AUDNZD : les politiques monétaires au cœur des stratégies sur le Forex

Rédigé le 6 mai 2015 par | Matières Premières, Toutes les analyses Imprimer

Je vous le dis souvent, la politique monétaire est la seule chose à regarder pour anticiper les tendances fortes sur le Forex. Plus que la politique monétaire elle-même d’ailleurs, c’est avant tout l’anticipation de celle-ci par les investisseurs qui est véritablement intéressante.

Et c’est là que des outils comme le Commitment of Traders (dont je vous ai parlé dans mon dernier article) permettent de voir et d’interpréter la psychologie et les attentes des intervenants.

Une semaine chargée pour les antipodes

Si les fameux Non Farm Payroll américains (chiffres de l’emploi aux USA) sont le point qui focalise les marchés, il y a pourtant de nombreuses autres nouvelles importantes cette semaine.

En effet, les devises australienne et néo-zélandaise sont au cœur de l’actualité (si, si !). Mardi, la banque centrale australienne a baissé à nouveau son taux directeur à 2% contre 2.25% auparavant, atteignant un nouveau plancher pour ce pays habitué aux taux élevés et dont la devise est un vecteur majeur du carry-trading.

Pourtant, la devise australienne n’a pas corrigé : au contraire, elle est nettement remontée.

Regardez ci-dessous la réaction du cours de  AUDUSD lors de l’annonce de la banque centrale. Depuis, la devise a même progressé de plus de 100 pips.

Comment expliquer qu’une baisse de taux provoque une hausse de la devise concernée ?

Une seule explication : l’anticipation.

Ce qui compte n’est pas la décision d’une banque centrale, mais ce que cette décision va impliquer en termes de perspectives des futures décisions !

Vous me suivez ?

En clair, comme aux échecs, vous devez toujours penser au coup d’après pour espérer vous en sortir.

La raison ici de cette remontée de la devise australienne malgré la baisse de taux est que les observateurs ont réalisé que la banque centrale n’ira pas plus bas tout de suite. Un ton neutre semble devoir être adopté par la RBA et ainsi conduire les différentiel de taux avec sa devise se réduire. Ainsi, ce n’est pas la décision même qui est analysée mais son impact sur les décisions futures !

AUD et NZD, des devises cousines !

La devise néo-zélandaise (le Kiwi) connait historiquement une évolution proche de sa cousine australienne. Impactées principalement par les matières premières, dont les pays sont producteurs,  et par l’activité de leur partenaire commercial majeur qu’est la Chine, ces devises sont souvent utilisées pour les stratégies de carry-trading grâce à leurs taux élevés qui assurent une rémunération confortable face à des devises à taux bas comme l’euro ou le yen.

Toutefois, ces dernières semaines, la pression de la banque centrale australienne avait été la plus forte, ramenant les deux devises à la parité.

Mais c’était sans compter sur des statistiques chinoises décevantes et surtout sur un taux de chômage en forte hausse en Nouvelle-Zélande.
En effet, ce mercredi matin, le pays a vu le chômage grimper à 5.8%, au plus haut depuis un an et surtout marquant un deuxième trimestre de hausse consécutif.
Ces chiffres poussent désormais à penser que la banque centrale va devoir baisser ses taux.

AUDNZD : comment profiter du renversement

Il n’en fallait pas plus pour que la paire AUDNZD sous l’effet de tous ces facteurs contraires progresse.
En effet d’un côté l’Australie est à un plancher de 2% et de l’autre, la Nouvelle-Zélande pourrait démarrer un cycle de baisse. Le différentiel anticipé est en faveur du dollar australien et devrait donc pousser la paire vers de nouveaux plus hauts à court-terme.

Il me semble donc opportun de passer à l’achat de la paire dans la zone actuelle. Profitez d’un repli vers 1.0500 et de la cassure éventuelle à 1.0670 pour viser un retour à 1.10 puis 1.15 NZD.

Un très beau potentiel pour une tendance uniquement guidée par les politiques monétaires.

Bons Trades !

Mots clé : -

Jérôme Reviller
Jérôme Reviller

Passionné de finance et autodidacte, Jérôme Revillier dirige aujourd’hui une société de gestion spécialisée sur le marché des changes. Il collabore avec des investisseurs particuliers avertis, des institutionnels ou encore des hedge funds cherchant de la performance absolue.

Vous pouvez croiser Jérôme sur des salons comme Actionaria, le salon du Trading ou le salon de l’Analyse Technique – il parcourt aussi la France, la Suisse et la Belgique pour rencontrer les investisseurs et leur faire partager son approche bien particulière des marchés.

Laissez un commentaire