Les Américains privés de pistaches, l'Iran privé de Boeing et d'Airbus | La Bourse au Quotidien


Les Américains privés de pistaches, l’Iran privé de Boeing et d’Airbus

Rédigé le 7 août 2018 par | Toutes les analyses Imprimer

 Pistaches en IranLes sanctions à l’encontre de l’Iran voulues par Donald Trump (du boycott pur et simple) rentraient en vigueur hier et cela va être terrible pour les Américains qui aiment déguster des pistaches, alanguis sur leur tapis persan : ces deux produits sont désormais bannis aux Etats-Unis.

Ceci relève naturellement de l’anecdote quasi humoristique, mais là où l’affaire devient moins drôle, c’est pour Airbus, qui ne pourra probablement pas délivrer la totalité des appareils commandés depuis la signature en juillet 2015 de l’accord sur le nucléaire iranien par Barack Obama (et les membres du comité de sécurité de l’ONU, plus l’Allemagne et la Chine)… et validées par l’accord du 21 septembre 2016 (Iran Air avait passé commande de 118 Airbus, dont 8 A380, 46 A320, 38 A330 et 16 A350-XWB, le tout pour une valeur estimée à 20 Mds$).

Le dollar, arme des sanctions contre l’Iran

Les sanctions à l’encontre de l’Iran prévoient la « révocation » de certaines licences commerciales accordées par le Trésor américain, notamment lorsque les transactions impliquent l’usage du dollar (le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin l’avait confirmé début avril).

Airbus va tenter de négocier une dérogation mais le problème, c’est qu’il va falloir parallèlement trouver des banques acceptant de braver l’interdiction de toute transaction en dollar avec l’Iran (le contournement de cet embargo avait coûté 8,97Mds$ à BNP Paribas, soit la totalité de ses bénéfices de l’année 2014, suite à la condamnation prononcée par la justice américaine le 1er mai 2015).

Iran : l’UE implore la clémence de Donald Trump

Mots clé : - - - -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Un commentaire pour “Les Américains privés de pistaches, l’Iran privé de Boeing et d’Airbus”

  1. Est-il vraiment nécessaire de passer par le dollar pour vendre des Airbus ?
    Le marché américain serait fermé pour un bon bout de temps, certes.
    Mais on pourrait imaginer de passer de telles transactions par l’or, voire même par les cryptomonnaies ?
    Le projet d’utiliser les DTS est-il un rêve ou une prochaine réalité ?

Laissez un commentaire