Après les sanctions douanières, Trump envisage de restreindre l’accès aux filières universitaires

Rédigé le 2 octobre 2018 par | Toutes les analyses Imprimer

Campus de l'université de ColumbiaA peine la refonte de l’ALENA vient-elle d’être entérinée (après d’âpres négociations avec le Canada qui, loin de se coucher comme le Mexique, a tout négocié pied à pied et jusqu’à la dernière heure dimanche) que le président américain Donald Trump mobilise déjà les vaisseaux engagés dans l’opération NAFTA (traduction anglaise d’ALENA) et s’apprête à les rediriger vers la mer de Chine.

Il a prévenu que les négociations commerciales avec Pékin « n’allaient pas reprendre de sitôt », vu l’attitude jugée hostile de la Chine.

Si les pourparlers bilatéraux ne repartent pas d’ici le 31 décembre, 250 Mds$ de produits chinois seront automatiquement frappés de 15% de surtaxe supplémentaire (de 10 à 25%).

Moins d’étudiants chinois sur les campus américains ?

Et comme cela risque de ne pas suffire, la Maison-Blanche ressort la vieille menace consistant à limiter le nombre de visas étudiants accordés aux candidats chinois. D’autre part, la durée de ces visas, portée de 1 à 5 ans à partir de 2014, pourrait être revue à la baisse, sans écarter la possibilité de revenir à l’ancien système de renouvellement annuel.

J’en profite pour rappeler que d’après The Institute of International Education, les Etats-Unis ont accueilli en 2015-2016 quelque 329 000 étudiants chinois, pour des études supérieures fort onéreuses, ce qui représente une vraie manne financière pour les universités américaines.

De fait, lorsqu’il est question de « vol de propriété intellectuelle », il est difficile de distinguer ce qui relève du « vol pur » et de l’exploitation légitime de compétences de pointe, chèrement acquises sur les bancs des universités américaines.

Ceci illustre l’aphorisme : « les capitalistes nous vendront la corde pour les pendre » !

Les PMI « définitifs » sont « bof »… et Trump va nous distribuer des baffes

Mots clé : - -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Laissez un commentaire