Inscrivez-vous gratuitement à La Bourse au quotidien


Apple : résultats en baisse, action en hausse, nouvelle plus-value assurée

Rédigé le 29 juillet 2016 par | Actions, Big caps, Indices, sociétés et marchés, Toutes les analyses Imprimer

La plupart des personnes ayant approché Steve Jobs se rappellent sa capacité pratiquement surnaturelle à « faire plier les faits pour qu’ils entrent dans le moule ».

Andy Hertzfeld, membre de l’équipe de développement du Macintosh dans les années 80, a été le premier à nommer les effets de ce mélange de charisme et de force mentale, le Champ de distorsion de la réalité (CDR). Cette appellation a été maintes fois reprise par l’entourage de Steve jobs et relatée dans ses biographies.

Toujours est-il que ce champ de distorsion de la réalité lui permettait d’influencer les personnes à son contact, de les rallier à sa façon de voir les choses, de les convaincre, voire, comme beaucoup l’on dit, de les manipuler et de leur faire prendre des vessies pour des lanternes.

Wall Street aurait-il repris à son compte les principes du champ de distorsion de la réalité ?

Maintenant, je vais vous mettre à contribution.

Le but de l’exercice est de s’extraire de l’influence de ce qui ressemble fort aux effets d’un champ de distorsion de la réalité, savamment entretenu par les milieux financiers.

J’aimerais voir votre réaction, à l’éclairage des faits suivants.

Prenez une entreprise. Une star de la cote. Elle publie ses résultats financiers, qui se traduisent par :

Bon. A la vue des résultats financiers, et hors du champ de distorsion de la réalité, vous en pensez quoi ? Franchement mauvais non ?

Les plus optimistes pourraient dire, à raison, que les résultats sont une chose et qu’il reste à connaître les perspectives à venir pour sauver le coup. Car, c’est ça le plus important : l’avenir.

Eh bien… pas de chance ! Pour le trimestre à venir, cette entreprise table sur une nouvelle chute du CA comprise entre 7,8 et 11,7% (chiffres arrondis à la décimale supérieure).

On reste donc dans la lancée.

Si quelqu’un passe à l’achat fort sur les titres de cette valeur, après lecture de ces données, qu’en penseriez-vous ?

Mais ce n’est pas tout ! Pour parfaire ce tour d’horizon, je vous propose un extrait des commentaires de l’équipe dirigeante, suite à la publication des résultats. A mon humble avis, les premières fissures dans la trame de la réalité apparaissent dès maintenant. Le constat de son CEO semble venir d’un autre monde.

Le COO déclare que ces résultats « reflètent une plus grande demande et de meilleures performances économiques que ce que nous avions prévu » et « présentent un nombre de signes encourageants ».

Dès lors, le champ de distorsion de la réalité peut opérer à Wall Street, qui salue ce deuxième trimestre de résultats. En forte baisse, oui, mais moins pire que prévu (c’est toute l’astuce). Du coup, l’action monte dans la journée de plus de 7%.

Alors, vous l’avez deviné, c’est bien de l’action Apple (US0378331005 – APPL) dont il s’agit.

Cette façon qu’a Wall Street de s’extasier à la publication de résultats en baisse est devenue monnaie courante depuis plus d’un an et demi. Un an et demi que, globalement, les résultats d’entreprise s’affichent en baisse. Trimestre après trimestre.

Si l’on vous demandait d’appliquer cette logique du « moins mauvais que prévu » à votre quotidien, vous vous demanderiez si l’on ne vous prendrait pas pour une oie cendrée ou une buse des marais. En suivant la même logique, cela donnerait ce genre de choses :

C’est la fin de l’année scolaire. Votre rejeton revient à la maison et vous annonce, sourire aux lèvres, qu’il va redoubler. Mais il vous dit que ça mérite bien une augmentation de 7% de son argent de poche. Pourquoi ? La moyenne de son bulletin est de 6,5/20. Vous vous attendiez à 5/20… Meilleur que prévu !

Fantastique. C’est une superbe occasion pour le féliciter et faire la fête.

Bref, voilà le genre de logique que Wall Street veut nous faire avaler avec ses « résultats en baisse, mais meilleurs que prévus ». Logique qui en dépassera sans doute plus d’un. Et si vous voulez mon avis, si vous faites partie du lot, c’est plutôt bon signe pour la gestion à long terme de votre patrimoine.

Que faire avec Apple ?

Ceci peut prêter à rire ou à pleurer, selon sa façon de voir. Je vous propose de clore cet aparté pour reprendre le cours de nos analyses et plans de trade concernant Apple.

160729_apple

Pour mémoire, en mars dernier (rectangle jaune sur le graphe ci-dessus), un plan de trade vise à vendre Apple sur signal technique et en prenant appui sur la résistance (segment oblique rouge).

Ce signal se valide (flèches rouges) et un premier objectif à 95 $ (rectangle vert horizontal) est vite atteint et permet d’alléger la position en prenant une partie de ses profits. Le restant de la position étant conservée pour tenter un retour sur 82,5 $.

Le 20 juin (flèche bleue), le comportement des prix et l’apparition d’une nouvelle configuration technique pousse à modifier le plan de trade. Il s’agissait alors de « prendre l’intégralité des bénéfices si la MACD de l’unité de temps journalière se retourne à la hausse sur la zone de support potentielle » (NDLR : la zone de support des 93/95 $ – soit le rectangle horizontal vert), mais aussi de « faire un reverse pour prendre position à la hausse en cas de signal technique ».

Le signal technique (MACD – flèche verte) intervient bien sur le support quelques jours plus tard. Bingo ! Bon point de sortie. Et si vous avez exécuté le reverse, alors le compteur affiche déjà une nouvelle plus-value potentielle d’un peu plus de 10% aux prix actuels.

Et maintenant ?

Entre nous, garder pour le long terme en portefeuille et à l’achat une valeur dont les résultats et perspectives sont en baisse constants… Je vous laisse voir !

Pour ma part, je profiterai de la hausse du titre suite à cette salve de mauvais résultats (moins mauvais que prévus) pour revendre la moitié de la position sur les niveaux actuels. Donc d’empocher un nouveau gain d’au moins 11%.

Le tout en remontant le stop au niveau du point d’entrée (flèche verte) pour annuler tout risque de perte sur cette opération. Et ce, quoi qu’il arrive.

Le solde sera gardé pour viser un retour sur 111 $. Ce qui correspond au niveau (rectangle jaune) sur lequel nous étions passés vendeurs sur la valeur dans le premier plan de trade en mars.

L’atteinte de cet objectif matérialiserait une plus-value plus que sympa de 19%.

Sur ce, il ne me reste plus qu’à vous souhaiter à toutes et à tous un excellent début du mois d’août. Sachant que pour ma part, je coupe pour le moment les activités de trading pour mieux vous retrouver à partir du 15 août.

Gilles

WEBINAIRE Gilles Leclerc

Mots clé : - -

Gilles Leclerc
Gilles Leclerc
Trader

Gilles a tout d’abord commencé dans la grande finance. Avec un MBA de la prestigieuse université américaine de Hartford, il a ensuite intégré la direction Financière IBM Europe et ensuite d’IBM Corporation (headquarters mondial). Puis, peu à peu, la passion boursière le gagnant, il s’est tourné vers les activités de trading.

Cela fait maintenant 20 ans que Gilles trade sur les marchés et il se consacre exclusivement à cette activité depuis une dizaine d’années.

Dès 2008, il fut l’un des premiers à pressentir les modifications profondes qu’allaient occasionner l’utilisation intensive des algorithmes sur les marchés financiers ; il a su s’adapter en mettant en place de nouvelles stratégies de trading répondant à ce nouvel environnement. Il créa donc son propre système de trading tout à fait spécifique et basé sur des concepts innovants.

De façon à prouver la validité de son approche, il reste l’un des rares traders/analystes à poster régulièrement ses prises de position en « Live » sur un site d’Analyse Technique de renommée ( Univers Bourse ) où il partage l’intégralité sa méthodologie.

Il intervient désormais dans La Bourse au Quotidien afin de partager son expérience et de proposer ses analyses et sa méthode au plus grand nombre.

Laissez un commentaire