Attendez-vous au retour des fusions-acquisitions

Rédigé le 21 novembre 2014 par | IPO, OPA, opérations financières Imprimer

Les fusions-acquisitions reviennent en force aux Etats-Unis. Cette semaine, deux grosses opérations ont été annoncées : l’offre d’Halliburton sur Baker Hugues, dans le secteur pétrolier, et celle de d’Activis sur Allergan, le fabricant du Botox.

Commençons par parler du secteur pétrolier, car en plus, en France, le bras de fer commence entre Technip (FR0000131708) et CGG (FR0000120164)

Le géant pétrolier Halliburton a donc trouvé un accord avec Baker Hugues sur une offre de rachat de quelque 34,6 Mds$. Les actionnaires de Baker Hugues vont ainsi recevoir 1,12 action Halliburton plus 19 $ en espèces pour chaque action détenue. Cela représente une prime de 31%, non négligeable et cela permettra au nouveau groupe de devenir le leader mondial des services pétroliers, générant un chiffre d’affaires de plus de 50 Mds$. Il damera alors le pion à Schlumberger.

Il faut dire que la conjoncture actuelle est propice à la consolidation du secteur. Avec un baril de pétrole qui ne cesse de baisser, l’industrie pétrolière souffre terriblement et les plus petits ont du mal à faire face à la baisse de leurs marges d’exploitation. Du coup, depuis plusieurs années, les dépensent d’investissement et d’exploration sont en baisse, ce qui n’est pas tenable à terme : quand vous êtes une pétrolière, vous devez maintenir vos recherches d’exploration, mais aussi techniques. Or là, ce genre d’investissement avait tendance à baisser. Le secteur a donc non seulement besoin de se restructurer et que les groupes fusionnent.

Autre élément : avec la baise des cours du pétrole, le secteur a lourdement chuté. Du coup, les valorisations des plus petits groupe deviennent très abordable pour les plus gros ! C’est ainsi que Technip (FR0000131708) a fait une offre sur CGG (FR0000120164) au prix de 8,30 € par action (le titre en valait 6,50€ la veille de l’offre, revenant des 4,40 € début novembre). CGG a d’abord refusé, mais ce matin le groupe semble vouloir faire monter les enchères.

analyse CGG

 Alors cette opération est évidemment beaucoup plus petite que celle de Halliburton sur Baker Hugues (1,5 Mds€…) mais elle permet de voir que l’état d’esprit du secteur même en Europe passe par des fusions-acquisitions.

L’autre transaction marquante c’est l’OPA d’Activis sur Allergan, le célèbre fabricant du traitement anti-rides (le Botox) pour 66 Mds€. Activis a donc damé le pion au Canadien Valeant qui avait fait plusieurs propositions depuis six mois, mais n’a pas réussi à s’aligner sur l’offre actuelle. Le nouveau groupe pèsera environ 23 Mds$ de chiffre d’affaires, ce qui le placera parmi les 10 plus grands laboratoires pharmaceutiques au monde. Ce mariage entre le spécialiste du Botox et celui du Namenda (le médicament contre la maladie d’Alzheimer) a fière allure mais il faut maintenant étudier les synergies potentielles. Certains analystes estiment que le prix payé est exorbitant, et il faudra voir d’où viendront les synergies…

Pour les actionnaires d’Allergan en tout cas, c’est Byzance…  Le titre a pris 95% depuis le début de l’année et 163% en trois ans.

graphique allergan

En Europe, nous sommes encore un peu à l’écart de l’effervescence que l’on constate aux USA en termes de Fusacs. Mais comme d’habitude, nous rattraperons vite les Etats-Unis et le début de 2015 devrait voir le retour des transactions avec de belles opérations à la clé. 

Mots clé : - - - - - -

Eric Lewin
Eric Lewin
Rédacteur en Chef de La lettre PEA et Mes valeurs de Croissance

Journaliste pour BFM Business et dans d’autres médias… conseiller pour un fonds Small Caps chez CFD Asset Management… responsable de la salle de marché chez EuroLand Finance… consultant pour dirigeants d’entreprise…

Le parcours professionnel d’Eric Lewin est tout simplement remarquable – et représente un atout considérable pour vos investissements : un carnet d’adresses rempli, l’expérience de la réalité des publications de résultats, de la manière dont les « insiders » et les institutionnels fonctionnent…

Cette expérience multi-facettes lui permet de lire entre les lignes des marchés – et de révéler aux lecteurs de La lettre PEA des conseils de tout premier ordre pour se constituer un PEA alliant solidité… et économies d’impôts !

En savoir plus sur La Lettre PEA et Mes Valeurs de Croissance.

Laissez un commentaire