Analyse technique de l’or et plongeon des commos : comment jouer le métal précieux ?

Rédigé le 30 septembre 2011 par | Matières Premières Imprimer

__________________________________________________________________________________________________

Tous les jours, et dès 16h00 au 0899 88 20 36* Philippe Béchade analyse pour vous les marchés, les rumeurs qui animent les salles de trading, et vous propose SA stratégie pour profiter ou contrer les mouvements boursiers
__________________________________________________________________________________________________

Le rebond des métaux industriels et précieux ne nous semble guère convaincant. Il s’inscrit dans un rebond global de tous les actifs depuis quatre séances de reprise.

La soirée du vendredi 23 puis la matinée du lundi 26 septembre furent marquées par un mini-krach sur l’argent métal, lequel fut victime d’un plongeon historique de -25% en quelques heures de cotation. Il y a eu une première vague de liquidation entre 36,6$ et 30$ (le contrat Silver décrochait de -15%, son plus gros repli depuis le début de sa cotation il y a trente ans)… Puis une seconde vague de ventes en direction des 26$ lundi à Hong Kong… avant de renouer en 48H avec les 30$ puis les 31$.

_______________________________Pour vous aider dans vos trades________________________________

J‘EN AI MARRE !!!

J’en ai ASSEZ d’entendre parler des déficits des Etats-Unis… de la monnaie papier contre l’or… des Triple A ou Triple Z… des problèmes des PIIGS… et autres théories économiques ENNUYEUSES sur lesquelles vous n’avez AUCUN contrôle.

La vérité, c’est que si vous voulez faire des gains dans les marchés actuels, rien de tout ça n’a d’importance !

Il suffit juste d’aller chercher les opportunités ailleurs : je vais vous montrer comment…

____________________________________________________________________________________________________

Une vente massive étonnante des commos
De lourds dégagements ont également affecté le platine, le palladium et le cuivre, avec des écarts allant de -5 à -6%, en moyenne.

Un sell-off aussi massif – encore plus brutal que lors des heures les plus sombres de l’automne 2008 – ne peut pas avoir été causé par le seul retournement des anticipations sur le cycle économique.

Déjà parce que cela fait deux mois que le double-dip est dans les tuyaux : tous les chiffres parus depuis la fin du 1er semestre vont dans ce sens et les investisseurs ont pris conscience il y a longtemps qu’il ne fallait pas compter sur les politiques pour orchestrer une relance économique. De toute façon, les caisses sont vides. Partout ou presque, il n’est plus question que de mesures d’austérité et de réduction des dépenses… Les entreprises industrielles commencent à différer – sinon annuler – certaines de leurs commandes de matériaux de base et d’énergie (pétrole, charbon, électricité).

En résumé, la seule surprise pour les marchés serait que la croissance demeure supérieure à +1% dans les pays du G7 au 3e trimestre 2011.

Le principal risque qui pointe à l’horizon, c’est celui d’une désinflation passagère d’ici la fin de l’année, ce qui, paradoxalement, plaide pour un renforcement du dollar (par des mécanismes un peu complexes et contre-intuitifs) dans un contexte de contraction des échanges internationaux.

Les raisons de ce mini-krach
Donc, cherchons les raisons à ce sell-off. D’abord, les investisseurs ont compris que la Fed ne comptait pas mettre en oeuvre de QE 3 en complément de son twist (dont l’impact sera au final neutre sur la masse monétaire) : donc pas de nouvelles liquidités !

Parmi les autres causes techniques de ce retournement sur les commodities, il y également ces relèvements successifs des dépôts de garantie (les fameux deposits) sur les contrats à terme. Le but des autorités de régulation est clairement de réduire les effets de levier depuis le début de l’été.

De même, au lendemain d’une vague de capitulations boursières qui a fait de gros dégâts aussi bien en Europe qu’aux Etats-Unis, certains opérateurs se voient contraints de se refaire un matelas de liquidités : vendre ce qui a déjà trop perdu devient absurde… en revanche, s’alléger sur l’or, l’argent, les platinoïdes permet encore d’extraire de solides plus-values depuis le 1er janvier.

La chute des métaux précieux s’expliquerait également par la perte temporaire de leur statut de placement refuge au profit des T-Bonds dont les rendements « longs » s’effondrent vers 1,7% sur le 10 ans et en-deçà des 3% sur le 30 ans.

Mais allons plus loin : lorsque des masses de capitaux aussi importantes que celles observées depuis le début du mois de septembre désertent la Bourse à la recherche de sécurité se pose aussitôt la question de la « profondeur du marché ». Les contrat à terme sur l’or et l’argent – même activement traités à Londres, Hong Kong et New York – sont des instruments à terme bien trop étroits et potentiellement beaucoup trop volatils pour venir y chercher la sécurité quand vous êtes un fonds.

Enfin, les cours de Bourse sont maintenant tombés si bas qu’il y a mieux à faire que de thésauriser un stock d’or et d’argent papier (des contrats à terme car les institutionnels n’ont pas le droit d’acheter du physique) qui ne rapporte rien et qu’il faut refinancer tous les mois en roulant les positions.

Par déduction, si les actions se mettent à rebondir ces prochains jours ou ces prochaines semaines ce sera le signe d’un regain d’appétit pour le risque mais… les métaux précieux ne seront certainement pas en tête de liste des investissements prioritaires.

Passons au crible l’évolution de l’or depuis 10 ans
Voyons maintenant ce que nous enseigne l’analyse technique concernant l’once d’or. Nous avons beaucoup parlé de l’argent car il joue le rôle d’une loupe en exagérant la plupart des mouvements qui affectent les métaux précieux. Mais Sébastien Duhamel vous proposera une analyse technique du Silver la semaine prochaine.

Nous allons prendre du recul ; beaucoup de recul car nous allons regarder l’évolution de l’or sur 10 ans. Regardez ce graphique de l’or depuis 2000.

Graphique: or à dix ans
Pour agrandir le graphique, cliquez dessus

Vous constatez plusieurs éléments :

Tableau : récents points bas de l'or
Pour agrandir le tableau, cliquez dessus

Graphique: or à deux ans
Pour agrandir le graphique, cliquez dessus

Lorsque l’or a touché le fond, il n’est jamais revenu tester son plancher moyen terme et s’est envolé à contre-courant des indices boursiers jusqu’à la mi-février 2009. L’or a ensuite progressé au sein d’un canal ascendant d’une exceptionnelle régularité durant trente mois, testant alternativement la base et le sommet de son canal sans jamais voir sa volatilité s’amplifier. La seule accélération haussière au-delà des bornes connues – totalement à contre-courant des indices boursiers – s’est enclenchée le 2 août dernier avec le franchissement des 1 650$ !

Hasard ou coïncidence, c’est également au contact des 1 650/1 660$ que le rebond amorcé le 26 septembre s’est enrayé après une succession de tests peu convaincants (faibles volumes).

Comment et quand vous positionner sur l’or
L’once d’or vient de rechuter le 28 septembre sous les 1 600$ et de retracer les 1 560$ (les 1 565$ sont le plancher du 26 septembre et coïncident avec l’ex-zénith du 2 mai dernier). Pour l’instant, ce niveau tient parfaitement.

Mais si ce support ne tient pas, nous assisterons à la confirmation d’un flag court terme. Le flag est une figure de continuation qui donne un potentiel de repli de 70$ supplémentaires en direction des 1 500$.

Et là…

Une cassure des 1 500$ ouvrirait à ce moment « la boîte de Pandore », un scénario de correction en trois vagues en direction des 1 470$, plancher des 5 mai et 1er juillet dernier… dans la meilleure des hypothèses.

Mais, encore une fois, et je vous le redis : ceci est une analyse technique de court terme. Cela ne remet EN RIEN en cause l’intérêt d’avoir de l’or pour protéger votre patrimoine. Au contraire : ces replis seraient autant d’opportunités pour acheter.

*1,35 euro par appel + 0,34 euro / minute.
Depuis la Belgique : composez le 09 02 33110, chaque appel vous sera facturé 0,75 euro / minute.

Depuis la Suisse : composez le 0901 801 889, chaque appel vous sera facturé 2 CHF / minute.

Mots clé : - -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

3 commentaires pour “Analyse technique de l’or et plongeon des commos : comment jouer le métal précieux ?”

  1. merci, en effet j’ai commencé sur l’or modestement quand il était à 960 $ et depuis je n’entends que bulle et effondrement prévisible, mais c’est un canal 🙂 et surtout l’or sera peut-être l’étalon des futures monnaies…

  2. […] collègue Philippe Béchade avait évoqué, dans son article, l’augmentation des appels de marge comment début d’explication (parmi […]

  3. […] collègue Philippe Béchade avait évoqué, dans son article, l’augmentation des appels de marge comment début d’explication (parmi […]

Laissez un commentaire