Attention à la forte valorisation d’INGENICO

Rédigé le 24 juin 2013 par | Biotechs et Medtechs, Mid et Small Caps Imprimer

Vous en avez peut-être entendu parler, l’un des clients de la filiale allemande d’INGENICO (FR0000125346) a fait faillite. Pour le groupe, les conséquences sont minimes. En effet, initialement estimé à 25 millions d’euros, ce dépôt de bilan ne coûtera finalement « que » 5 millions d’euros au leader des solutions de paiement – c’est-à-dire 5% d’un bénéfice net qui se chiffre à 100 millions d’euros sur l’exercice 2012.

Une telle nouvelle aurait dû faire bondir l’action mardi dernier. Avec 2,2% de progression moyenne, force est de constater que ça n’a pas vraiment été le cas… La raison est simple et tient aux niveaux de valorisation atteints par INGENICO. En effet, l’action se paye sur un PER de 19 et une VE/ROC de 14. Même si les perspectives du groupe semblent optimistes, avec notamment une croissance organique supérieure ou égale à 6% sur l’année et une marge d’EBITDA supérieure à 18,5%, cela reste élevé – et vous savez ce que je pense des valeurs survalorisées… Il y a donc un risque de sanction boursière si le newsflow du groupe venait à se dégrader dans les prochains mois.

Cela d’autant que, confirmée ou non par la direction, la croissance d’INGENICO n’est pas à l’abri de quelques à-coups. Je m’explique. INGENICO est très fortement exposé aux pays émergents. Le groupe, qui réalise notamment 17% de son chiffre d’affaires en Amérique Latine, 16% en Asie ou encore 7% au Moyen-Orient, est leader au Brésil et en Chine. Et, vous le savez, ces deux pays connaissent quelques difficultés actuellement… La Chine voit sa croissance nettement ralentir au point qu’elle aura du mal à dépasser les 7,7% cette année. Le Brésil, lui, est secoué par des mouvements de contestation populaire sur fond de ralentissement économique.

Si la situation dégénère, notamment au Brésil, cela impactera inévitablement INGENICO et entraînera mécaniquement quelques ventes sur le titre. D’ailleurs, on trouve déjà quelques fonds vendeurs sur ce dossier. C’est le cas, entre autres, du hedge fund américain Lone Pine Capital avec une position vendeuse de 1,33%. Notons également que le hedge fund Cadian Capital a réhaussé sa position vendeuse de 1,64 à 1,71% le 20 juin dernier.

Comme je vous l’expliquais déjà en février dernier, il vous faut faire extrêmement attention à ce genre de valeurs. Et INGENICO, une fois de plus nous le confirme. En effet, il faut bien comprendre qu’eu égard à sa valorisation actuelle, INGENICO n’a pas le droit à l’erreur. Les bonnes nouvelles n’entraînent que de faibles valorisations à la hausse tandis que les mauvaises nouvelles – une révision de la croissance à la baisse par exemple – pourront susciter une vraie déflagration boursière. Pour preuve, je vous renvois au cas Esi Group.

_____________________Pour vous aider dans vos investissements______________________

Notre spécialiste ne peut diffuser ces informations qu’à vous : profitez-en vite !

Dans son message vidéo, il vous explique pourquoi les informations en sa possession risqueraient de créer un déséquilibre sur un marché bien particulier. S’il ne peut les diffuser à tout le monde, il a néanmoins décidé d’en faire profiter un petit groupe d’investisseurs particuliers.

En les rejoignant dès maintenant vous pourriez vous aussi bénéficier de ses recommandations avec à la clé des gains de 20,15%…29,8%… 35%… 60%… et bien d’autres encore !

Alors pourquoi attendre ? Découvrez dès maintenant comment rejoindre ces privilégiés et surtout comment enfin accéder à de vrais conseils de pro…

Mots clé : - - -

Eric Lewin
Eric Lewin
Rédacteur en Chef de La lettre PEA et Mes valeurs de Croissance

Journaliste pour BFM Business et dans d’autres médias… conseiller pour un fonds Small Caps chez CFD Asset Management… responsable de la salle de marché chez EuroLand Finance… consultant pour dirigeants d’entreprise…

Le parcours professionnel d’Eric Lewin est tout simplement remarquable – et représente un atout considérable pour vos investissements : un carnet d’adresses rempli, l’expérience de la réalité des publications de résultats, de la manière dont les « insiders » et les institutionnels fonctionnent…

Cette expérience multi-facettes lui permet de lire entre les lignes des marchés – et de révéler aux lecteurs de La lettre PEA des conseils de tout premier ordre pour se constituer un PEA alliant solidité… et économies d’impôts !

En savoir plus sur La Lettre PEA et Mes Valeurs de Croissance.

Laissez un commentaire