Une année noire pour Tarkett

Rédigé le 3 octobre 2018 par | Actions, Indices, sociétés et marchés Imprimer

Passer d’un statut officieux d’icône des marchés à celui, beaucoup moins glorieux, de mouton noir… C’est en substance ce qui arrive à Tarkett (FR0004188670-TKTT) depuis le début de l’année.

L’action du spécialiste de la fabrication et de la commercialisation de revêtements de sols et de surfaces sportives accuse une baisse de 38% à compter du 1er janvier. Déjà fragilisée, elle ne parvient pas à rebondir depuis l’annonce inattendue du départ de son président le 19 septembre dernier.

graphe - crise - Tarkett - Bourse

Cliquez sur le graphique pour l’afficher en grand

Glen Morrison a en effet décidé de quitter l’entreprise, exclusivement pour des raisons personnelles. Et si son remplaçant Fabrice Barthélemy, membre du directoire depuis 2008, connaît de facto parfaitement les arcanes du groupe, une défection soudaine n’est jamais un signal encourageant pour les investisseurs…

Rappelez-vous par exemple les déboires boursiers de Nexans à la suite de la démission surprise (là aussi « pour des raison personnelles ») de son directeur général Arnaud Poupart-Lafarge en mars dernier. HSBC avait d’ailleurs ramené son objectif de cours de 30 à 24€ dans le sillage de cette annonce.

2018, année de compression des marges

Concernant Tarkett, le newsflow n’est décidément guère encourageant. Le groupe doit digérer la récente acquisition de Lexmark, un spécialiste américain des moquettes d’hôtellerie, mais cette acquisition plutôt relutive ne doit pas masquer ses difficultés actuelles, avec notamment une forte hausse des coûts de matières premières et de transport qui à court terme pèse sur les marges du groupe.

Dans un secteur très concurrentiel, Tarkett ne dispose pas de ce fameux « pricing power » qui permet de faire passer des hausses de prix sans se soucier des autres acteurs.

Lors de sa dernière publication semestrielle, au demeurant plutôt correcte, la société a par ailleurs fait savoir que son Ebitda annuel pourrait être grevé à hauteur d’environ 45 M€, dont 35 M€ liés aux matières premières et 10 M€ au transport. Autant dire que 2018 a donc toutes les chances d’être une année de compression des marges, ce que semblent du reste largement anticiper les gérants.

Reste à se demander ce qu’il faut faire en Bourse sachant que le titre est revenu sur une VE/CA de 0,6 et sur une VE/Ebitda de 6… Il est évident que ce n’est pas cher, surtout si l’on se réfère à ce dernier ratio, très utilisé dans le secteur, mais il subsiste encore beaucoup d’interrogations autour de la société.

Et puis dans le monde actuel des mid caps, avec des gérants toujours aux abonnés absents, il n’est pas facile de rebondir après un newsflow assez compliqué. Je vous suggère donc de temporiser et d’attendre les prochaines annonces avant d’éventuellement revenir sur le dossier.

Tarkett, une instabilité qui ne passe pas

Eric Lewin
Eric Lewin
Rédacteur en Chef de La lettre PEA et Mes valeurs de Croissance

Journaliste pour BFM Business et dans d’autres médias, conseiller pour un fonds Small Caps chez CFD Asset Management, responsable de la salle de marché chez EuroLand Finance, consultant pour dirigeants d’entreprise…

Le parcours professionnel d’Eric Lewin est tout simplement remarquable – et représente un atout considérable pour vos investissements : un carnet d’adresses rempli, l’expérience de la réalité des publications de résultats, de la manière dont les « insiders » et les institutionnels fonctionnent…

Cette expérience multi-facettes lui permet de lire entre les lignes des marchés – et de révéler aux lecteurs de La lettre PEA des conseils de tout premier ordre pour se constituer un PEA alliant solidité… et économies d’impôts !

En savoir plus sur La Lettre PEA et Mes Valeurs de Croissance.

Mots clé : - -

Laissez un commentaire