Attention aux survalorisations sur les petites valeurs

Rédigé le 7 juillet 2011 par | Biotechs et Medtechs, Mid et Small Caps Imprimer

Les valeurs moyennes, comme je ne cesse de le répéter dans ces lignes, semblent totalement immunisées face aux aléas des marchés boursiers — en réalité, elles sont surtout partiellement hermétiques face au contexte macro, et d’un point de vue boursier… nous frisons parfois le délire haussier.

Comme je vous le disais mardi dernier, la progression de l’indice CAC Small au premier semestre a été trois fois plus importante que celle du CAC 40, avec souvent des variations stratosphériques sur certains titres.

Le marché des small caps fait comme si l’horizon était dégagé et qu’il n’y avait aucun nuage dans l’économie mondiale. En fait, ce n’est pas tant qu’elles ont des oeillères ou qu’elles sont aveugles, c’est qu’une PME a son marché, souvent domestique ; ensuite, plus flexible de par sa taille, elle s’adapte plus facilement.

Cependant, Jean Chabru, mon collègue spécialisé dans les mid caps, et moi-même voyons quand même de très nettes survalorisations sur les petites valeurs et notamment sur les medtechs.

Rappelez-vous : je vous parlais de CARMAT (coeur artificiel) ou de STENTYS (les stents) comme des aberrations boursières : elles ne font aujourd’hui aucun chiffre d’affaires mais ont vu leur titre exploser de +525% pour CARMAT, et de +125% pour STENTYS ! Tant mieux pour ceux qui en ont profité… mais vous comprenez que ni moi ni Jean Chabru ne pouvons vous conseiller de rentrer à ces niveaux. Aussi belles les histoires de ces boîtes soient-elles ! Ces valorisations me paraissent juste hallucinantes. Il y a une véritable déconnexion par rapport au monde réel et surtout par rapport à d’autres sociétés rentables avec un vrai savoir-faire.

Le souci : nous avons d’un côté le monde qui s’englue dans des crises, et de l’autre, des titres qui explosent…. Et cela ne me plaît pas beaucoup, ça sent la bulle…

Jean vous parle par exemple de l’introduction en Bourse de MAUNA KEA TECHNOLOGIES, le spécialiste des endoscopes microscopiques. Elle est proposée à 140 millions d’euros, pour un chiffre d’affaires de 4 millions d’euros (mero). Je vous en parle dans une des news que j’ai faite sur l’IPO* du titre : il nous semble à tous les deux que nous entrons dans une jolie bulle sur ce segment des small caps !

D’ailleurs, si vous voulez en savoir plus sur les dernières introductions, Jean Chabru passe en revue les 10 dernières IPO dans sa lettre de juillet, Small Caps Profits. Quelques bonnes surprises, mais beaucoup de survalorisation au final. Jusqu’à quand ? Je vous laisse découvrir l’éditorial de son dernier numéro, et vous dis à demain pour la suite du bilan du premier semestre, sur Alternext cette fois.

Eric Lewin

* Décryptage : IPO
IPO signifie Initial Public Offerings. Il s’agit de l’introduction en Bourse d’une société. Ce genre d’opération permet aux entreprises de se procurer des capitaux.

Mots clé : - - - -

Eric Lewin
Eric Lewin
Rédacteur en Chef de La lettre PEA et Mes valeurs de Croissance

Journaliste pour BFM Business et dans d’autres médias… conseiller pour un fonds Small Caps chez CFD Asset Management… responsable de la salle de marché chez EuroLand Finance… consultant pour dirigeants d’entreprise…

Le parcours professionnel d’Eric Lewin est tout simplement remarquable – et représente un atout considérable pour vos investissements : un carnet d’adresses rempli, l’expérience de la réalité des publications de résultats, de la manière dont les « insiders » et les institutionnels fonctionnent…

Cette expérience multi-facettes lui permet de lire entre les lignes des marchés – et de révéler aux lecteurs de La lettre PEA des conseils de tout premier ordre pour se constituer un PEA alliant solidité… et économies d’impôts !

En savoir plus sur La Lettre PEA et Mes Valeurs de Croissance.

2 commentaires pour “Attention aux survalorisations sur les petites valeurs”

  1. Bonjour eric et merci

    Excat et je ne comprend pas cette mode ou ce phenomene actuellement des valorisations devenues folles comme sur MKEA, ALCAR ou PRC.

    visiblement les gens ne savent pas lire un compte d’exploitation et un bilan. Et a coté de cela il y a des dossiers comme Cafom ou Precia que personne n’achete.

    Mais ca se corrigera et bcp risquent de déchanter

  2. […] aux déceptions, elles peuvent être violentes… Encore une fois je vous le répète, méfiez-vous des valeurs survalorisées.  Imprimer cet article window._wp_rp_static_base_url = […]

Laissez un commentaire