Angela Merkel réélue : pas de surprise sur les marchés

Rédigé le 25 septembre 2017 par | Europe, Toutes les analyses Imprimer

Angela Merkel est réélue pour un quatrième mandat avec une avance si confortable sur Martin Schulz (13 points d’écart) que cela s’apparente à un plébiscite : l’atmosphère dans les rues de Berlin devrait être à la célébration de cet événement… mais la fête est gâchée par la montée en puissance du parti d’extrême droite AfD qui obtient près de 100 sièges. Il obtient 13,2% des suffrages et triple le nombre de ses représentants au Bundestag.

Tout ce que l’Allemagne compte de démocrates (qu’ils soient sociaux, libéraux ou conservateurs) s’insurge contre le fait que la droite extrême et xénophobe s’impose comme la troisième formation politique au Parlement de Berlin. Si le système électoral était le même qu’en France, l’AfD aurait à peine une poignée de députés élus.

Elections allemagnes Angela Merkel est réélue pour un quatrième mandat

Si leur capacité à peser sur la politique économique menée par Angela Merkel est nulle, l’impact médiatique est élevé et l’AfD s’offre une tribune pour amplifier son message xénophobe. Car le problème de l’explosion de la délinquance liée aux migrants (problème caché voire nié par les autorités) est bien réel. La majorité des Allemands qui ont voté Merkel ou Schulz font le pari qu’il se résoudra avec le temps, avec l’intégration d’une population déracinée dans une société qui se montre bienveillante à leur égard (conditions d’accueil décentes, formation linguistique et professionnelle, etc.).

La réaction du marché des changes sur l’annonce des résultats fut des plus modérée, bien loin de l’émotion suscité par l’AfD, d’à peine 0,25% sur l’EURSUD (le genre de variation qui survient chaque week-end et sans motif particulier). Les valeurs allemandes grappillaient de 0,1 à 0,2% dans la première heure de cotation.

DAX réagit peu à l'élection de Angela Merkal Pour agrandir le graphique, cliquez dessus

La confirmation d’un quatrième mandat pour Merkel fait donc figure de non-événement… et il succède à d’autres non-événements, comme le FOMC de la Fed mercredi dernier (qui durcit le ton, mais les marchés de taux et le dollar sont vite revenus à la case départ).

Non-événement également pour les Bunds et OAT avec la publication vendredi de statistiques flatteuses pour la zone euro : hausse de 2 points des PMI Composites en septembre en France et en Allemagne, autant d’éléments justifiant une tension des taux… mais dont l’impact s’est avéré plus que marginal. Nos OAT ont aligné vendredi une cinquième journée de stagnation autour de 0,735%, enregistrant +1,2 à +1,5 point de base sur la semaine. Autant dire, rien.

Ce sont donc les actions qui prennent les devants, en mode « il n’y a que du bon à l’horizon » : le CAC40 a engrangé +1,3% la semaine dernière et les chartistes ne voient plus d’obstacle avant les 5440 (résistance graphique, mais Gilles se montre prudent à court terme, comme il l’explique dans son analyse).

Nous en discernons pourtant un, obstacle : le CAC40 Global Return (équivalent au Dax puisqu’il intègre les dividendes) s’est hissé vendredi vers 13 430 points, à 100 points de son plus-haut absolu de clôture (13 533 points le 16 mai dernier). Sa marge de progression apparaît donc limitée à +0,6%… et par déduction, le CAC40 affrontera une grosse résistance vers 5310, c’est-à-dire seulement 15 points au-delà de son top du 22/09 !

Et ça, nous parions que ce ne sera pas un non-événement puisque personne, apparemment, ne s’y attend !

Mots clé : - -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Laissez un commentaire