ARTPRICE : grosse chute après l’envolée du titre

Rédigé le 24 janvier 2012 par | Biotechs et Medtechs, Mid et Small Caps Imprimer

Le 13 janvier dernier, dans l’un de mes articles consacrés à mes perspectives concernant les small caps en 2012, je vous parlais de certaines valeurs qui montaient sans raison apparente. Je disais alors « on achète du rêve ».Eh bien, vous vous en doutez : ce rêve peut avoir de gros passages à vide et vous donner des sueurs froides à en faire des cauchemars.

Regardez ARTPRICE.COM, depuis le début de l’année. Le 6 janvier, je vous donnais mon sentiment sur le sujet (mais ce n’était pas la première fois depuis que je suis le titre) :

« Après avoir atteint un plus-haut ce matin de 65,80 euros, plus-haut également depuis cinq ans, ARTRPICE.COM (FR0000074783) subit des prises de bénéfice et perd 7,7% à 55,60 euros. Très franchement, j’ai eu du mal à comprendre l’envolée qui a fait passer le spécialiste de l’art de 40 euros à la fin décembre à un plus-haut de 65,80 euros. Certes le lancement des enchères sur le net aura lieu le 18 janvier prochain pour le groupe, mais difficile tout de même de quantifier tout cela. La valorisation actuelle de 355,6 millions d’euros me semble excessive. »

Inutile d’investir dans les pays où la croissance est en berne : il faut aller ailleurs !

Une sélection de valeurs exceptionnelles pourrait vous permettre de viser 324% de gains alors que la crise s’abat sur les économies occidentales : à vous d’en profiter maintenant…

 

En quelques séances, ARTPRICE s’est tout simplement effondrée de 30%… notamment lors d’une séance cauchemardesque hier donnant lieu à un effondrement du titre de 14,9% dans un volume énorme de 404 610 titres – soit 6,3% du capital. Que s’est-il passé ? Y a-t-il eu de mauvaises nouvelles ?

Graphique: Artprice.com
Pour agrandir le graphique, cliquez dessus

Eh non… la spéculation s’est fortement dégonflée le jour même du lancement des enchères en ligne. Mais sans aucune communication particulière. Mais, regardez la situation avec bon sens : la société valait plus de 400 millions d’euros en Bourse il y a quelques jours… pour un chiffre d’affaires « epsilonesque » et une communication quasi absente. Logique ?

En fait, mon propos n’est pas de descendre ARTPRICE mais bien de vous alerter sur le fait qu’il ne faut en aucun cas courir après un titre. En aucun cas, vous ne devez vous jeter sur un titre qui progresse de 5% en début de matinée en vous disant que vous allez gagner 5% de plus. Certes, cela arrive : ARTPRICE en est d’ailleurs l’exemple même puisqu’après avoir pris 13% le 30 décembre, le titre a encore pris 20% le 2 janvier. Mais c’est évidemment risqué de trader ainsi.

Je vous recommande plutôt de garder la tête froide et de prendre le temps avant d’investir sur un titre, surtout dans ce monde des small caps si particulier. Je regarde de temps à autre les forums small caps et je suis stupéfait de lire autant de bêtises sur certains dossiers. Je suis persuadé que certains petits malins profitent de la crédulité de traders novices (ou naïfs ?) pour essayer de faire monter les titres à coups d’explications totalement scabreuses. Ne vous laissez donc pas influencer par ce que vous lisez sur les forums ou autres blogs ; certains traders ne connaissent rien aux dossiers et essayent de les faire décoller en faisant du buzz. Vous devez comprendre qu’une société qui vaut par exemple 20 fois son chiffre d’affaires ou se paye sur un PER de 60 n’est pas une bonne affaire d’un point de vue boursier, même si on vous explique que son marché de référence est promis à un avenir exceptionnel… Pour l’instant, le PER du marché parisien tourne autour de 10.

Revenons donc à des small caps plus saines. Tout d’abord, force est de constater que depuis le début de l’année, les small caps sont en avance sur le CAC 40 : l’indice CAC Small affiche +8,6% depuis le 1er janvier quand le CAC 40 en affiche +5,7%. Il y a eu un effet de rattrapage sur certains titres qui offrent la particularité d’être bradés aux cours actuels.

Prenez par exemple BUSINESS & DECISION (FR0000078958-BND)… Le spécialiste de la business intelligence, dont je vous ai beaucoup parlé l’an dernier, vient de prendre 23,6% en une semaine avec un net gonflement des volumes, notamment hier. Est-on dans une bulle spéculative comme pour ARTPRICE ? Pas du tout… Lorsque vous reprenez ces ratios boursiers, ils sont tout à fait corrects même avec la récente hausse avec par exemple un PER de 6 sur 2011. Alors certes, il y a eu un engouement vendeur impressionnant, mais le potentiel n’est pas épuisé.

Prenez un autre exemple avec CEGID (FR0000124703-CGD). Le 20 janvier dernier, sur le site, j’indiquais que le titre offrait des ratios de valorisation toujours attractifs avec par exemple un PER de 7 ou une VE/ROC de 7, le tout accompagné d’un rendement* de 6,5%. Il est fort probable que la progression du titre, déjà 9% sur les trois dernières séances, ne soit pas finie car l’éditeur de logiciels de gestion offre de sérieux arguments.

Il va y avoir de nombreuses publications au cours des prochaines semaines et notamment la publication de nombreux chiffres d’affaires annuels. Restez à l’écoute et rendez-vous régulièrement sur le site http://smallcapsconfidentiel.com/ pour vous aider dans vos choix d’investissement ; ne vous jetez surtout pas sur des sociétés dont vous ne comprenez pas le métier ou dont vous ne connaissez pas les principales données financières parce qu’il y a du buzz sur les forums. La Bourse n’est pas un casino…

Et encore une fois, pour des conseils de court terme précis et suivis, je peaufine mon service qui sortira en mars.

* Décryptage : Rendement
C’est le dividende versé par rapport au cours de l’action. Ce taux est très regardé si on veut faire des placements « de père de famille », c’est-à-dire peu spéculatifs mais qui assurent un dividende assez important. Une entreprise verse un dividende de 2 euros pour une action qui vaut 30 : le taux de rendement atteint donc un excellent 6,6%.

Mots clé : - -

Eric Lewin
Eric Lewin
Rédacteur en Chef de La lettre PEA et Mes valeurs de Croissance

Journaliste pour BFM Business et dans d’autres médias… conseiller pour un fonds Small Caps chez CFD Asset Management… responsable de la salle de marché chez EuroLand Finance… consultant pour dirigeants d’entreprise…

Le parcours professionnel d’Eric Lewin est tout simplement remarquable – et représente un atout considérable pour vos investissements : un carnet d’adresses rempli, l’expérience de la réalité des publications de résultats, de la manière dont les « insiders » et les institutionnels fonctionnent…

Cette expérience multi-facettes lui permet de lire entre les lignes des marchés – et de révéler aux lecteurs de La lettre PEA des conseils de tout premier ordre pour se constituer un PEA alliant solidité… et économies d’impôts !

En savoir plus sur La Lettre PEA et Mes Valeurs de Croissance.

Un commentaire pour “ARTPRICE : grosse chute après l’envolée du titre”

  1. Bonjour.
    J’ai tout investi mon économie sur artprice com est il risqué à moyen terme?j’ai acheté l’action à 23.41€.je sais qu’en ce moment l’action a beaucoup chutée depuis que j’ai achetée le 28juin.j’aimerais savoir quel est votre avis et conseils sur l’entreprise artprice com.merci

Laissez un commentaire