L’Arabie saoudite « confortable » avec un cours du Brent à 80$… ou plus

Rédigé le 18 septembre 2018 par | Matières Premières, Pétrole Imprimer

Les prix du pétrole progressent de 1,5% ce mardi alors que l’Arabie saoudite se dit satisfaite de voir le baril de Brent s’établir au contact ou au-dessus des 80$.

C’est une conséquence prévisible et inévitable de l’embargo américain sur les exportations iraniennes dans un contexte de demande internationale robuste.

Prix du pétrole L'Arabie saoudite

 

Vers un retour de l’inflation ?

Les autorités saoudiennes n’ont évoqué aucune « cible » concernant les prix du pétrole. Mais elles n’ont aucune raison de s’opposer à une progression au-delà de 80$ (79,6$ sur le Brent cet après-midi).

Un tel scénario remettrait sur la table les spéculations concernant une résurgence des pressions inflationnistes : elles seraient amplifiées en cas de repli supérieur à 2,5Mns de barils des stocks hebdomadaires de brut lors de la publication ce soir des données de l’API (American Petroleum Institute).

Donald Trump pousse l’Arabie saoudite à compenser l’isolement de l’Iran et du Venezuela

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Mots clé : - - -

Un commentaire pour “L’Arabie saoudite « confortable » avec un cours du Brent à 80$… ou plus”

  1. Quand j’entends que l’Arabie Saoudite est « confortable », ça me donne des frissons dans tout le corps. Quand ce pays est en confiance et a les moyens financiers, il n’hésite pas à lancer des guerres, financer des organisations pas très fréquentables à travers le monde, et à influencer des gouvernements peureux qui aiment empiler quelques pétrodollars pour se rassurer. Il est temps de couper le cordon de la dépendance énergétique avec un tel pays !

Laissez un commentaire