AUDIKA cède son réseau italien à Amplifon

Rédigé le 30 avril 2014 par | Actions, Indices, sociétés et marchés, Mid et Small Caps Imprimer

J’ai assisté à de nombreux déjeuners avec l’état-major d’AUDIKA (FR0000063752). Et, pour tout vous avouer, à chaque fois, la direction se voyait interpellée sur sa stratégie italienne. Il faut dire que les résultats n’étaient pas au rendez-vous et que l’Italie jouait dessus…

Prenons la dernière publication du groupe dévoilée début mars par exemple. On y apprenait que la rentabilité opérationnelle avait été sérieusement écornée, passant de 11,4% à 6,3% avec notamment une perte opérationnelle de 1,1 million d’euros en Italie.

De même, sur l’exercice 2012, la marge opérationnelle courante était encore de 15,3% mais le résultat opérationnel intégrait une charge comptable exceptionnelle de 1,6 million d’euros liée notamment à des dépréciations de survaleurs sur l’Italie.

Bref, cela faisait beaucoup pour seulement 7% de l’activité totale du groupe. Et, confrontée à une baisse de 9 points de sa rentabilité en 2 ans – ce qui est énorme vous en conviendrez –, la société n’avait donc pas d’autres choix que de céder son activité transalpine.

C’est donc chose faite avec la cession de ses 55 centres de correction auditive italiens pour 7,1 millions d’euros, soit environ une fois son chiffre d’affaires. L’acheteur n’est autre que l’Italien Amplifon, un grand concurrent d’AUDIKA.

Le groupe a dorénavant les mains libres pour accélérer sa présence en France et en Belgique et, surtout, pour améliorer sa rentabilité. Mais la concurrence reste toutefois féroce. Outre Amplifon qui ne cesse de tailler des croupières à AUDIKA, le marché français est émaillé d’une myriade d’acteurs…

Et l’action dans tout ça ?

L’action a bien réagi à la nouvelle. Néanmoins, si elle a pris plus de 4% dès l’annonce de la cession de son réseau italien, elle reste en baisse de 40% sur 3 ans. Il y a donc une vraie cohérence entre l’économie réelle (la baisse des marges) et la Bourse (la baisse du titre).

Aux cours actuels, AUDIKA n’est pas donnée avec un PER de 15 et une VE/ROC de 10. Il me faudrait vraiment les tendances sur la rentabilité du premier semestre pour que je repasse nettement à l’achat sur ce dossier.

N’oubliez pas que le marché est non seulement concurrentiel mais également dépendant de la conjoncture économique. Acheter un appareil auditif en période de crise économique est encore plus difficile d’autant que ces produits ne sont pas remboursés en totalité.

Mots clé : -

Eric Lewin
Eric Lewin
Rédacteur en Chef de La lettre PEA et Mes valeurs de Croissance

Journaliste pour BFM Business et dans d’autres médias… conseiller pour un fonds Small Caps chez CFD Asset Management… responsable de la salle de marché chez EuroLand Finance… consultant pour dirigeants d’entreprise…

Le parcours professionnel d’Eric Lewin est tout simplement remarquable – et représente un atout considérable pour vos investissements : un carnet d’adresses rempli, l’expérience de la réalité des publications de résultats, de la manière dont les « insiders » et les institutionnels fonctionnent…

Cette expérience multi-facettes lui permet de lire entre les lignes des marchés – et de révéler aux lecteurs de La lettre PEA des conseils de tout premier ordre pour se constituer un PEA alliant solidité… et économies d’impôts !

En savoir plus sur La Lettre PEA et Mes Valeurs de Croissance.

Laissez un commentaire