’indice consolide sous cet obstacle majeur à 4 950 points. L’arrondissement de la configuration et le retournement à la baisse de la moyenne mobile à 30 semaines constituent des facteurs baissiers.

Graphique du S&P/ASX Al Ordinaries Index- Australie hebdomadaire

Dans les mois à venir, il est donc probable d’assister à un troisième test du soutien à 4 220 points. A l’approche de ce plus bas annuel, l’accroissement du courant vendeur risque d’entraîner une nouvelle phase d’accélération baissière, en direction des 3 730 points.

La présente situation fait donc clairement état d’un risque baissier, qui invite pour le moins à la prudence. Le marché des actions australien semble en effet prêt à connaître une nouvelle vague baissière d’ampleur, comme les principales places boursières internationales.

Mots clé : - - - -

Jerome Vinerier
Jerome Vinerier

Jérôme Vinerier est analyste technique CFTe (diplôme délivré par la fédération internationale des analystes techniques IFTA). Il a exercé cette profession avec passion pendant plusieurs années au sein d’un cabinet réputé au niveau européen, délivrant quotidiennement le fruit de sa recherche auprès d’investisseurs institutionnels sur une vaste classe d’actifs financiers (actions, devises, indices, matières premières). Animé par la recherche de la performance, il s’établit comme stratégiste indépendant en 2008. – See more at: http://quotidienne-agora.fr/redacteurs/#sthash.0s0xSg5B.dpuf

Laissez un commentaire