Mon analyse trimestrielle du CAC et du DAX

Rédigé le 8 octobre 2018 par | Analyses indices, Autres indices, Cac 40, Indices, sociétés et marchés Imprimer

Comme à chaque début de trimestre, je vous propose une série de revues de long terme sur une sélection d’indices européens et américains, en commençant ce lundi avec le CAC40 et le DAX.

Disons-le tout net : l’analyse et les conclusions qui suivent seront simples, parce qu’identiques à celles du trimestre précédent.

Nos deux indices n’ont pratiquement pas varié depuis le dernier point trimestriel, avec une hausse de 0,6% pour le principal indice français et un repli de 1,5% pour son homologue allemand.

Cette évolution tend à confirmer mon anticipation de l’époque, lorsque je jugeais le marché sans tendance, sans dynamique et donc sans intérêt pour l’investisseur long terme.

« D’une façon générale, j’observe que les principaux indices naviguent en mode « range » entre supports et résistances. Le DAX conserve un biais baissier motivé par la configuration technique, et sur le CAC nous voyons l’émergence d’une rotation baissière », écrivais-je dans ces colonnes début juillet. Et comme le niveau n’a pour ainsi dire pas changé depuis trois mois, je vous propose aujourd’hui une vue simplifiée qui à mon sens résume bien la situation.

Graphe cours de Bourse de l'indice CAC 40

Cliquer sur l’image pour agrandir

Les 5 550 points, une résistance (très) tenace pour le CAC

Depuis un an (octobre 2017), le CAC se heurte à une résistance majeure située dans la zone des 5 550 points (on parle bien ici de « zone » et c’est celle qui est mise en avant par le rectangle horizontal « R »).

Sur les 12 dernières bougies mensuelles, l’indice en est à sa onzième tentative d’essayer de passer ces niveaux. Il a été « rejeté »… onze fois, comme le montre le petit encart en haut et à gauche.

En se plaçant dans une optique d’investisseur, cela signifie que tant que cette zone fera barrage, aucun mouvement de hausse ne serait-ce qu’un tant soit peu intéressant ne pourra se développer.

Maintenant, en termes de stratégie, on garde tranquillement ses positions si l’on est haussier. Sur cette échelle de temps, il est tout bonnement inutile de chercher à renforcer : c’est inutile et même dangereux tant que cette résistance tient bon.

Le biais est positif tant que le CAC reste inscrit dans son canal haussier (bleu), mais vu que la résistance est très proche et plutôt solidement ancrée, il est dans l’immédiat urgent d’attendre.

Graphe cours de Bourse de l'indice CAC 40

Cliquer sur l’image pour agrandir

À plus court terme, ce manque de dynamique est clairement identifiable, avec un « range » situé grosso modo entre 5 250 et 5 550 points dans lequel le CAC est « enfermé » depuis maintenant plus de trois mois. Or, tant qu’il n’en sera pas sorti, je crains qu’il n’y ait pas de dynamique permettant de se positionner.

Bref, pour résumer, il n’y a actuellement pas de dynamique intéressante en vue trimestrielle. Un biais haussier certes, mais une grosse résistance à proximité, c’est pourquoi on temporise. Position neutre, pas d’initiative.

Il n’y a au surplus pas non plus de dynamique à court terme. La première étape sera ici une sortie du « range », mais une fois encore, il faut avoir une position neutre… et ne pas prendre d’initiative.

La seule chose à faire est de patienter et d’attendre que la situation se débloque, ce qui pourrait arriver plus tôt que ce qu’on pourrait penser, avec un DAX qui est en train de jouer avec le feu…

Graphe cours de Bourse de l'indice DAX

Cliquer sur l’image pour agrandir

Le DAX est en train de tester deux supports importants

Comme pour le CAC, j’ai essayé de résumer la situation le plus simplement et le plus visuellement possible.

En vue mensuelle, on observe que le DAX teste actuellement deux supports extrêmement importants. Le premier est le support (l’oblique verte) de son canal haussier de long terme (bleu) débuté en 2009. Le second est le niveau de support « S1 » (le rectangle vert horizontal), un support intermédiaire testé à de nombreuses reprises depuis un an et qui a jusqu’ici réussi à contenir les velléités baissières de l’indice.

Le petit encart est en données hebdomadaires, mais il permet de bien visualiser la réaction des prix sur ce support (ici intitulé « S.I »)… et d’observer la formation d’une figure potentiellement baissière (« Épaule / Tête / Épaule », E/T/E en orange).

Et comme les choses sont bien faites, le DAX teste actuellement le support (« S.I » sur le zoom hebdomadaire)… ce qui correspond très exactement aussi au double support mensuel (la pastille orange).

Si l’ETE devait être validée, on cassera la dynamique haussière de long terme (le support oblique vert) et l’objectif de ladite ETE sera un retour sur le support « S2 », soit une dizaine de % plus bas.

Auquel cas, j’imagine mal le CAC être en mesure de rester tranquillement sur les niveaux actuels.

Conclusion : comme lors du précédent trimestre, le risque pour le CAC émane du DAX, sachant que le premier est à peu près stable depuis le début de l’année, tandis que le second a perdu près de 7%. Un écart très important et qui ne saurait durer éternellement.

Et en considérant que l’Allemagne demeure la « locomotive de l’Europe », je m’abstiendrai de monter dans le wagon du CAC tant que le DAX n’aura pas validé  – ou invalidé – la très importante zone de support qu’il est actuellement en train de tester.

Bon début de semaine !

Gilles

CAC40 : règlement de comptes à OK Corral

Gilles Leclerc
Gilles Leclerc
Trader

Gilles a tout d’abord commencé dans la grande finance. Avec un MBA de la prestigieuse université américaine de Hartford, il a ensuite intégré la direction Financière IBM Europe et ensuite d’IBM Corporation (headquarters mondial). Puis, peu à peu, la passion boursière le gagnant, il s’est tourné vers les activités de trading.

Cela fait maintenant 20 ans que Gilles trade sur les marchés et il se consacre exclusivement à cette activité depuis une dizaine d’années.

Dès 2008, il fut l’un des premiers à pressentir les modifications profondes qu’allaient occasionner l’utilisation intensive des algorithmes sur les marchés financiers ; il a su s’adapter en mettant en place de nouvelles stratégies de trading répondant à ce nouvel environnement. Il créa donc son propre système de trading tout à fait spécifique et basé sur des concepts innovants.

De façon à prouver la validité de son approche, il reste l’un des rares traders/analystes à poster régulièrement ses prises de position en « Live » sur un site d’Analyse Technique de renommée ( Univers Bourse ) où il partage l’intégralité sa méthodologie.

Il intervient désormais dans La Bourse au Quotidien afin de partager son expérience et de proposer ses analyses et sa méthode au plus grand nombre.

Mots clé : - - -

Laissez un commentaire