Mon avis sur l’AK de Kindy

Rédigé le 6 février 2014 par | IPO, OPA, opérations financières, Mid et Small Caps Imprimer

Réaliser une augmentation de capital dans la période actuelle peut s’avérer un pari osé. Cela d’autant quand les comptes de l’entreprise en question ne sont pas au beau fixe… Et pourtant, c’est le choix qu’a fait Kindy (FR0000052904). Le spécialiste de la chaussette a en effet lancé le 28 janvier dernier une augmentation de capital de 4,04 millions d’euros avec maintien de DPS. Les modalités sont les suivantes : une action nouvelle pour une action ancienne au cours de 3,10 euros. Autant vous le dire tout de suite, compte tenu de la capitalisation actuelle de Kindy (4,4 millions d’euros), cette opération est très dilutive…

« Nous avons besoin d’argent frais alors que notre société n’a jamais lancé dans son histoire de telles opérations » me confie Thierry Rousseau, le nouveau président du directoire de Kindy. Le nouvel homme fort du groupe, qui a fait une partie de sa carrière chez Alstom, va même y souscrire à titre personnel à hauteur de 10% environ, preuve de la confiance qu’il a dans la stratégie de son groupe. Sur les 75% de souscription exigibles pour que l’opération se réalise, 36,7% ont d’ores et déjà été obtenus.

• Des projets à financer et des ventes à renforcer

Cette levée de fonds doit permettre à Kindy de financer sa « stratégie de développement ». Dans la chaussette (72% du CA), par exemple, le groupe cherche à monter en gamme via le développement de la marque Thyo (chaussettes de sports et de qualité). « Nous voulons monter en gamme car ce type de chaussettes peut être vendu 20 euros la paire contre une moyenne de 1,80 euro pour une chaussette plus classique. Cela passe donc par un renforcement nécessaire de nos forces commerciales pour accélérer. » Sur le segment de la chaussure haut de gamme pour enfant (28% du CA), Kindy a besoin de financer son BFR (besoin en fonds de roulement) pour développer sa licence IKKS – ce qui est classique dans ce type d’activités.

Kindy vise également un renforcement de ses ventes. A l’international tout d’abord puisque le groupe ne réalise que 10% de son chiffre d’affaires hors de France (environ 4 millions d’euros). Dans cette perspective, il compte particulièrement sur la licence Daniel Hechter qu’il a récemment acquise mais aussi sur les marques Achile et la Bonneterie La Française. Ensuite, sur le web. En effet, si ses ventes en ligne génèrent actuellement 1 million d’euros de chiffre d’affaires, Kindy espère bien les tripler d’ici à 3 ans. « Il est bien évident que la rentabilité est nettement supérieure sur Internet que dans les circuits classiques de distribution » explique Thierry Rousseau.

• Mon analyse

Comme vous pouvez le constater, cette levée de fonds est importante pour Kindy. Le groupe a clôturé l’exercice 2013 sur une perte de 1,7 million d’euros. Il devrait toutefois réaliser un chiffre d’affaires de l’ordre de 43 millions d’euros cette année, avec sans doute un retour à l’équilibre. Ce n’est que sur l’exercice 2014-2015, que l’on peut espérer un retour dans le vert avec des estimations de résultat net qui oscillent autour de 0,8 million… Un pari audacieux mais jouable.

Pour tout vous dire, j’ai trouvé le discours de Thierry Rousseau assez clair et le fait qu’il investisse à titre personnel prouve qu’il est très impliqué dans son entreprise. L’action n’a pas connu un parcours boursier facile avec une baisse de 59% en 3 ans. Il me semble toutefois qu’il faut souscrire pour jouer la recovery de la société. D’ailleurs la société de gestion Amiral Gestion (que je connais bien) va ainsi remonter au capital, passant de 12,7% à plus de 17% devenant le premier actionnaire du groupe.

Pour souscrire à l’opération, vous devez déjà être actionnaire car celle-ci se réalise avec le maintien des droits préférentiels de souscription – ce qui n’est pas pour me déplaire, moi qui n’aime pas trop les placements privés. Vous avez jusqu’au 10 février prochain pour exercer vos droits. Ne tardez pas si cela vous intéresse.

_____________________Pour vous aider dans vos investissements______________________

Lecteur régulier d’Eric Lewin ! Et si vous commenciez à en profiter ? 

Découvrez sans plus attendre Mes Valeurs de Croissance, la lettre d’investissement d’Eric Lewin, dédiée aux petites et moyennes valeurs, qui vous permettra de passer à l’action !

En 2013, Eric a permis à ses lecteurs de bonifier leur portefeuille de près de +12%, uniquement grâce à une sélection experte : découvrez les secrets confidentiels d’Eric… et profitez-en.

Mots clé : - - -

Eric Lewin
Eric Lewin
Rédacteur en Chef de La lettre PEA et Mes valeurs de Croissance

Journaliste pour BFM Business et dans d’autres médias… conseiller pour un fonds Small Caps chez CFD Asset Management… responsable de la salle de marché chez EuroLand Finance… consultant pour dirigeants d’entreprise…

Le parcours professionnel d’Eric Lewin est tout simplement remarquable – et représente un atout considérable pour vos investissements : un carnet d’adresses rempli, l’expérience de la réalité des publications de résultats, de la manière dont les « insiders » et les institutionnels fonctionnent…

Cette expérience multi-facettes lui permet de lire entre les lignes des marchés – et de révéler aux lecteurs de La lettre PEA des conseils de tout premier ordre pour se constituer un PEA alliant solidité… et économies d’impôts !

En savoir plus sur La Lettre PEA et Mes Valeurs de Croissance.

2 commentaires pour “Mon avis sur l’AK de Kindy”

  1. SCConfidentiel : Mon avis sur l’AK de Kindy $ALO $KIND http://t.co/b12diGSop5

  2. RT @SCConfidentiel: Mon avis sur l’AK de #Kindy… http://t.co/fzfgFcVkl4

Laissez un commentaire