Attention à un euro trop fort, même sur les small caps

Rédigé le 23 octobre 2013 par | Matières Premières, Mid et Small Caps Imprimer

En moins d’une semaine, la devise européenne a gagné plus de 2%. Ce mouvement, commun sur les actions, ne l’est absolument pas sur les devises. Quand l’euro-dollar passe de 1,3470 à 1,3740 en quelques séances, ce n’est pas indolore, notamment pour les entreprises exportatrices.

En fait sur le marché des changes, tout est question de rapidité. Il est bien évident qu’actuellement nous sommes dans une phase d’accélération, préjudiciable à nos grands exportateurs. Mais il n’y a pas que les EADS (NL0000235190) ou autres Safran (FR0000073272) qui sont touchés par une hausse désordonnée de l’euro. Des pans de l’activité sont affectés, et parfois même des sociétés que l’on ne soupçonnerait pas. Safran estimait que quand l’euro prend 10 centimes, cela impacte de plus de deux points sa marge opérationnelle.

Alors voyons les répercussions que cela peut avoir sur nos small caps. Prenez un groupe comme HAULOTTE (FR0000066755) spécialisé sur les nacelles élévatrices. La société précise que ses principaux concurrents sont américains, ayant donc une base de coûts en dollars ; elle subit pleinement les effets d’un euro trop fort. Comment peut-elle concurrencer les sociétés américaines quand, d’office, la parité la pénalise de 35% ?

Même tendance dans le champagne : des groupes comme LAURENT PERRIER (FR0006864484) ont des coûts en euro et ne peuvent produire de champagne ailleurs qu’en France. Une devise européenne forte rend le champagne très cher sur le marché américain, en plus de toutes les charges liées à l’exportation même.

NEOPOST (FR0000120560) réalise plus de 40% de son activité aux Etats-Unis ; LINEDATA SERVICES (FR0004156297), l’éditeur de progiciels pour les professionnels de la finance, réalise 37% de son chiffre d’affaires aux Etats-Unis. Cela veut dire des pertes de change lors de la consolidation des comptes du groupe, qui sont en euro. Je m’explique : vous avez une activité en dollar, que vous gérez en dollar et une activité en euro, et vos comptes sont en euro. Quand vous devez fournir vos résultats, ou votre bilan, vous « consolidez » vos chiffres : vous mettez tout sous la même unité, même devise. Donc ici, en l’occurrence en euro.

Il y a donc deux effets de change pour nos PME.

Primo des pertes de parts de marche à l’international pour des raisons de moindre compétitivité.
Secundo des pertes dans résultats liées aux effets de change.

Une étude de la Deutsche Bank publiée en début d’année estimait que le niveau moyen de l’euro au delà duquel la perception de la compétitivité se dégrade est autour de 1,37, soit les niveaux actuels.Et nos petites entreprises restent en général les grandes oubliées de la guerre des monnaies. Lorsqu’elles sont très internationales, elles n’ont pas les mêmes outils que les grandes pour se couvrir — ni évidemment le même pouvoir de négociation. Donc un bon conseil dans la période actuelle : regardez de très près les small caps présentes à l’international. Si elles ont une part de leur activité trop importante outre-Atlantique, réfléchissez à deux fois avant d’investir. Oui, je sais, c’est la stratégie inverse de ce qui motivé pas mal de notes positives de gérants depuis un an (en pariant justement sur la reprise américaine). Mais ne vous inquiétez pas, nous serons là pour vous guider…

_____________________Pour vous aider dans vos investissements______________________

IMPOTS : l’optimisation fiscale n’est pas un privilège réservé aux grandes multinationales ! Découvrez vite les solutions 100% légales de notre spécialiste : ce message pourrait vous redonner le sourire

 

______________________

Mots clé : - - - - - - - -

Eric Lewin
Eric Lewin
Rédacteur en Chef de La lettre PEA et Mes valeurs de Croissance

Journaliste pour BFM Business et dans d’autres médias… conseiller pour un fonds Small Caps chez CFD Asset Management… responsable de la salle de marché chez EuroLand Finance… consultant pour dirigeants d’entreprise…

Le parcours professionnel d’Eric Lewin est tout simplement remarquable – et représente un atout considérable pour vos investissements : un carnet d’adresses rempli, l’expérience de la réalité des publications de résultats, de la manière dont les « insiders » et les institutionnels fonctionnent…

Cette expérience multi-facettes lui permet de lire entre les lignes des marchés – et de révéler aux lecteurs de La lettre PEA des conseils de tout premier ordre pour se constituer un PEA alliant solidité… et économies d’impôts !

En savoir plus sur La Lettre PEA et Mes Valeurs de Croissance.

Laissez un commentaire