Altran doit rebondir

Rédigé le 28 août 2018 par | Actions, Indices, sociétés et marchés, Mid et Small Caps Imprimer

L’été meurtrier n’est pas qu’un titre de film ! Pour Maisons du Monde (FR0013153541-MDM), comme Eric Lewin vous l’explique dans son article du jour, mais aussi – et surtout – pour Altran (FR0000034639-ALT), la période estivale aura été compliquée…

Pour autant, le groupe de conseil, bien orienté ce mardi (le titre engrangeait 1,4% en début de séance) a probablement mangé son pain noir. Tel était d’ailleurs l’avis d’Eric dans la dernière Lettre PEA (si vous souhaitez en savoir plus sur ce dossier et vous abonner pour obtenir d’autres recommandations d’Eric Lewin, c’est ici !).

Petit retour en arrière : le 12 juillet dernier, la capitalisation boursière d’Altran fondait de quelque 800 M€ à la suite de la découverte d’une fausse commande de 10 M$ d’Aricent, groupe américain racheté en novembre pour 1,7 Md€ en numéraire. Si cette somme de 10 M$ pouvait sembler anecdotique au regard des 600 M$ de chiffre d’affaires de la société californienne, les investisseurs ne l’ont de toute évidence pas entendu de cette oreille.

La très vive réaction du titre a en effet plaidé pour l’existence de doutes sérieux de la communauté financière concernant la situation financière même d’Aricent. Altran s’est-il fait rouler ? Le groupe a-t-il acquis Aricent pour une somme bien trop élevée ? Aricent est-elle une société experte en chiffres inventés de toutes pièces ?

Les opérateurs se sont posé ces questions, mais force est de remarquer le titre tend à refaire surface depuis ce sinistre 12 juillet. Et pour cause : Altran, qui a diligenté une enquête approfondie sur Aricent, a réitéré ses prévisions annuelles. Par ailleurs, si d’aventure d’autres manipulations comptables devaient être révélées, le prix d’acquisition du groupe de conseil serait réajusté à la baisse.

graph altran Pour agrandir le graphique, cliquez dessus

Des ratios toujours attractifs

Au surplus, Altran demeure très rentable – la marge opérationnelle est attendue à 14,5% cette année – et cible des marchés résolument porteurs, de l’aéronautique à l’automobile en passant par les semi-conducteurs, les télécommunications et bien sûr l’informatique, autant de secteurs qui ont vocation à bénéficier de ses innovations.

Bref, la « gamelle » du 12 juillet dernier est pour moi un exemple type de ces surréactions (à la hausse ou à la baisse) dont les opérateurs sont devenus coutumiers ces derniers mois.

En repli d’environ 24% depuis le début de l’année, l’action se paie actuellement sur un PER de 15 et sur un VE/Ebit de 12. Des ratios un peu plus élevés qu’après le krach de la mi-juillet, mais toujours intéressants…

Bonne séance à tous,

Guillaume

Fnac Darty entre en zone d’achat !

Guillaume Duhamel
Guillaume Duhamel

Guillaume Duhamel suit l’actualité boursière au quotidien depuis plus de 5 ans. Historien diplômé de l’Université de Paris IV-Sorbonne et journaliste de formation, passé également par le sport et le développement durable, il voue un intérêt particulier aux small et midcaps, ainsi qu’aux secteurs de l’énergie et de l’aéronautique

Mots clé : - -

Laissez un commentaire